• Home
  • /Sellette parapente, tout savoir avant de faire son choix

Sellette parapente, tout savoir avant de faire son choix

Sellette ADVANCE Success 3

Sellette ADVANCE Success 3

Photo ci-dessus : les sellettes ADVANCE actuelles sont développées à l’aide d’un logiciel 3D qui permet un processus de développement efficace. En savoir plus

La sellette parapente est un élément essentiel de votre équipement. En contact avec l’aile par la sellette, c’est elle qui vous transmet les informations de la masse d’air. C’est aussi elle qui vous protège.

Il est important de bien choisir sa sellette parapente car, le plus souvent, vous garderez votre sellette plus longtemps qu’une aile.

La sellette parapente est une nacelle dans laquelle la mobilité doit rester possible, le buste devant se mouvoir pour transférer le poids d’une fesse sur l’autre. C’est un élément de pilotage primordial où sa conception et son réglage vont influer sur le comportement de la voile.

On peut identifier 6 types de sellettes parapente en fonction des usages (standard, compétition XC, réversible, rando, rando ultra light, speed riding et acro). Pour chaque type correspond un type de pilotage spécifique et aussi un caractère de voile précis. Les constructeurs de voiles préconisent en général le type de sellette parapente adapté avec le modèle avec les côtes de réglages standard.

Comme pour le choix d’une aile, vous serez souvent confrontés à des dilemmes avec des compromis à faire : sellette légère ou sécurisée, position assise, inclinée ou couchée, protection en mousse ou airbag, poche de secours intégré ou non…

Cet article tentera de vous guider vers les modèles les mieux adaptés à votre niveau et à votre pratique en sachant que le modèle qui tiendra compte de tous vos critères n’existe sans doute pas.

Lorsque vos critères de choix seront bien définis, vous pourrez vous rendre sur l’article « Choisissez la sellette parapente qu’il vous faut » qui vous proposera, grâce à son sélecteur, les sellettes correspondant à vos besoins parmi les 90 sellettes actuellement sur le marché.

SOMMAIRE

Introduction

1- Description d’une sellette parapente

– Les principaux éléments d’une sellette parapente
– Les points d’ancrage et leur influence sur la stabilité
– Les trois styles d’assise
– Les sellettes parapente adaptées pour chaque type de pratique

2- Les bonnes questions à se poser pour choisir une sellette parapente

– Quelle est votre type de pratique?
– Quelle position adopter selon votre niveau et votre pratique?
– Comment choisir votre taille?

3- Les éléments de sécurité

– La sécurité active
– Les systèmes d’absorption de chute
– Le parachute de secours

Conclusion

horizontal break

1- Description d’une sellette parapente

horizontal break

Les principaux éléments d’une sellette

La sellette parapente est reliée aux élévateurs de l’aile parapente par deux points d’ancrage. En position debout, ces deux points d’ancrage se trouvent de part et d’autre du pilote à la hauteur du nombril. La hauteur de l’ancrage (en général entre 45 à 50 cm de la planchette) variant d’un modèle à l’autre et d’une taille à l’autre détermine en général la vivacité du pilotage (voir chapitre conception et réglages de la sellette) .

La planchette (ou plateau) sur laquelle le pilote s’assoit peut être en bois ou en carbone. Elle participe activement aux actions de pilotage : en basculant, elle transfère le poids du pilote d’un côté pour mettre le parapente en virage. Elle est conçue aussi pour faciliter le passage en position assise après le décollage et pour se redresser avant l’atterrissage.

Les cuissardes sont les sangles au niveau des cuisses qui retiennent le pilote dans la sellette parapente en vol. Chacune des deux cuissardes fixe une cuisse à la sellette. De plus en plus de modèles légers s’enfilent comme un baudrier réduisant ainsi le risque d’oublier de s’attacher.

La sangle ventrale permet de « charger » le parapente lors du décollage. Elle relie les points d’accroches sellette-voile. Sa longueur définit ce qu’on appelle l’écartement de la ventrale. Sur la majorité des sellettes, son réglage a une influence importante sur la manière de piloter à la sellette : plus la ventrale est désserrée, plus le pilotage aux fesses est efficace*. Le réglage désserré n’est pas souhaité pour le débutant en raison du risque de surpilotage (voir plus bas chapitre « Les réglages de la sellette »).

Les systèmes d’absorpion (mousse ou air-bag) sont destinés à amortir les chutes. Ils sont placés sous la planchette (protection sous-cutale) et/ou dans le dos (protection dorsale).

Différentes sangles de réglages de la sellette parapente sont possibles au sol (en l’air, c’est souvent plus difficile) pour régler l’inclinaison du dossier, de l’assise…

* ce qui n’est pas le cas des sellettes avec un ancrage en V (voir le chapître points d’ancrage)
description sellette parapente (graphique PP Menegoz)

description sellette parapente (graphique PP Menegoz)

Illustration du manuel « Parapente, s’initier et progresser » de Pierre Paul Menegoz

Le système anti-oubli d’accroche des boucles est installé sur de nombreux modèles. Il s’agit d’une sangle reliant le milieu de la ventrale aux sangles des cuisses. Si, après un décollage raté, le pilote détache ses cuissardes pour remonter et oublie de les rattacher, il restera attaché grâce à cette sangle anti oubli (voir chapître « Les éléments de sécurité »).

L’accélérateur (généralement fourni en option) a pour fonction de modifier l’assiette de l’aile pour lui donner plus de vitesse. Les 2 cordelettes de l’accélérateur reliées aux crocs fendus passent par les poulies d’accélérateur qui permettent d’appliquer une force bien verticale sur le système d’accélération situé sur les élévateurs.

* Pour les pilotes qui font du vol de distance et qui utilise souvent la barre d’accélérateur, il existe aussi un système de poulies auto-bloquantes (en option sur certains modèles) qui permet de ne pas avoir à appuyer en permanence. L’inconvénient de ce système est de perdre le ressenti de l’aile par les pieds.

La poche parachute est un compartiment destiné à contenir le parachute de secours. La plupart des modèles en sont équipés (sauf les sellettes très légères). Elle peut se situer sous la planchette, dans le dos ou sur un coté. Lorsqu’il n’est pas prévu sur la sellette parapente, on peut le rajouter en attachant un secours en position ventrale (voir chapître sécurité).

Les points d’attaches du secours sont placées aux accroches situés au niveau des sangles des épaules. Une gaine scratch le long de la sellette permet le plus souvent de faire passer les sangles du parachute jusqu’aux points d’accroche du secours aux sangles des épaules.

Les points d’ancrages et leur influence sur la stabilité

La hauteur d’accroche des élévateurs au dessus du plateau d’assise

Si les réglages ont une influence sur la stabilité et la perception de l’aérologie, il est important de faire le bon choix de la conception de la sellette parapente dès le départ. En effet, la hauteur d’accroche aux élévateurs rendra plus ou moins perceptible les effets de l’aérologie sur l’aile. Aujourd’hui, la hauteur d’accroche n’est plus le facteur principal de stabilité, cela dépend aussi de la structure générale de la sellette. Le choix de la sensibilité de la sellette à la masse d’air sera différent entre un pilote débutant et un pilote initié. Le graphique ci-contre vous situe la position du centre de gravité en fonction de la hauteur de l’ancrage.

La largeur, la profondeur et le réglage de l’assiette du plateau d’assise

La priorité doit être donnée à l’aptitude du pilote à transférer son poids d’une fesse sur l’autre en recherchant les meilleures conditions de confort. Les sellettes parapente peuvent se régler de façon à positionner le pilote d’une station assise buste droit à une position pratiquement couchée sur le dos. Ce sont les systèmes de réglages lombaires qui permettent de modifier l’inclinaison du dos.

Le plateau d’assise doit être bien ajusté à la largeur du bassin pour garantir un bon contact du bassin avec la sellette. L’inclinaison du plateau est parfois réglable : avec les genoux au dessus de l’assise, le centre de gravité du pilote abaissé augmente la stabilité. A l’inverse, une assise moins « creusée » rend la sellette parapente plus sensible et instable.

ancrage des élévateurs (graphique sellette parapente PP Menegoz)

ancrage des élévateurs (graphique sellette parapente PP Menegoz)

ancrage des élévateurs (graphique sellette parapente PP Menegoz)

ancrage des élévateurs (graphique sellette parapente PP Menegoz)

Illustration du manuel « Parapente, s’initier et progresser » de Pierre Paul Menegoz

Les trois styles d’assises

La grande majorité des sellettes parapente sont avec planchette. Mais de plus en plus de sellettes, notamment les modèles rando, proposent une assise avec des cuissardes, plus légères et agréables au gonflage.

Et depuis, peu de temps, l’assise hamac apparaît sur les sellettes parapente cross country de compétition offrant un pilotage avec le bassin et le dos. Ce modèle d’assise, moins franc en pilotage, permet surtout de gagner en poids.

sellette parapente ADVANCE Axeess3

sellette parapente ADVANCE Axeess3

sellette ADVANCE Axess 3

sellette SUPAIR Radicale

sellette OZONE Ozium

Planchette

Les appuis sellettes sont amplifiés grâce à l’effet levier avec une meilleure précision de pilotage.

Cuissardes

On choisit la solution cuissarde surtout pour le gain de poids. Avec le basculement du poids moins franc, le virage est plus progressif et moins engagé.

Hamac

Cette assise installée sur certains modèles de sellettes de compétition XC n’apporte rien de plus que légèreté et ligne plus aérodynamique. Ce système d’assise est plutôt réservé aux pilotes experts capable de réagir avec un pilotage adapté en situation instable.

avantages : stable et robuste, petite protection supplémentaire à l’impact.

inconvénients : sellette dans les mollets au gonflage, plus lourd en bois, fragile et plus cher en carbone

avantages : grande liberté de mouvements au gonflage, bon ressenti de la masse d’air

inconvénients : confort correct sur les modèles pas trop extrêmes, devient inconfortable après 1 ou 2 h de vol, demande un temps d’adaptation et d’accoutumance*

* en général, un pilote qui a goûté aux cuissardes a du mal à revenir à la planchette après

avantages : gain de poids, design plus aérodynamique

inconvénients : pilotage en incident de vol plus exigeant, protection minimaliste des modèles

Des sellettes adaptées pour chaque type de pratique

Il existe différents types de sellettes selon les besoins du pilote.

La sellette rando

La sellette parapente rando et haute montagne est utilisée pour les vols où le poids est une contrainte. Les critères de choix confort, pilotage et sécurité passive sont secondaires pour optimiser le poids et l’encombrement. La planchette fait place aux cuissardes et la protection passive est réduite au strict minimum ou absente. Certaines marques proposent un kit airbag en option.

sellette parapente Kortel Karver

sellette parapente Kortel Karver

sellette KORTEL Karvair

La sellette réversible

Souvent utilisée en vol-rando, la sellette parapente réversible se transforme en sac de portage. Ces modèles sont souvent un plus lourds que les sellettes rando mais ils proposent souvent un système de protection. C’est un système qui se fait de plus en plus pour gagner du poids et du volume tout en proposant une protection suffisante.

sellette parapente SUP'AIR ALTIRANDO 2 RS

sellette parapente SUP'AIR ALTIRANDO 2 RS

sellette SUP’AIR Altirando RS

La sellette standard (ou progression)

C’est la sellette parapente la plus courante. Elle est dédiée au vol sur site et aux premiers vols de distance. Elle privilégie le confort, la sécurité (active et passive) et la stabilité. La position en vol est la position assise avec la possibilité de se pencher un peu en arrière.

sellette parapente SUPAIR EVO XC3

sellette parapente SUPAIR EVO XC3

sellette SUPAIR Evo

La sellette sportive ou de compétition

La sellette parapente sportive est réservée au pilote expérimenté. La position allongée avec les jambes enfermées dans un cocon limite la traînée et augmente l’aérodynamisme pour gagner en  vitesse. Les vols pouvant durer plusieurs heures, ce modèle offre conforts physique et thermique. Cette position allongée peut rendre les incidents de vols plus difficile à contrôler (stage SIV fortement recommandé).

sellette parapente ADVANCE Lightness 2

sellette parapente ADVANCE Lightness 2

sellette ADVANCE Lightness

La sellette acro

Cette sellette parapente, destinée pour la pratique de la voltige et du freeride, est conçue pour favoriser la maniabilité, la robustesse et la sécurité. Elle était fabriquée auparavant avec des points d’ancrage bas, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui car les ailes sont de plus en plus réactives.

sellette parapente SUPAIR Acro3

sellette parapente SUPAIR Acro3

sellette SUP’AIR Acro 3

La sellette speed riding

La sellette de speed riding est une sellette à cuissardes (ou harnais) offrant une grande liberté de mouvements, notamment pour ne pas gêner les mouvements du corps lors des passages skiés et pour remonter facilement en télésiège. Son sac de portage est conçu pour favoriser le ski de randonnée.

sellette speed riding GIN Freeride

sellette speed riding GIN Freeride

sellette GIN Freeride

horizontal break

2- Les bonnes questions à se poser

horizontal break

Quel est votre type de pratique?

Enseignement

stabilité, sécurité passive et solidité

Cette sellette parapente doit rassurer avec une position assise conçue pour favoriser le « passage debout-assis » avec une forte sécurité passive et une fabrication très solide.

Progression – Vol sur site

confort et amortissement

Cette sellette parapente position assise/semi-inclinée favorise le passage debout-assis facile. Elle privilégie le confort et l’amortissement. Des réglages sont possibles de la position assise à inclinée. L’accélérateur et les cale-pieds sont souvent utiles. Le poids et l’encombrement ne sont pas des critères prioritaires.

Cross country – Compétition

confort et aérodynamisme

Pour gagner en performance et en confort, cette sellette propose une position très inclinée ou couchée et avec un cocon. Son profil aérodynamique améliore son coefficient de trainée (CX). Les modèles les plus aérodynamique ont un cocon arrière pour lisser la trainée. Elle est conçue pour faciliter le pilotage avec l’accélérateur et dispose d’équipements utiles pour les vols de longue distance.

Rando – vol montagne – bivouac

légèreté, encombrement mini

Le poids et l’encombrement réduits sont les critères prioritaires pour ce type de sellette. La sécurité passive sera fonction de la légèreté souhaitée. Si vous ne recherchez pas une solution extrême, pensez à une option de parachute de secours (ventral).

Acro – Freestyle

sécurité, solidité et ressenti

La sécurité est l’élément clé pour cette catégorie de sellettes : protection passive, double poche parachute avec certains modèles équipés du système de largage de l’aile ACRO BASE SYSTEM. L’ajustement du bassin dans la sellette est déterminant pour les sensations de pilotage. La solidité est un critère très important au vu des contraintes.

Speed flying – Speed riding

légèreté, faible encombrement et facilité de mise en oeuvre

Pour la pratique du speed flying, les pilotes choisiront une sellette à cuissardes.

Pour le speed riding, des fabricants proposent des modèles dédiés offrant une grande liberté de mouvements pour les passages skiés et pour remonter facilement en télésiège avec un système d’attaches autres que des boucles (pas pratiques avec des gants).

Quelle position adopter selon votre niveau et votre pratique ?

La position du pilote dans la sellette parapente sera fonction du niveau du pilote et de sa pratique. Si il n’est pas recommandé à un débutant de trop s’incliner, la position sera de plus en plus allongée en fonction de son niveau pour plus de confort sur les vols de distance et pour améliorer l’aérodynamisme.

Si les modèles d’entrée de gamme sont plutôt conçus pour favoriser la stabilité et la sécurité, les modèles évoluant en gamme vont privilégier le confort, l’aérodynamisme, l’utilisation du cale-pied et de l’accélérateur avec des équipements pour les vols de longue durée (camel-back, cockpit, système d’évacuation urine…)

sellette parapente GIN Basis

sellette parapente GIN Basis

sellette parapente ADVANCE Success 3

sellette parapente ADVANCE Success 3

sellette parapente SUPAIR SKYPPER FR

sellette parapente SUPAIR SKYPPER FR

Position assise redressée

Pour les vols balistiques (moins de 30 min), la voltige et le freestyle

Position naturelle, bonne visibilité, position facile à obtenir et permet de se redresser à l’atterrissage. Très confortable et rassurante car elle stabilise le pilote et limite l’amplitude des incidents de vols. Elle est à conseiller aux pilotes débutants et en progression.

Position inclinée

Vols et petits cross

Ce modèle de sellette parapente peut se régler en position assise ou semi-inclinée. Avec cette position plus aérodynamique, les jambes sont plus dans l’axe pour pousser sur l’accélérateur ou pour poser ses pieds sur un cale-pieds. Sa meilleure sensibilité augmente le feeling avec la voile. Plus instable que le modèle précédent,  le risque de twist en cas de fermeture est augmentée. Certains modèles proposent un cocon en option.

Position couchée

Vols de durée

Ces sellettes plus aérodynamiques du fait de la position allongée sont dédiées à la performance et aux cross de longue durée. Elles sont conçues avec cocon, cale-pieds er accélérateur.
Cette position plus instable est réservée aux pilotes expérimentés du fait des grandes amplitudes en incident de vol.

avantages : sellette très stable avec le passage assis-debout très facile et une bonne visibilité devant soi.

inconvénients :  l’aérodynamisme médiocre et l’utilisation des cale-pieds peut couper la circulation en longue durée.

avantages : meilleur confort en vol prolongé, pilotage au cale-pieds facile

inconvénients : le passage assis-debout est moins rapide, le vol assis devient inconfortable et la visibilité devant soi est plus réduite.

avantages : grand confort en vol prolongé, usage accélérateur très facile

inconvénients : vol assis et le passage couché-debout plus difficiles, difficulté pour rentrer ou sortir les pieds du cocon, protection moindre (dorsale) sauf certains modèles qui proposent un airbag avec évent latéral, visibilité devant soi ou en dessous très mauvaise.

Comment choisir votre taille?

Les fabriquants proposent des tailles en fonction de votre poids et de votre morphologie comme illustré ci-contre.

– La hauteur du dossier permet d’ajuster à la taille du dos,
– La largeur de l’assise permet d’adapter la largeur du bassin,
– La profondeur de l’assise permet d’adapter la longueur des jambes.

L’essai sous portique est recommandé (surtout pour les modèles haut de gamme) car il permet de bien vérifier la taille adéquate avec tous les réglages, de vérifier le couple voile-sellette et de s’assurer du confort en fonction de sa morphologie. Pour comparer une sellette parapente, utilisez votre voile habituelle.

Tabeau des tailles (SUPAIR)

Tabeau des tailles (SUPAIR)

Illustration SUP’AIR
horizontal break

3 – Les éléments de sécurité

horizontal break

L’ABS (le système d’anti-balance par croisillons), la hauteur des points des maillons et la structure de la sellette sont autant de façons de limiter plus ou moins l’instabilité de la sellette et de modifier le comportement de la voile.

Se mettre debout aisément et pouvoir s’asseoir sans l’aide des mains sont aussi des éléments de sécurité passive. Le réglage de la ventrale est également déterminant (voir ABS). Toutes les sellettes n’ont pas la même réactivité.

horizontal break

La sécurité active

ABS (graphique PP Menegoz)

ABS (graphique PP Menegoz)

Illustration du manuel « Parapente, s’initier et progresser » de Pierre Paul Menegoz

Le système stabilisateur ABS (Anti Balance System)

Ce système a pour effet de limiter le basculement du poids du pilote vers le côté non portant de la voile en cas de fermeture asymétrique et, de ce fait, de freiner l’accélération de la mise en virage côté fermé. En vol turbulent, l’ABS limite les bascules liées à l’instabilité latérale.

Dans le système ABS, deux sangles relient en diagonale le milieu de la ventrale aux bords latéraux de la planchette évitant le déséquilibre du pilote en tombant d’un coté de sa sellette. Avec ce système, une partie du poids est transférée sur le point d’ancrage opposé diminuant le déséquilibre.

L’influence du serrage de la sangle ventrale sur la stabilité de la sellette

Le système ABS fonctionnant grâce à des croisement de sangles reliées à la ventrale, l’écartement de la ventrale sera déterminant sur l’efficacité de la stabilité. Par effet inverse, l’ABS limite l’amplitude du pilotage à la sellette.

L’ancrage en V

Bien réglé, l’ancrage en V permet d’obtenir la même protection que le système ABS.

ancrage en V (graphique PP Menegoz)

ancrage en V (graphique PP Menegoz)

Les systèmes d’absorption de chute

Les systèmes d’absorption de chute sont conçus pour limiter les conséquences de chutes de faible hauteur en protégeant le dos. Il existe 2 types de protection, l’airbag (la plus efficace) et la mousse.

L’airbag est recommandé pour les personnes les plus fragiles, la mousse est plutôt destiné aux sportifs et amateurs de freestyle. Les sellettes réversibles sont pratiquement toutes dotées aujourd’hui d’un airbag.

SUPAIR bumpair17xc

SUPAIR bumpair17xc

Bump’air SUP’AIR

Système airbag de la SUP’AIR Pixair

La protection en mousse

L’amortissement se fait par la fuite de l’air de caissons mis en forme par des blocs de mousse. La qualité de l’amortissement est déterminée par le volume d’air qui peut s’en échapper. Plus la mousse est épaisse, meilleur est l’amortissement. Il présente l’avantage de fonctionner en toutes circonstances, phase de décollage inclus.

avantages : plus profilé et compact lors de l’utilisation, meilleure tenue latérale, peu sensible à la déchirure, protection encore efficace durant les chocs répétés et glissades.

