• Home
  • /VOLTIGE : les figures et les étapes

VOLTIGE : les figures et les étapes

Pierre Van Stabel en touch (= plus de points !) avant le posé radeau

Ce qui est fabuleux de nos jours, c’est l’arrivée progressive d’une forme « d’expérience collective », permettant aux nouveaux arrivants de ne pas répéter les erreurs des anciens. L’encre commence à couler, les méthodes se définissent, l’activité acro se « structure » plus ou moins ! Alors bien sûr, il y aura toujours les autodidactes, et ceux qui apprennent par l’erreur, pourquoi pas ? Mais pour ceux qui souhaitent apprendre efficacement, sans se faire de frayeurs, voilà ci-dessous quelques « recommandations ».

SOMMAIRE

L’idée ici n’est pas de vous proposer un tutoriel, mais plutôt une sorte de roadbook, avec une proposition d’étapes par lesquelles passer, allié à quelques conseils et astuces de pro…

Et pourquoi ne pas classer les différentes étapes de l’apprentissage du pilotage en niveaux ? Rien de biblique là-dedans, mais cela permettra à tout le monde d’y retrouver ses petits.

N’oubliez pas que la voltige est une discipline ingrate, et qu’elle mérite d’y passer beaucoup de temps. Les pistes de travail et les heures d’entraînement sont nombreuses !

Les figures et les étapes

Avant propos

Vitesse de progression

La plupart des pilotes acro de haut niveau s’accordent à dire qu’il n’est pas forcément une bonne chose de progresser trop vite, prenons notre temps ! Nous sommes tous pareils, nous avons vite envie de « jouer » ; mais en voltige, pour jouer sereinement, il faut passer par une phase de travail (ici niveau 1 et une bonne partie du 2) qui n’est pas des plus réjouissantes, qui est parfois impressionnante, qui secoue, mais qui permettra d’attaquer la suite avec des bases solides. Finalement, l’objectif ultime en voltige, c’est de progresser bien sûr, mais de le faire avec du plaisir, et sans se faire peur !

Dans le pilotage actif, une fois les bases du niveau 1 acquises

Une fois les bases du niveau 1 acquises, vous êtes clairement dans le pilotage actif, vous avez réalisé au moins un stage, et vous commencez à acquérir une aisance et le mental pour voler plus en sécurité. En maîtrisant le contenu du niveau 1 évoqué ci-dessous, vous avez mis beaucoup d’atouts dans votre jeu pour réagir comme il se doit lors de vos futurs vracs. Soit dit en passant, vous avez aussi acquis des compétences qui peuvent être utiles lors de vos vols cross… A bon entendeur !

Il est temps maintenant de se poser la question : « ai-je envie d’aller plus loin ?

Ai-je envie d’attaquer l’acro à proprement parlé ? Ai-je les habilités mentales et physiques nécessaires ? » C’est à vous de voir, mais n’oubliez pas le principal, nous sommes sous une aile pour prendre du plaisir avant tout !
Comme précise Jean-Marc Ardhuin : « l’acro à proprement parlé n’est pas une discipline que tout le monde peut aborder, la charge émotionnelle est forte », vous en avez très probablement pris la mesure pendant le niveau 1.

La notion du côté fort

Nous avons tous un côté que nous préférons

Un conseil

Vous pouvez bien sur commencer par le côté sur lequel vous avez le meilleur feeling, mais pensez dès que possible à travailler l’autre côté, sous peine de voir votre côté favori se renforcer, et l’autre s’affaiblir… Nombreux sont les pilotes qui regrettent de ne pas avoir fait davantage attention à cela dès le début de leur apprentissage. Plus on attend avant de travailler le deuxième côté, plus ce sera difficile de s’y mettre.

Les figures et les étapes

Niveau 1

Attention : Le signe  implique que pour les premières tentatives de la manœuvre en question, nous conseillons fortement de la réaliser en milieu sécurisé, coaché, et en ayant bien intégré ce que l’on s’apprête à tenter, ainsi que les implications possibles.

Tangage

Source : Pierre Paul Menegoz pour la FFVL

Source : Pierre Paul Menegoz pour la FFVL

Illustration Pierre Paul Menegoz pour la FFVL – cliquez pour agrandir

Vidéo K2 Parapente montrant bien les 3 phases du tangage

– comprendre ses 3 phases :
accélération, ressource, abattée, et le bon timing (quand enfoncer vos commandes, et combien de temps),
– savoir être symétrique et respecter un axe de travail,
– mesurer l’amplification du tangage,
– et gérer une temporisation lorsque c’est nécessaire.

Une temporisation est un geste ample mais rapide que l’on effectue lorsque la voile nous dépasse, mais elle sera d’autant plus efficace lorsque la voile aura de l’énergie et vous aura donc largement dépassée (plus de 30° devant vous).

Roulis

Travaillez d’abord à la sellette, puis en ajoutant doucement de la commande, avant de se diriger vers de petit wings.

Privilégiez la constance du rythme à l’amplification, vous devez sentir un moment où vous pourriez rester des heures dans le même niveau de roulis en étant symétrique gauche/droite.

Le roulis et le tangage sont de très bons exercices pour progresser en pilotage thermique.

Source : Pierre Paul Menegoz pour la FFVL

Source : Pierre Paul Menegoz pour la FFVL

Illustration Pierre Paul Menegoz pour la FFVL – cliquez pour agrandir



Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe