• Home
  • /Infos parapente

Infos parapente

23/06/2019

horizontal break

COMPETITION

Course Red Bull X-Alps 2019 : compte rendu Jour 8 (23 juin)

Jour 8 – 23 juin

Aujourd’hui, huit jours après le début de la course, les 29 athlètes, l’esprit fatigué, se sont enfin réveillés avec le soleil. Regain d’optimisme avec l’idée de parcourir de plus grandes distances dans les airs.

Les conditions ensoleillées devraient se poursuivre pour les prochains jours. Monaco devient plus à la portée. Pour Christian Maurer, cela pourrait être dès demain. Il espérait pouvoir faire le Turnpoint 12 aujourd’hui. Il lui reste 130 km à parcourir pour arriver à Peille (dernier Turnpoint) avant le dernier glide jusqu’à Monaco.

Maxime en route pour Saint Hilaire

« La course s’accélère maintenant avec les conditions de vol qui s’améliorent et les vraies distances vont se matérialiser à mesure que les athlètes se donnentà fond », a déclaré Christoph Weber, directeur de la course. « Jusqu’à présent, le travail a été très difficile pour les athlètes, en particulier et le mauvais temps pour rejoindre Titlis. Seul Maurer a réussi à le faire sans randonnée. »

Maxime Pinot se bat pour la deuxième place. Ce midi, à l’approche de Saint Hilaire, l’athlète autrichien Paul Guschlbauer s’était rapproché dangereusement (une trentaine de kilomètres). Aujourd’hui, il a récupéré la distance perdue contre Maurer. Ce soir, Chrigel est à 120 km du but, Maxime, 210 km et Paul 280 km.

Les conditions défavorables ont rapprochés de nombreux athlètes. Dans un esprit de camaraderie, Gaspard Petiot a accepté hier de guider Tom de Dorlodot (BEL) et Markus Anders (GER2) sur le glacier de Tschingel. Les règles de course exigent que les athlètes soient accompagnés par un guide de montagne qualifié sur un terrain glacé. Gaspard, guide de montagne, a accepté de faire ce travail pour eux et ils ont passé la nuit dans la hutte de Mutthorn.

Aucun athlète n’a tiré de Night Pass pour cette nuit. La plupart veut le garder en réserve pour l’utiliser quand ils seront plus proches de Monaco.

 

23/06/2019

horizontal break

COMPETITION

Course Red Bull X-Alps 2019 : compte-rendus journaliers

«C’est sans aucun doute l’édition la plus difficile de tous les temps», a déclaré Ulrich Grill, l’organisateur de la course. Le départ, le 16 juin, débute deux semaines plus tôt que d’habitude. Il y a encore beaucoup de neige en haute montagne, ce qui va compliquer la tâche des athlètes si ceux-ci doivent se déplacer à pied en altitude. D’ailleurs, à cause de la neige, les athlètes doivent emporter en plus un équipement pour avalanche, des crampons et un piolet.

Découvrez ci-dessous le suivi de la course jour après jour.

Live trackingFacebook

Cliquez sur l’image pour accéder au Live Tracking >

Du 16 au 23 juin

Aujourd’hui, huit jours après le début de la course, les 29 athlètes, l’esprit fatigué, se sont enfin réveillés avec le soleil. Regain d’optimisme avec l’idée de parcourir de plus grandes distances dans les airs.

Les conditions ensoleillées devraient se poursuivre pour les prochains jours. Monaco devient plus à la portée. Pour Christian Maurer, cela pourrait être dès demain. Il espérait pouvoir faire le Turnpoint 12 aujourd’hui. Il lui reste 130 km à parcourir pour arriver à Peille (dernier Turnpoint) avant le dernier glide jusqu’à Monaco.

Maxime en route pour Saint Hilaire

« La course s’accélère maintenant avec les conditions de vol qui s’améliorent et les vraies distances vont se matérialiser à mesure que les athlètes se donnentà fond », a déclaré Christoph Weber, directeur de la course. « Jusqu’à présent, le travail a été très difficile pour les athlètes, en particulier et le mauvais temps pour rejoindre Titlis. Seul Maurer a réussi à le faire sans randonnée. »

Maxime Pinot se bat pour la deuxième place. Ce midi, à l’approche de Saint Hilaire, l’athlète autrichien Paul Guschlbauer s’était rapproché dangereusement (une trentaine de kilomètres). Aujourd’hui, il a récupéré la distance perdue contre Maurer. Ce soir, Chrigel est à 120 km du but, Maxime, 210 km et Paul 280 km.

Les conditions défavorables ont rapprochés de nombreux athlètes. Dans un esprit de camaraderie, Gaspard Petiot a accepté hier de guider Tom de Dorlodot (BEL) et Markus Anders (GER2) sur le glacier de Tschingel. Les règles de course exigent que les athlètes soient accompagnés par un guide de montagne qualifié sur un terrain glacé. Gaspard, guide de montagne, a accepté de faire ce travail pour eux et ils ont passé la nuit dans la hutte de Mutthorn.

Aucun athlète n’a tiré de Night Pass pour cette nuit. La plupart veut le garder en réserve pour l’utiliser quand ils seront plus proches de Monaco.

Maxime Pinot a franchi la frontière française à 13h. Chrigel était près de Chambéry à cette heure. Ce soir, l’extra-terrestre Chrigel a dépassé Saint Hilaire.

Etre en l’air est un souvenir lointain pour la plupart des athlètes, marchant jusqu’aux limites de l’épuisement : 5 000 m de randonnée par jour, soit l’équivalent de l’ascension du mont Everest tous les deux jours. Ce qui les maintient au sol est un passage de mauvais temps. Mais tout cela devrait changer à partir de dimanche avec le retour de la chaleur et son lot de grands jours de vol.

Le leader de la course, Chrigel, arrivera probablement à Monaco lundi, alors que de nombreux athlètes arriveront probablement jeudi. « Tout le monde profitera du beau temps, ce sera une approche rapide pour Monaco« , a déclaré le co-fondateur de la course, Ulrich Grill.

Tout le monde se pose la question à propos de Maxime Pinot : arrivera-t’il à rattraper Maurer ? Vivant à Annecy, il a l’avantage psychologique d’être chez lui. Mais à 100 km de Maurer et à 300 km du but, les chances se réduisent. Il faut un peu de chance de son côté pour réussir : « Avec cette situation météorologique, il sera extrêmement difficile de l’attraper« , ajoute Weber.

Demain, ce sera l’élimination d’un dernier athlète : sur la ligne de mire, le coréen Chikyong Ha (KOR) et le colombien Alex Villa (COL). Les deux prennent des lignes divergentes vers Lermoos (Turnpoint 5). Bien que Villa ait moins de distance à parcourir, il semble que les chances pour l’athlète coréen soient plus favorables. Ha a décidé de tirer un Night Pass pour marcher cette nuit malgré des ampoules atroces qui le font souffrir (voir vidéo Jour 6) : « Il n’est autorisé à l’utiliser que si les médecins le jugent bon », a déclaré le directeur de la course, Christoph Weber.

En plus de Ha et Masztalerz, Benoit Outters (FRA1) remportera également une Night Pass ce soir. Il espère pouvoir sauter par-dessus pour profiter du beau temps, car il entre également dans un territoire familier.

Kinga Masztalerz (NZL2) est la dernière athlète féminine restante. Elle a dit que la course avait dépassé ses attentes : « Chaque jour est juste inoubliable. » Traverser la colonne vertébrale des Alpes dans les airs a été un moment fort pour elle : «Nous volions à 3 200 m. C’était wouah! « 

Ulrich Grill, fondateur de la course, a déclaré: « Nous sommes entrés dans le 6ème jour de la course et les souffrances commencent à apparaître ! »

Thomas Christensen (DNK), Willi Cannell (USA2) et Tobias Grossrubatscher (ITA2) ont obtenu leur Night Pass, leur permettant de ne pas prendre le repos obligatoire entre 22h30 et 5h00. « Au début, je me suis demandé pourquoi tant de pilotes avaient choisi un Night Pass sans raison apparente. Peut-être parce qu’aujourd’hui, c’est le jour le plus long de l’année » a déclaré le directeur de la course, Christoph Weber.

Il y a une autre raison pratique : les athlètes ont besoin de passer Titlis (Turnpoint 7) ce week-end pour profiter de la levée des restrictions de l’espace aérien de Meiringen les samedi et dimanche. Jusqu’à présent, ces restrictions ont limité les capacités des athlètes à voler haut et loin.

Pour la plupart des athlètes, l’objectif était Titlis, le Turnpoint (TP) le plus élevé de la course (3 000 m). Les conditions météo empêchant de voler, les athlètes ont été contraints de monter à pied (3 heures).

Paul Guschlbauer (AUT1), en 3è position, a été le premier à arriver ce matin (ce soir, il a dépassé le TP8). Les athlètes qui sont proches du TP8 sont Patrick von Känel (SUI2), Benoit Outters et Aaron Durogati (ITA).

Chrigel a maintenu son avance de 50 km sur Maxime est est entré dans les Alpes françaises. Une fois qu’il aura posé sa signature au TP 10 (St Hilaire du Touvet), il pourrait se retrouver sur un circuit plus facile puisque des conditions météo avantageuses se mettent en place : « Une fois passé St Hilaire, il se retrouvera dans de bonnes conditions de vol et il pourrait accélérer« , a précisé le directeur de la course.

Mais Maxime, à la deuxième place, une fois rentré sur son territoire, va peut-être nous surprendre. La course Red Bull X-Alps est loin d’être terminée !

Dominika Kasieczko (POL) a été éliminée ce matin en tant que dernière athlète. Le prochain sera retiré de la course dans 48 heures.

Le brouillard a traversé les Alpes suisses ce matin, obligeant les athlètes à poursuivre le combat à pied. Ce soir, Chrigel Maurer semble avoir échappé aux griffes de Maxime Pinot (50 km les séparent) mais le mauvais temps pourrait encore gâcher son avancée. Maxime a d’ailleurs décidé de prendre son Night Pass ce soir pour réduire l’écart et rattraper le pilote invicible.

Il a été obligé de grimper à pied ce matin plus de 2 000 m de dénivelé pour atteindre Titlis (le Turnpoint 7). Il est arrivé au sommet peu avant 11h30 dans un épais brouillard : « C’était vraiment épuisant », a-t-il déclaré. Maxime a attendu deux heures dans une tempête de neige avant de pouvoir se mettre en position pour le décollage. Cela semblait impossible mais les nuages ​​se sont levés suffisamment pour offrir de la visibilité vers la vallée pour décoller : « Prochain arrêt, l’Eiger », s’est écrié son assistant Jérémie Lager.

La visibilité par endroits était inférieure à 100 m. Les nuages n’étaient pas la seule chose à craindre : les restrictions de l’espace aérien autour de Meiringen ont obligé les athlètes à voler en dessous de 1 600 m jusqu’à 18h15.

Derrière les 2 premiers, les athlètes se bousculent, échangeant leurs positions. « C’est aussi compétitif qu’à l’avant  » a déclaré Ulrich Grill, l’organisateur de la course.

Paul Guschlbauer (AUT1) et Aaron Durogati (ITA1) sont à une cinquantaine de kilomètres derrière Maxime. Ensuite, se trouve un groupe composé de Patrick von Känel (SUI2), le plus jeune athlète sur le terrain (24 ans) et les athlètes français Benoit Outters et Gaspard Petiot. Un autre groupe d’athlètes a validé Davos (Turnpoint 6) en début d’après-midi : les Allemands Manuel Nübel (GER1), Markus Anders (GER2), Simon Oberrauner (AUT2) et Tom de Dorlodot (BEL) qui a eu 34 ans aujourd’hui.

Tobias Grossrubatscher a été sanctionné pour une infraction à l’espace aérien autour d’Innsbruck. La sanction : une attente forcée de 5h à 17h demain.

© zooom.at / Harald Tauderer

Chrigel Maurer a été le premier à se rendre au Turnpoint, à Davos (en Suisse) sous les applaudissements de la foule qui était venue au bord du lac pour saluer son arrivée. Maxime Pinot est arrivé peu après 13 heures. « Cela doit apparaître sur le Live Tracking« , a-t-il déclaré. « Parfois, il y avait du vent allant de 20 à 30 km / h et c’était assez compliqué. Nous avons également perdu du temps au décollage. La crête que nous avons rejointe n »était pas été si facile pour décoller. »

C’est la deuxième fois que Maxime commence la journée aux côtés de Maurer. Sa seule chance, peut-être, est que Chrigel commette une erreur… A moins que la course aille en sa faveur avec la météo. Il est possible que, demain, ils soient obligés de continuer à pied. Maxime, plus jeune, est un coureur entraîné et rapide… On se rappelle de Chrigel lors de la course de 2017 qui a souffert lorsqu’il a été contraint de marcher toute la journée.

Au milieu de l’après-midi, Maxime était toujours accroché dans son sillage. Leurs routes se sont séparées. Chrigel, optant pour une ligne au Sud, a réussi à rejoindre le Turnpoint 7 (situé au sommet du Titlis) avant la fin de la journée. Quant à Maxime, il a choisi une route vers le nord (avec des versants plus orientés sud/sud ouest) qui, malheureusement, ne lui a pas permis de rejoindre le TP7. Ce soir, 40 km les séparent.

L’événement intéressant du jour : le retour du maestro volant italien, Aaron Durogati. Le premier jour, il était à l’arrière mais, depuis deux jours, il se retrouve dans les meilleures places (4è ce soir). Mais l’italien tient à éviter la marche autant que possible…

Derrièrelui, Gaspard Petiot courent à ses trousses. Derrière, un groupe de 10 athlètes environ au même endroit profite du vol en groupe. La bataille au sein de ce groupe s’avère être passionnante aussi !

À l’arrière, la course est terminée pour l’athlète libanais Rodolphe Akl, éliminé ce matin. Le prochain athlète sera éliminé sera dans 48 heures. Ayant déjà utilisé son Night Pass, l’athlète polonaise Dominika Kasieczko est dans le colimateur ! Aujourd’hui, c’est le russe Evgenii Griaznov qui a choisi de marcher de nuit.

Bataille qui se resserre entre Chrigel et Maxime

Maxime Pinot (FRA4), novice de la course Red Bull X-Alps 2019, s’est battu aujourd’hui pour suivre Chrigel Maurer. Ils ont décollé ensemble ce matin, ont parfois pris des routes distinctes et ont atteint le Turnpoint 4 situé à la station italienne de Kronplatz.Maurer est arrivé le premier mais suivi de près par Maxime très tenace.

Maxime, suiveur ? Si on les observe en live au Livetracking, on découvre que les choix tactiques, parfois différents, correspondent aux tempéraments des 2 pilotes (ceci n’est que mon point de vue) : Chrigel, vieux routard, en terres connues, choisit des lignes sûres pour limiter les risques (il chemine avec des vols quasi rectilignes en enroulant à peine !) alors que Maxime, ancien compétiteur international de distance, opte pour des options apparemment plus engagées pour tenter de le devancer… Maxime avoue ne pas être satisfait de sa journée. Pour l’instant, ça ne paie pas mais à suivre !

Ce soir, Maurer, Maxime, Aaron Durogati (ITA1) et Paul Guschlbauer (AUT1) ont dépassé le Turnpoint 5 à Lermoos – Tiroler Zugspitz Arena. Une avancée spectaculaire de Gaspard Petiot qui remonte en 5è position en choisissant une route par le Sud, dépassant le groupe Patrick von Känel (SUI2), Benoit Outters (FRA1), Antoine Girard (FRA3), Tom de Dorlodot (BEL) et Manuel Nubel (GER1).

Derrière, la bataille se poursuit entre Dominika Kasieczko (POL) et Rodolphe Akl (LBN). Le dernier athlète au classeùent sera éliminé à la première heure mercredi matin. Kasierczko avait déjà 15 km d’avance sur Akl au milieu de l’après-midi et elle a choisi de passer un Night Pass aujourd’hui.

Photos : zooom.at / Felix Wölk / Honza Zak / Vitek Ludvik

La face sud du massif de Hochkonig (Autriche) a été le théâtre de batailles épiques et de duels entre athlètes alors que les groupes de leaders et de chasseurs profitaient des conditions propices au vol pour se rendre Aschau-Chiemsee (Turnpoint 3).

Chrigel Maurer (SUI1) était accompagné des 2 français Benoit Outters (FRA1) et Maxime Pinot (FRA4) ainsi que de l’Autrichien Paul Guschlbauer (AUT1). Ils ont tous atteint le point de virage vers 14 h avant de poursuivre leur route vers Kronplatz (Turnpoint 4), situé à 120 km au sud où ils pourraient se rendre dès demain matin.

Pouvoir voler a été un énorme soulagement pour les athlètes qui avaient passé la majeure partie de l’après-midi d’hier et une grande partie de la matinée à marcher, certains jusqu’à 50 km. Hier soir, Toma Coconea (ROU) a été le premier à rejoindre le Turnpoint. Maurer était le suivant, arrivant quelques minutes avant le début de la pause obligatoire. La majeure partie des concurrents ont franchi le Turnpoint 2, Wagrain-Kleinarl à 8 heures ce matin.

Le premier groupe de poursuivants était composé de Manuel Nübel (GER1), de Simon Oberrauner (AUT2), de Toma Coconea (ROU) et d’Aaron Durogati (ITA1). L’athlète Rodolphe Akl (Liban) a obtenu un laissez-passer pour la nuit. Avec la première élimination de l’athlète classé dernier mercredi, sa position est dangereuse et il espère pouvoir s’en sortir.

Sous la menace des orages

Départ de la Mozartplatz, à Salzbourg, à 11h30. les 32 athlètes ont commencé l’ascension exténuante du Turnpoint 1, le Gaisberg (1 287 m). Maxime Pinot (FRA4) a été le premier athlète à atteindre le sommet en 1h 05m 50s. Paul Guschlbauer (AUT1), le suivait (24s) ainsi que Simon Oberrauner (AUT2).

Un doute persistait sur la capacité de voler du sommet en raison du risque d’orages. Mais les athlètes se sont envolés en direction du Turnpoint 2, Wagrain-Kleinarl. Cette balise a été atteinte  par de nombreux athlètes le soir. Désormais, ils se dirigent vers le nord-ouest jusqu’à Aschau-Chiemsee, en Allemagne. Helmut Schrempf (AUT3), Kaoru Ogisawa (JPN) et Benoit Outters (FRA1) ont utilisé leur Night Pass pour avancer toute la nuit.

Cliquez sur une photo pour voir le diaporama

Photos : © zooom.at / Harald Tauderer

Aujourd’hui, première étape de la Red Bull X-Alps : le prologue. En raison de la force des vents, le parcours a été raccourci : une randonnée de 23 km avec un vol autour de trois points de virage au sommet du Grießsenkareck (gain d’altitude de 1 153 m). Trois athlètes sont arrivés ensemble au sommet en 55m 31s: Benoit Outters (FRA1), Chrigel Maurer (SUI1) et Maxime Pinot (FRA4). Maxime, finaliste de nombreuses courses hike&fly depuis 2 ans, apparaît réellement comme une menace pour le quintuple gagnant de la Red Bull X-Alps Chrigel Maurer…

Le chronomètre s’est arrêté au sommet car les conditions ne permettaient pas un vol de compétition en toute sécurité mais les athlètes étaient toujours en mesure de revenir à Wagrain-Kleinarl à leur propre rythme. Christoph Weber, directeur de la course, a expliqué  la décision de mettre fin à la course. « Cela ressemblait à une belle journée, mais le problème était un fort vent de secteur sud ou sud qui soufflait jusqu’à 60 km / h. C’est pour cette raison que nous avons pris la décision de raccourcir le parcours. »

« Nous avons poussé autant que possible« , a déclaré Maxime Pinot (FRA4), l’un des athlètes les plus courageux de cette année. Avec deux athlètes français sur le podium du Prologue, on constate que les Français font l’affaire dans cette course. Maxime Pinot a ajouté: « Ce serait bien d’avoir une victoire française après tous les Suisses, mais on verra. Une grande partie du parcours est en France, j’attends cela avec impatience.  »

« Je suis très heureux« , a ajouté Benoit Outters (FRA1), deuxième au classement général en 2017. « Ce fut une randonnée difficile avec Maxime et Chrigel. J’ai dû beaucoup pousser. »

Résultats

1. Benoît Outters (FRA1) – 55m 31s
1. Maxime Pinot (FRA4) – 55m 31s
1. Christian Maurer (SUI1) – 55m 31s
4. Paul Guschlbauer (AUT1) – 56m 43s
5. Tobias Grossrubatscher (ITA2) – 59m 45
6. Simon Oberrauner (AUT2) – 1h 01m 15s
7. Markus Anders (GER2) – 1h 03m 18s
8. Aaron Durogati (ITA1) – 1h 03m 33s
9. Gavin McClurg (USA1) – 1h 04m 55s
10. Patrick von Känel (SUI2) – 1h 05m 25s
11. Gaspard Petiot (FRA2) – 1h 05m 39s
12. Rodolphe Akl (LBN) – 1h 06m 42s
13. Toma Coconea (ROU) – 1h 07m 10s
14. Nick Neynens (NZL1) – 1h 08m 34s
15. Cody Mittanck (USA3) – 1h 08m 40s
16. Willi Cannell (USA2) – 1h 08m 43s

17. Antoine Girard (FRA3) – 1h 10m 43s
18. Juraj Koreň (SVK) – 1h 11m 29s
19. Tom de Dorlodot (BEL) – 1h 12m 04s
20. Kaoru Ogisawa (JPN) – 1h 12m 18s
21. Eduardo Garza (MEX) – 1h 13m 45s
22. Dominika Kasieczko (POL) – 1h 14m 00s
23. Alex Villa (COL) – 1h 14m 03s
24. Thomas Juel Christensen (DNK) – 1h 14m 59s
25. Helmut Schrempf (AUT3) – 1h 15m 07s
26. Evgenii Griaznov (RUS) – 1h 15m 19s
27. Baris Celik (TUR) – 1h 15m 25s
28. Manuel Nübel (GER1) – 1h 15m 30s
29. Adrian Keller (SUI3) – 1h 16m 23s
30. Kinga Masztalerz (NZL2) – 1h 16m 33s
31. Marko Hrgetic (HRV) – 1h 19m 29s
32. Chikyong Ha (KOR) – 1h 34m 16s

Les trois premiers remportent donc chacun un « Night Pass » d’une importance stratégique car il leur permettra de courir une deuxième nuit pendant la course pour se démarquer des autres concurrents. Cela leur donnera également une longueur d’avance sur les autres concurrents au départ de la deuxième journée.

Désormais, les athlètes bénéficient de deux jours de repos avant le début de la course principale. Rendez-vous dimanche pour le départ de la course à Salzbourg.

N’oubliez pas de suivre la course sur Live Tracking

Le parcours

Le parcours a commencé de la ville de Salzbourg en direction du sommet du Gaisberg (altitude 1 287 m). Le second turnpoint est à Wagrain-Kleinarl (lieu qui a accueilli la course du Prologue).

Ensuite, les coureurs se dirigeront vers le nord-ouest jusqu’à Aschau-Chiemsee, puis vers le sud à travers l’arête alpine principale jusqu’à Kronplatz, avant de re-traverser les Alpes pour se rendre à la Lermoos Tiroler Zugspitz Arena.

De là, le parcours suit un itinéraire vers l’ouest en passant par les tournants suisses de Davos, Titlis (le plus haut balise du parcours) et le légendaire mont Eiger. Ensuite, c’est en France, au Mont Blanc, à St Hilaire et au Cheval Blanc via un autre détour par l’Italie par Monte Viso.

Voir la description du parcours en détail

Découvrir le parcours

Source : service communication Red Bull X-Alps

 

20/06/2019

horizontal break

SITE METEO

MeteoParapente.com : nouveau modèle avec couverture élargie

Il y a quelques mois, Nicolas Baldeck nous avait promis des améliorations sur le site Météo-Parapente.Com. Voici donc les améliorations apportées à ce jour par rapport au modèle précédent.

Cette évolution est une première étape, temporaire. Elle prépare l’arrivée du modèle HREM (High-Resolution European Model) 3. On pourrait décrire HREM comme une “extension” géographique et temporelle des données AROME de Météo-France. Une vraie révolution !

Elargissement des zones et résolution

Si la zone à haute résolution reste à 2,5 km, la couverture est étendue à une grande partie de l’Europe (voir les 2 premières illustrations avant/après).

Quand à la zone moyenne résolution, elle passe de 18 km à 7,5 km. Elle couvre notamment les Canaries, l’Islande et une partie de la Norvège (illustrations suivantes avant/après).

Autres améliorations

C’est la partie visible de la mise à jour mais de nombreuses autres améliorations ont été apportées dans « sa mécanique » (actuellement, les prévisions arrivent un peu plus tard, mais cela devrait s’arranger dans les semaines à venire).

Ce modèle est un modèle professionnel qui s’adresse normalement au marché B2B (startups, agriculture, assurance…), tout en étant bien adapté à nos besoins. La puissance de calcul nécessaire est considérable et nécessite un supercalculateur HPC dédié. Évidemment, à une échelle plus réduite que chez Météo-France… Les coûts se chiffrent en milliers d’euros par mois.

Si Nicolas met un tel modèle à disposition de Météo-Parapente, c’est grâce à vos contributions ! Pensez-y !

horizontal break
 

17/06/2019

horizontal break

COMPETITION

PWC, étape en Chine : Méryl et Baptiste sur le haut du podium

La seconde étape de la Coupe du monde de parapente s’est déroulée à Linzhou en Chine du 9 au 15 juin. De bonnes conditions qui ont permis à 120 pilotes (en provenance de 27 nations) de réaliser six manches. Cinq pays étaient très bien représentés (plus de 10 pilotes) : France, Russie, Chine, Corée et République Tchèque..

Sur la plus haute marche du podium, 2 jeunes français : Baptiste Lambert et Méryl Delferrière.

Baptiste : « C’est incroyable, j’ai longtemps rêvé de faire un podium à ce niveau, et me voilà sur la première marche ! »

Méryl, avec ses excellents résultats qui ne surprennent plus vraiment, finit 5è au classement général ! Félicitations à eux deux !

D’autre part, on constate que, dans les résultats, des voiles autres que l’Enzo et la Boomerang apparaissent en haut de la liste : Flow Spectra (9 et 16è), Davinci Opera (10è), UP Meru (11è) et NIVIUK Evox (12, 15 et 17è). Une nouvelle bataille vers encore plus de performances est déclarée auprès des leaders !

Source photos : PWCA

Top 3 classement général

1- Baptiste LAMBERT (FR)
2- Michael KÜFFER (SUI)
3- Evan BOUCHIER (USA)

Voir tout le classement

Top 3 ladies

1- Méryl DELFERRIERE (FR)
2 – Daria KRASNOVA (RUS)
3 – Constance METTETAL (FR)

horizontal break
 

05/02/2019

horizontal break

FORMATION PLUS

Stages parapente axés sur le mental, la confiance et la sérénité

Comme vous êtes de plus en plus nombreux à chercher une école qui vous enseigne la mise en confiance, la gestion du stress, bref, toutes les recettes pour voler plus zen et se faire plaisir, ROCK THE OUTDOOR a collecté quelques écoles qui ont décidé de pousser un peu plus loin la formation des pilotes… Des stages encadrés par des personnes compétentes (guide haute montagne sensible à la gestion du risque, monitrice formée en préparation mentale, pyschologue et même un moniteur en Taï Chi Chuan). Après le « Voler mieux », voici le « Voler serein » !

Stage Préparation mentale avec Esprit Parapente

Tout comme la technique, l’analyse, la théorie, le mental demande qu’on s’y intéresse et une véritable préparation mentale se travaille et s’acquière.

Les dates : du 15 au 19 juillet – du 19 au 23 août – du 2 au 6 septembre – du 14 au 18 octobre

En partant de votre vécu, de vos diverses expériences, et des diverses techniques de préparation mentale ( visualisation, explicitation, respiration, PNL, …) nous mettrons ensemble un plan de travail. Le but est que vous repartiez avec une connaissance de vous-même pour poursuivre le travail chez vous. Les problématiques peuvent être diverses et variées : manque de progression, appréhension de certaines phases de vol, divers blocages, manque de prises de décision. La préparation mentale en parapente va englober la gestion du stress, la confiance en soi, la composante attentionnelle, la motivation.

Stage sur 5 jours. Les temps de travail alternent entre voler et mise en situation de techniques de préparation mentale. Le but est de vivre ensemble un maximum de situations afin de mieux découvrir votre fonctionnement, acquérir des compétences pour booster votre mental quand la situation le nécessite.

Découvrir un article paru sur le site : « Stage de « préparation mentale organisé par Esprit Parapente »

A propos des intervenants

Delphine est titulaire du Diplôme Universitaire en Préparation Mentale et aide à la performance. Elle est galement technicienne en PNL utilisant des outils pédagogiques en lien avec le parapente.

En savoir plus

Stage Confiance & Sérénité avec Alpwind

Un stage pour (re)gagner en confiance, en relâchement

Les dates : 29 et 30 juin

Vous avez vécu un moment traumatisant ou vous vous sentez mal à l’aise en l’air sous votre parapente, vous souhaitez vous préparer efficacement au vol de durée ou construire un projet de voyage… Bref, vous désirez gagner en confiance et sérénité avant de vous envoler. Nous proposons ce petit stage comme porte d’entrée aux stratégies du risque et à la gestion émotionnelle.

Une écoute individuelle et des débriefings personnalisés vous permettront de dégager des pistes concrètes pour votre future pratique. Durant ces deux jours, nous réaliserons – selon les conditions – un ou plusieurs vols afin de vous permettre de placer des actes concrets à la partie théorique.

