• Home
  • /VOLTIGE : le travail au sol

VOLTIGE : le travail au sol

Nous sommes bien éduqués en France sur ce sujet, la plupart des parapentistes ayant appris à voler chez nous le savent, plus nous passons d’heures au sol à gonfler sa voile, mieux c’est pour les sensations en l’air. Ça l’est également pour la simple maîtrise du décollage ; c’est tellement dommage de voir de nombreux pilotes refuser un déco par manque de maîtrise de leur aile au sol, ou à l’inverse de constater trop régulièrement de grosses lacunes sur le sujet et des décollages manquant cruellement de maîtrise.

SOMMAIRE

Photo : Lorraine Humeau

Photo : Lorraine Humeau

François Ragolski et Martin Schricke en session kite lors de leur aventure Paragliding Line au Chili

Deux choses à retenir avec le gonflage

1 – C’est sans fin ! Quand on voit un acrobate manipuler sa voile sur un déco… On comprend très vite que l’on pourra toujours s’améliorer (et n’allez pas croire que la voile d’acro fait tout le boulot).

2 – Plus on pratique, plus c’est ludique ! Ne vous découragez donc pas au cours des premières heures, ça va devenir de plus en plus joueur et intéressant.

Gonflage « classique » – Exercices de bases

On commence par faire des montées de voile face au vent, « dos-voile » afin d’apprendre à sentir la voile sans la regarder (on peut même jouer à fermer les yeux pour travailler les sensations : dans les jambes, aux hanches, aux commandes…).

  • Objectifs : savoir corriger la montée de la voile si elle s’oriente mal, savoir se recentrer, savoir doser la montée de la voile par plusieurs forces de vent, gérer les phases de réception de l’aile et son contrôle (l’arrêt de la montée, et la gestion en tangage / roulis).
  • Ne pas hésiter à tester des actions extrêmes afin d’en voir les limites (impulsions très fortes ou timides, montée de voile trop lente ou au contraire violente, laisser aller volontairement la voile jusqu’à la frontale pour sentir ce moment important.
  • Se déplacer avec sa voile au-dessus de la tête, là où l’on veut, en comprenant les effets d’appuis-sellette VS commandes. Forcez-vous également à utiliser tout le débattement de vos commandes, aller chercher les points de décrochages, c’est très instructif.
  • Gonfler la voile dos au vent, le fameux « face-voile ». Au début, il faut faire simple et agir “en direct”, en ayant les commandes lâchées, afin de piloter la montée de l’aile avec un avant dans chaque main. Comme pour le dos voile, travailler dans différentes forces de vent (et il sera possible petit à petit de pratiquer avec beaucoup plus de vent). Ce visuel apporte beaucoup d’informations. Attention, cet exercice est déconseillé en phase de décollage réel où l’on privilégiera la prise des commandes en dragonnes, et donc inversées.
  • Se déplacer face à la voile, avec l’objectif d’aller où on le souhaite. Comprendre l’effet des appuis-sellettes, qui là aussi sont inversés !

Lorsque vous atteignez un certain niveau de maîtrise de toutes ces bases, le vrai jeu commence ! On sait aller où l’on veut avec son parapente au-dessus de la tête, on sait maîtriser une montée de voile et un préparatif au décollage avec plusieurs intensités de vent.

DES VIDEOS SUR LE GONFLAGE

Le travail au sol

Gonflage «ludique» – Jouons au sol



Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*