Inconvénients : amortissement moins bon qu’un airbag (moins de volume d’air), le poids, l’encombrement dans le sac.

L’airbag

Le système airbag fonctionne par la fuite d’air d’une grande poche gonflée par le vent relatif. Ce qui fait la qualité de l’amortissement, c’est le volume d’air qui peut s’en échapper.

Avantages : protection plus légère et plus efficace, rangement plus compact.

Inconvénients : moins aérodynamique, protection diminuée après le premier impact, usure en cas de chocs répétés, efficacité quasi nulle* lors de la phase de décollage, peut efficace en chute latérale.

* Il existe aujourd’hui des systèmes de prégonflage permettant de donner du volume initial sans vent relatif pour une protection efficace avant l’envol (voir SUPAIR)

Le parachute de secours.

Poche parachute intégrée ou non, que choisir?

Certaines sellettes sont conçues sans poche parachute intégrée, ce qui oblige le pilote à s’équiper d’un conteneur ventral. Si certaines pratiques excluent le parachute de secours comme le speed-riding, le vol rando ultra light ou le gonflage au sol, le port du secours est fortement recommandé même en vol sur site (collision).

La manipulation du secours ventral présente une contrainte si on n’a pas vraiment besoin du gain de poids.

Poche parachute non intégrée à la sellette parapente

Avantages : amovible, gain de poids, pratique pour les séances de gonflage (sans le secours)

Inconvénients : gêne, manipulation supplémentaire pour fixer le secours

Poche parachute intégrée à la sellette parapente

avantage : pas de manipulation à effectuer

Inconvénients : surpoids du conteneur, surcoût de la sellette

Les différents logements du secours

sellette parapente SUPAIR ALTIRANDO2 RS

sellette parapente SUPAIR ALTIRANDO2 RS

ADVANCE Impress 3

ADVANCE Impress 3

parachute ventral SUP'AIR

parachute ventral SUP'AIR

Parachute sur le côté ou sous la sellette

Parachute latéral, dorsal ou sous-cutal

Parachute intégré en ventral

Parachute fixé sur le dessus du cocon

Parachute ventral non intégré

Parachute fixé aux points d’accroches ou aux sangles d’épaule

Avantage
Le déploiement est plus rapide qu’avec une poignée sur la sangle d’épaule.

Inconvénients
Impossible d’attraper la poignée avec la main opposée

Avantage
La poignée est visible et est accessible des 2 mains

Inconvénients
Gêne au décollage

Avantages
Le parachute, amovible, est transféré facilement d’une sellette à l’autre

Inconvénients
Gêne et manipulation supplémentaire avant le décollage

horizontal break

Conclusion

Le matériel de parapente est de plus en plus léger mais ce n’est pas forcément un critère de choix pour tous. L’idéal serait de posséder deux sellettes parapente : par exemple, une sellette légère et une sellette de tous les jours. Comme plus de 100 sellettes sont proposées sur le marché, ce n’est pas facile d’arrêter son choix.

Pour cela, nous vous proposerons prochainement de consulter notre guide d’achat qui, grâce à son sélecteur, vous permettra de restreindre aux modèles les mieux adaptés à votre niveau et à votre pratique.

sources : cet article a été réalisé grâce à la participation de SUPAIR, ADVANCE et KORTEL DESIGN et à partir des sources suivantes : « Choisir sa sellette » de SUPAIR, « Parapente, s’initier et progresser » de Pierre Paul Menegoz et le blog Ridair
horizontal break

Liens intéressants

La boutique Ridair propose un petit guide d’achat sur son blog rédigé par Cyrille Marck (moniteur au centre école du Marstein)
Comment choisir sa sellette parapente (Ridair)

La boutique en ligne PARATROC a publié un comparatif d’une trentaine de modèle de sellettes parapente qu’elle commercialise
comparatif de sellettes parapente

L’article publié dans Parapente Mag et rédigé par Maxence et Christophe Walker (école K2 parapente) qui donne des conseils sur le choix d’une sellette
choix et réglages sellette parapente

Le site de l’atelier de couture AIRPLUME spécialisé sur la fabrication de sellettes sur mesure

Accéder directement à la rubrique sellette parapente des marques commercialisant des sellettes

One thought on “Sellette parapente, tout savoir avant de faire son choix


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*