Voir son article paru dernièrement sur le site : « Comment gérer l’engagement en parapente (cross, marche et vol et voyages »

Contact : Philippe Collet

A propos des intervenants

Philippe est Guide de Haute montagne, moniteur de parapente, de canyon, formateur Alpinisme à l’Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme à Chamonix où il vit.

plus d’infos

Stage « Voler serein » avec Les Gens d’Air

Stages parapente en présence d’une psychologue spécialisée en EFT (voir ci-dessous) et de Jean Marc Galan (du 29/08 au 02/08/19).

Les dates : du 29/07 au 02/08/19 du 05/08 au 09/08/1

– Analyse individuelle,
– Cours théorique ciblé,
– Séances individuelles de EFT (technique de libération émotionnelle).

A propos des intervenants
– Laurence Bros, psychologue et parapentiste
– Jean-Marc Galan (auteur du livre « Gérer les risques en parapente« )
– 2 moniteurs pour l’encadrement.

Stage TAICHIFLY parapente itinérant

« Énergie, Équilibre, Envol… Un voyage intérieur en plein ciel pour le plaisir de voler en confiance »

Les dates : du mercredi 17 au samedi 20 juillet 2019

Animé par Sam Essertier, moniteur parapente diplômé BEES et Hervé Marigliano, professeur D.E. de Tai Chi Chuan et praticien de Médecine traditionnelle chinoise.

Ce stage itinérant à travers plusieurs sites de vol de la Drôme et de l’Isère (avec possibilité de découverte de sites sauvages du Vercors et du Diois) s’adresse à des pilotes de parapente autonomes volant sous leur propre responsabilité et qui souhaitent conjuguer perfectionnement parapente et optimisation de leur pratique du vol par la méthode du Taichifly, une synthèse de techniques efficaces issues du Taichi Chuan et du Qigong et transposées au domaine du pilotage.

Grâce à un travail de coordination psycho-motrice, de visualisation, de gestion du mental et de respiration, le pilote parviendra à mieux adapter ses actions en vol, à renforcer son mental, à mieux gérer son stress, à savoir anticiper, et à développer un pilotage harmonieux sans geste parasite.

Ce stage comprend un bilan énergétique chinois individuel, une présentation du concept des sept émotions selon la médecine traditionnelle chinoise et son rapport avec la gestion du mental, l’apprentissage des techniques du Taichifly (mouvements psycho corporels issus du Taichi chuan et du Qigong en lien avec la pratique du parapente), l’apprentissage des pushing hands avec partenaire pour améliorer la coordination et mieux contrôler son stress ; l’activité du vol parapente, la découverte de sites sauvages et ou agréables à voler dans le Vercors, les conseils pratiques et techniques du vol parapente et de gestion du mental pour se faire plaisir et progresser en cross country.

Contact : 06 76 63 51 64 ou par mail herve.marigliano@wanadoo.fr

Découvrir l’article paru sur le site : « Pratiquez le Taïchi pour voler encore plus zen en parapente »

A propos des intervenants

Hervé Marigliano, parapentiste, ceinture Noire 5e Dan d’arts martiaux chinois, acupuncteur, enseigne le Tai Chi Chuan et est auteur du livre « l’art du Tai Chi Chuan ».

Qu’est-ce que le Tai Chi Chuan ?

Le Tai Chi Chuan, art martial le plus populaire au monde, est aussi une pratique de santé. Associant mouvements lents et respiration, cette discipline énergétique vise autant la maîtrise des gestes techniques et martiaux que l’harmonisation du corps et de l’esprit et l’élaboration, au plus profond de soi, d’un équilibre subtil entre santé et mieux-être. Les exercices du Tai Chi Chuan, accessibles à tout âge, utilisent toute une gamme de mouvements simples, souples et lents, la respiration rythmée et la concentration de l’esprit.

horizontal break
 

12/06/2019

horizontal break

TISSU PARAPENTE

Jean Baptiste Chandelier présente le Porcher Skytex 21 à la Red Bull X-Alps

Porcher Sport et Jean-Baptiste Chandelier présenteront le tissu de parapente le plus léger au monde lors de la course Red Bull X-Alps 2019. Ce nouveau tissu Porcher Sport, le Skytex 21 qui ne pèse que 21 g au m² apportera une sensation encore plus grande d’apesanteur. Son lancement est prévu pour 2020.

La compétition Red Bull X-Alps débute à Salzbourg le 13 juin (avec le Prologue). Lors de cette course, 32 athlètes devront parcourir 1 138 km de pistes alpines en parapente ou en trail avant de rejoindre Monaco. Ils utiliseront tous des parapentes équipées du tissu Porcher Sport Skytex 27g/m². L’athlète américain, Gavin McClurg, qui utilise une voile SKYWALK X-Alps 4 vante les mérites d’avoir une voile fabriquée avec du tissu léger dans une course comme celle-ci: «Mon équipement cette année est incroyablement excitant : mon aile ne pèse que 2,85 kg, soit presque la moitié du poids que celui de la voile que j’avais en 2015. On estime que cela me fera économiser plus de deux tonnes de poids au cours de la course ! »

Les caractéristiques de ce tissu comparé à ceux des fabricants concurrents

Olivier Gros, chef de la division mondiale, Sports et loisirs chez Porcher Sport, explique : «Ce qui rend notre procédé de fabrication de tissu unique, c’est notre capacité à produire en continu dans nos usines de tissage spécialisées en France des tissus plus légers à partir de fils de polyamide 6.6 à haute résistance. D’autres fabricants peuvent atteindre des poids similaires mais ils doivent utiliser des fils beaucoup plus légers. Ils sont, de ce fait, moins résistants et durables et ils vieillissent mal… Techniquement, le développement s’est révélé difficile. Nous allons l’introduire maintenant avec notre partenaire Skywalk pour la saison 2020».

Jean-Baptiste Chandelier avec une voile en PORCHER Skytec 27 m²

horizontal break
 

12/03/2019

horizontal break

COMPETITION

L’itinéraire de la Red Bull X Alps 2019 : encore plus difficile !

Le parcours de la 9è édition sera la plus difficile de l’histoire de la Red Bull X Alps

Sur une distance de 1138 km en ligne droite entre Salzbourg et Monaco, 32 athlètes originaires de 20 pays, dont 2 femmes et 30 hommes, devront franchir 13 turnpoints répartis en Autriche, Allemagne, Italie, Suisse, France pour finir à Monaco.

Les nouveaux turnpoints dans l’ouest de l’Italie et dans le sud de la France obligeront les participants à courir le long de la plus grande chaîne de montagnes d’Europe et à la traverser cinq fois entre le nord et le sud, ainsi que de l’ouest à l’est. Christoph Weber, directeur de la course, a déclaré que cette nouvelle édition s’annonce difficile. « La course aura lieu plus tôt que les années précédentes. On pourra s’attendre à plus de neige en haute montagne, ce qui pourrait ralentir les athlètes. Si le beau temps n’est pas de la partie, la course sera très longue et épuisante jusqu’à Monaco!  »

Partant de la place Mozartplatz à Salzbourg, en Autriche, les athlètes remonteront le Gaisberg (turnpoint 1). La course se poursuivra ensuite jusqu’à Wagrain – Kleinarl (Turnpoint 2), ville de montagne située au sud de Salzbourg. Le terrain sera déjà connu puisque le Prologue se déroulera à cet endroit quelques jours auparavant. Ensuite, direction au nord à Aschau – Chiemsee (le turnpoint 3 ), jusqu’à la limite nord des Alpes qui pénètrent en Allemagne. De là, un grand voyage vers le sud jusqu’à la Kronplatz en Italie (turnpoint 4), qui passe notamment par la traversée de la crête alpine de près de 4 000 mètres d’altitude, pour rejoindre le sommet de la montagne Messner.

Cliquez sur la carte pour l’agrandir 

Ensuite, retour au nord de Zugspitze, le plus haut sommet d’Allemagne. De là, les 32 aventuriers redescendront directement de la frontière autrichienne jusqu’à Lermoos – Tiroler Zugspitz Arena (Turnpoint 5 ). Ensuite, ils commenceront vraiment à se déplacer vers l’ouest pour rejoindre Davos en Suisse, juste à côté du magnifique Davosersee (Turnpoint 6). Après, direction Titlis, au-dessus d’Engelberg, le turnpoint  le plus élevé de la course sur un glacier situé à 3 200 m.

Après cela, les athlètes devront passer l’Eiger (Turnpoint 8), une des montagnes les plus emblématiques du monde de l’escalade, puis le Turnpoint 9 du Mont Blanc, le Turnpoint 10 à St Hilaire. Après, Monte Viso dernière grande pyramide de roche d’Italie (Turnpoint 11), ils se dirigeront vers le Cheval Blanc (Turnpoint 12 ).

Les concurrents affronteront ensuite les 91 km restants pour atteindre Peille (Turnpoint 13) où le chrono s’arrêtera. De là, les athlètes n’auront plus qu’à effectuer le dernier vol de 2 km au-dessus de Monaco. Ils atterriront sur un char d’atterrissage pour célébrer l’accomplissement et le soulagement de terminer la course d’aventure la plus difficile au monde !

Sur cette édition, la distance et le nombre de turnpoints démontrent qu’il s’agit de l’itinéraire le plus difficile des 16 années d’histoire de la course. À partir de maintenant, les athlètes n’ont plus que trois mois pour se préparer physiquemet et mentalement…

Dates

Prologue à Wagrain – Kleinar : 13 juin
Départ de la course à Salzburg : 16 Juin

En savoir plus

Athlètes

Pilotes français participant à la Red Bull X-Alps : Benoit Outters, Gaspard Petiot, Antoine Girard et Maxime Pinot

Voir toutes les athlètes

horizontal break
 

06/06/2019

horizontal break

COMPETITION

Hand’Icare Cup : succès rayonnant pour cette 1ère édition

Quatre jours de rencontres, de partage entre passionnés du vol libre, où le handicap n’est plus un frein.

Organisée par le club Parateam, la première édition d’Hand’Icare Cup, compétition amicale par équipe de pilotes en situation de handicap et valides, qui s’est déroulée du 30 mai au 2 juin 2019, a été un franc succès (revoir la news annonçant cet événement). Bénéficiant de conditions météorologiques idéales sur les 3 derniers jours, les compétiteurs, les organisateurs et leurs soutiens sont unanimes quant à la réussite de cette première mondiale. Au total, 38 compétiteurs dont une vingtaine en situation de handicap, représentants 5 nationalités et 70 bénévoles ont partagé ce qui restera, c’est certain, une expérience sportivement et humainement inoubliable.

Hand’Icare Cup, une première mondiale !

Sur le décollage, si la concentration des pilotes et des accompagnants était palpable, les directeurs d’épreuve, Martial Digon, moniteur de l’école Prévol et Jacky Vicedo, moniteur en formation DEJEPS, à l’initiative de la compétition, épaulé par Emmanuel Felix-Faure, membre de la Fédération Française de Vol Libre (FFVL) ont su apporter la décontraction et la bienveillance qui a caractérisé cette manifestation conviviale.
Malgré les niveaux de pratique hétérogènes des pilotes, la barrière de la langue et les conditions changeantes en début de manifestation, le professionnalisme, la sagesse et l’adaptabilité de l’équipe a permis aux pilotes de se faire plaisir, en toute sécurité, sur des épreuves à la fois ludiques et plus classiques dans le milieu du parapente.

Résultats de l’Hand’Icare Cup : 2 podiums et 6 équipes récompensées

Les compétiteurs se sont départagés en équipe, sur quatre épreuves : la finesse, la précision d’atterrissage, le cross et le pompon. Ils ont été récompensés selon deux classements afin de tenir compte des niveaux de pratiques.

Podium expert

L’équipe Les Vautours Dauphinois a raflé la première place (José Ruiz-Carillo et Gontrand Chevron), pilotes rhône-alpins décollant, pour l’un en fauteuil, pour l’autre en courant grâce à une prothèse. En 2ème place, l’équipe Les Kiwis (Arnaud Guillemot, sourd profond, et Gilles Campestrini) et en 3ème place l’équipe Fruwersi II (Grzegorz Kuik,et Jedrzej « Handi » Jaxa-Rozen), venus de Pologne.

Classement Piou-piou

A la 1ère place, l’équipe Flairouse team II (Loris Sambardy, pilote en fauteuil originaire de Voiron et Olivier Bardot). A la 2è place, l’équipe des Raides Birds (Hervé Girard et Grégoire Léger) et l’équipe ITA 1 (Marius Ganthaler et Alexander Lösch), originaires d’Italie.

Voir tous les résultats

Ateliers découverte : des rêves qui se réalisent

En marge de la compétition, une trentaine d’adultes et adolescents, certains en situation de handicap, ont pu découvrir le parapente. Au sol, lors des ateliers sur la pente école de Saint Hilaire, menés de main de maître par Pascal Chatanay et Arthur Schweickhardt, bénévole et élève moniteur qui a su braver les fortes chaleurs pour courir et remonter sans compter les fauteuils de vols. D’autres ont pu réaliser leur rêve et s’envoler dans les airs, à l’instar de Sylvia, qui était « au paradis là-haut » grâce à Alexandre Py, pilote biplaceur bénévole, pendant un vol découverte de plus de 45 minutes, aux côtés des compétiteurs.

Les animations du Off : toujours plus de parapente et d’occasions de tisser des liens

En fin de journée, des conférences et projections de films pour s’informer, voyager et s’émerveiller toujours plus des différentes facettes du parapente. Parmi les invités, Antoine Boisselier, réalisateur du film « Flying Fish » et Honorin Hamard, Champion de Parapente, ont fait l’immense plaisir de venir à la rencontre de nos compétiteurs.
Point d’orgue des soirées, trois concerts en plein air samedi soir, avec les groupes Tell Dem, Smokin’ Birds et Monkey Theorem qui ont déchaîné le public mêlant participants, bénévoles et locaux venus nombreux pour partager ce moment festif du rassemblement.

Une organisation et des bénévoles au rendez-vous

Que ce soit pour la logistique de la compétition, les déplacements, l’accueil des pilotes, la prise en compte de leurs besoins particuliers ou les animations qui leur ont été proposé, les participants ont grandement apprécié les efforts du club organisateur. Hand’Icare cup n’aurait pas été possible sans l’engagement et la flexibilité dont les 70 bénévoles ont fait preuve durant ces quatre jours.

Un an, deux ans ? C’est sûr, il y aura une 2ème édition !

Face à ce succès, à l’engouement des pilotes, bénévoles et à tous ces sourires si gratifiants, c’est une certitude : le Parateam réitèrera l’expérience. Les organisateurs se réservent toutefois le temps du bilan, et de l’anticipation pour que cette secnde édition puisse réunir les mêmes conditions de succès, avant de statuer sur la date de la prochaine Hand’Icare Cup.

Contacts

Equipe d’organisation : handicarecup(at)parateam.com

www.handicarecup.com

Crédits photos : Alexis Benoit et Sébastien di Brango

horizontal break
 

02/06/2019

horizontal break

COMPETITION

Coupe du Monde Coeur de Savoie : Charles et Méryl sur le haut du podium

Une étape de la PWC (Coupe du monde parapente) se déroule du 25 mai au 1er juin 2019 à Chamousset

Coeur de Savoie a accueilli pour la troisième fois une étape de la PWC. Près de 130 pilotes internationaux en provenance de 26 pays dont 40 français (voir tableau ci-dessous) se sont affrontés dans le ciel savoyard.

Les 3 premières manches se sont déroulées dans des conditions météo peu propices (plaf très bas), obligeant les organisateurs à programmer des manches avec de courtes distances, dont une avec un start lancé  à 16h30 ! Heureusement, les 3 dernières ont permis aux compétiteurs internationaux de prendre de l’altitude et de profiter de belles vues des montagnes enneigées de la région savoyarde.

Félicitations aux heureux gagnants de cette étape de la Coupe du monde en France : Charles Cazaux et Méryl Delferrière.

Pour connaître les infos essentielles des manches, voir ci-dessous.

A découvrir aussi dans les onglets, les vidéos commentées de Damien Lacaze (manches 1, 2 4 et 5)

Classement général

1 Charles CAZAUX FRA
2 Stephan MORGENTHALER CHE
3 Tilen CEGLAR SVN
4 Russell OGDEN GBR
5 Honorin HAMARD FRA
6 Alexandre JOFRESA FRA
7 Ulrich PRINZ DEU
8 Stefan WYSS CHE
9 Ferdinand VOGEL DEU
10 Jurij VIDIC SVN

 

Voir tous les résultats

Féminin

1 Méryl DELFERRIERE FRA
2 Seiko FUKUOKA NAVILLE FRA
3 Keiko HIRAKI JPN
4 Yael MARGELISCH CHE
5 Nancy BERGE FRA
6 Nanda WALLISER CHE
7 Constance METTETAL FRA
8 Elisabeth EGGER AUT
9 Joanna DI GRIGOLI VEN
10 Emma CASANOVA GBR

Remise des prix

Manche 6

« Today was anotther day » avec des conditions époustouflantes et une vue imprenable depuis le décollage de Montlambert. La manche la plus longue de la compétition a été fixée, un parcours de 123 km conduisant les pilotes à la découverte des Bauges et d’Allevard au sud.

Ce fut une journée solide avec des zones de convergence bien placées. C’était une journée de vol survolant lacs et montagnes, avec encore une fois un paysage magnifique, des montagnes enneigées et de superbes vues sur le lac d’Annecy et le lac du Bourget pour ceux qui avaient le temps de « s’arrêter » et de prendre une photo en chemin.

Pour marquer la fin de l’une des meilleures Coupes du monde de l’histoire, 113 pilotes ont marqué le but aujourd’hui ! Comme le résumait Yassen SAVOV, « That was a proper way to finish the comp. ».

Ruth Jessop

Top 3 – manche 6

1st       Luc ARMANT
2nd      Chigwon WON
3rd      Charles CAZAUX

Top 3 ladies – manche 6

1st      Seiko FUKUOKA NAVILLE
2nd      Méryl DELFERRIERE
3rd      Yael MARGELISCH

Manche 5

Aujourd’hui, nous sommes allés au magnifique décollage de Forclaz surplombant le lac d’Annecy. Avec une prévision époustouflante de légers vents d’ouest du nord, une tâche impressionnante de 115 km a été fixée pour faire traverser aux pilotes les épiques montagnes de granit des Bauges. La première partie consistait en un vol en montagne. Il y avait de fortes montées de 7 m / s et des courses rapides. C’était une manche avec beaucoup de variétés.

Est venu  ensuite un aller et retour entre Allevard et une vue imprenable sur les montagnes enneigées des Ecrins. Emma Casanova a déclaré: « Je voulais juste rester là pour toujours. »

Malheureusement, dans le cas de l’ESS, 30 joueurs de l’équipe principale n’avaient pas assez de hauteur et n’ont pas atterri au goal. 25 pilotes sur 125 ne seront pas satisfaits de leur position, alors ne fixez pas trop d’objectifs. Soyez juste prêt à apprendre de l’expérience.

Ruth Jessop

Top 3 overall

1st      Jurij VIDIC
2nd      Tilen CEGLAR
3rd      Yongtae AHN

Top 3 ladies

1st                Seiko FUKUOKA NAVILLE
2nd               Constance METTETAL
3rd                Yael MARGELISCH

Classement général

1 Stephan MORGENTHALER CHE
2 Charles CAZAUX FRA
3 Tilen CEGLAR SVN
4 Theo WARDEN GBR
5 Russell OGDEN GBR
6 Joachim OBERHAUSER ITA
7 Honorin HAMARD FRA
8 Jurij VIDIC SVN
9 Alexandre JOFRESA FRA
10 Stefan WYSS CHE

La 5è manche vécue par Damien

Aujourd’hui, y’a de la matière ….
Ce n’est qu’un jeu, mais qui me prends sérieusement la tête. Surtout lorsqu’on fait un glide final façon « jeu de dés » … comme si notre sport n’était pas déja suffisamment aléatoire. Pour résumer, une belle course de 115 kil à travers les bauges, jusqu’à la vallée de Fond de France. avec des hauts et des bas, mais en finissant sur un haut (enfin) et en me faisant plaisir. Dans les 10 au points temps donc. Sauf que, pour diminuer les risques de rentrer au goal bas, à cause d’une haie d’arbre à franchir, le comité de pilote à mis fait en sorte qu’on soit obligé de remonter sur Chamoux en y mettant une dernière balise. Or, chacun sait que cette montagne est parmis les plus merdiques pour ressortir. Un jour ça marche, pas le lendemain. Aujourd’hui, la moitié des 20 premiers posent à l’atterro de Chamoux, à 2km du goal après avoir faits les points temps et sans avoir pu remonter sur Chamoux, alors que la veille, à la même altitude, on est tous remontés. Un glide final est la partie la plus stressante de la course, on calcule sans cesse notre finesse nécessaire au goal, on ajuste notre vitesse. Mais là, c’est impossible ! On est obligé de s’en remettre au hasard de cette montagne de merde pour savoir si le bon Dieu veut de nous aujourd’hui et nous fera remonter…
J’en ai encore mal à la gorge ….
Compète foutue, définitivement. Plus qu’à essayer d’oublier pour demain.

Manche 4

Avec un ciel bleu et des montagnes enneigées, c’était aujourd’hui une journée parfaite pour le parapente. En raison du vent du nord persistant en altitude, une manche de 86 km avec cinq points de virage zigzaguant autour de la vallée a été définie.

Les parties stratégiques de la course d’aujourd’hui étaient quand et où traverser la vallée ou encore rester sur les crêtes basses à l’avant ou aller plus loin dans les collines les plus élevées.

Ce fut une journée de forts thermiques. Le vent venant de différentes directions autour du parcours a rendu la manche difficile.

La partie la plus importante du parcours est arrivée juste avant le quatrième virage. Les connaissances locales ont aidé Julien Wirtz à rompre avec le mouvement et à utiliser une zone de confluence créée par le vent qui s’élevait des deux côtés de la crête pour lui permettre de survoler les crêtes et de prendre un avantage en altitude. Il a traversé End of Speed avec une minute d’avance sur 39 secondes.

Au total, 109 pilotes ont plongé dans le terrain du goal pour le plus grand plaisir des foules profitant du soleil et de la superbe chute de la Dent d’Arclusaz.

Ruth Jessop

Top 3 overall

1st      Julien WIRTZ
2nd      Stephan MORGENTHALER
3rd      Pierre REMY 

Top 3 ladies

1st      Méryl DELFERRIERE
2nd      Keiko HIRAKI
3rd      Nanda WALLISER

Tous les résultats

Classement général

1 Stephan MORGENTHALER CHE
2 Stefan WYSS CHE
3 Joze MOLEK SVN
4 Pierre REMY FRA
5 Theo WARDEN GBR
6 Julien WIRTZ FRA
7 Charles CAZAUX FRA
7 Tilen CEGLAR SVN
9 Joachim OBERHAUSER ITA
10 Russell OGDEN GBR

La 4è manche vécue par Damien Lacaze

la 3ème manche a été un calvaire du début à la fin pour moi, je n’ai pas eut d’énergie pour empiler les 3 pauvres images que j’en ai fait.

Aujourd’hui, le temps se met enfin au beau, le moral remonte un peu et les journées devraient s’améliorer jusqu’à la fin. Encore un peu de Nord qui forcera le comité de pilote à nous garder dans le bocal de coeur de Savoie, protégés dans la bulle.
Encore une manche moyenne pour moi, j’enchaine un peu les contres perf ici. Mais bon, ce n’est qu’un jeu.

Manche 3

Les prévisions ce matin annonçaient pluie et vent fort. Mais une manche courte a été programmée en milieu d’après midi dans la vallée à cause des nuages bas !

Cet après-midi, nous sommes allés à Ebaudiaz décoller du côté est de la vallée, près du sommet du Grand Arc. Avec le décollage à la base des nuages, la pluie dans la vallée et les prévisions de grands vents, personne n’était optimiste. Une tâche de 51,72 km a été fixée au QG, le départ étant ouvert à 16h35 !

Un comité très optimiste a décidé de lancer une manche qui semblait totalement impossible au début. Je pense pouvoir affirmer que tout le monde a volé plus loin que prévu. Un total de 86 pilotes ont parcouru les 51,72 km jusqu’au goal !

C’était une journée pour décider jusqu’où aller dans les montagnes et surtout pour faire preuve de patience. Selon Manuel Quintanilla : le paysage était incroyable, ces énormes montagnes couvertes de neige étaient incroyables.

Le vainqueur d’aujourd’hui, le champion européen Theo Warden, a oublié sa radio, a mal pris le départ et a malgré tout réussi à s’imposer face au meilleur du monde du parapente : à gagner par 3 minutes et 32 ​​secondes, une performance remarquable compte tenu de la brièveté de la manche.

La journée d’aujourd’hui a prouvé une fois de plus que dans une Coupe du monde de parapente, tout est possible.

Ruth Jessop

Top 3 overall

1st      Theo WARDEN
2nd      Stefan WYSS
3rd=    Joachim OBERHAUSER
3rd=    Mitch RILEY

Top 3 ladies

1st      Méryl DELFERRIERE
2nd     Elisabeth EGGER
3rd      Nancy BERGE

Voir tous les résultats

Classement général

1 24 Stephan MORGENTHALER CHE
2 38 Theo WARDEN GBR
3 517 Joze MOLEK SVN
4 30 Andreas MALECKI DEU
5 18 Joachim OBERHAUSER ITA
6 205 Jose REBELO PRT
7 5 Alexandre JOFRESA FRA
8 1 Pierre REMY FRA
9 626 Honorin HAMARD FRA
10 63 Mitch RILEY USA

Mauvais temps, il pleut fort à Chamousset. Pas de manche aujourd’hui.

Manche 2

« Aujourd’hui, nous prévoyions un surdéveloppement plus tard dans la journée. Une manche de 48,5 km a donc été définie. Deux virages ont ensuite permis aux pilotes de monter en zigzag, puis de traverser la vallée, l’objectif étant la ferme des Gabelins.

La traversée de la Dent d’Arclusaz par les pilotes jusqu’au premier virage a été spectaculaire pour les spectateurs au sol, mais rude pour le moins, pour les pilotes.

Ensuite, il y avait un passage de vallée qui s’est avéré la partie la plus tactique du parcours. Jošt NAPRET et Zoran LABOVIC ont été les premiers à s’échapper et à traverser la vallée. Les leaders ont atteint le dernier point de contournement ensemble, puis ont atteint le goal.

35 pilotes ont marqué le goal à trois minutes d’intervalle. 110 pilotes ont marqué le goal dans une course très rapide et furieuse. Le vainqueur, Tilen Ceglar, a parcouru à une vitesse moyenne de 43,5 km / h. Malheureusement, les leaders ont volé trop vite pour que la journée soit pleinement valide ».

Ruth Jessop

Top 3 overall

1st                Tilen CEGLAR
2nd               Sebastian OSPINA
3rd                Pierre REMY

Top 3 ladies

1st                Méryl DELFERRIERE
2nd               Yael MARGELISCH
3rd                Seiko FUKUOKA NAVILLE

Tous les résultats à découvrir ici : http://pwca.org/results/results

La 2è manche par Damien Lacaze

Une manche courte au vue des prévis médiocre annoncées. Finalement, les conditions étaient bien meilleures, manche trop courte bouclée en 1h…. à 45Km/h de moyenne. On n’a pas beaucoup tourné, et moi, j’ai beaucoup parlé !

Source photos : PWCA

Manche 1

« La journée d’aujourd’hui a débuté avec un ciel couvert et peu d’espoir de succès. Cependant, avec 126 pilotes de classe mondiale au décollage, il était temps de prouver que tout est possible ! Une manche en zigzag de 64 km à travers et de haut en bas de la vallée, avec 5 points de conturnements a été fixée.

Il semblait à un moment donné qu’ils allaient rejoindre le goal, mais les nuages remplirent  le ciel et même les pilotes les plus tenaces étaient incapables de prendre une hauteur suffisante pour franchir le dernier point de virage, légèrement en hauteur.

Cependant, pour reprendre les mots de l’actuel dirigeant de l’International XContest, Sebastian OSPINA, « le travail a été ardu aujourd’hui sur très peu de distance, mais il était formidable que nous ayons tous pu voler dans une journée aussi inouïe et indescriptible ».

by Ruth Jessop

Top 3 overall

1st  Jose REBELO
2nd = Charles CAZAUX
2nd = Andreas MALECKI

Top 3 ladies

1st  =  Keiko HIRAKI
1st  =  Seiko FUKUOKA NAVILLE
3rd      Constance METTETAL

Tous les résultats sont visibles ici : http://pwca.org/results/results

Pas de vol aujourd’hui pour les pilotes à cause des conditions météo.

    
Alexander SCHALBERAustriaEnzo 3 (Ozone)H
Helmut EICHHOLZERAustriaEnzo 3 (Ozone)H
Michael SOMMERAUERAustriaBoomerang 11 (Gin)H
Christian HocheggerAustriaZeno (Ozone)H
Elisabeth EggerAustriaZeno (Ozone)F
Rafael Moraes BarrosBrazilEnzo 3 (Ozone)H
Rafael SALADINIBrazilEnzo 3 (Ozone)H
Leandro PaduaBrazilBoomerang 11 (Gin)H
Cristiano RICCIBrazilBoomerang 11 (Gin)H
DEONIR SPANCERSKIBrazilEnzo 3 (Ozone)H
Yassen SAVOVBulgariaEnzo 3 (Ozone)H
J.p. Robert VandenbegineCanadaEnzo 3 (Ozone)H
Michal SNEIBERGCzech RepublicGuru (UP)H
Karel KutaCzech RepublicMeru (UP)H
Jan JARESCzech RepublicMeru (UP)H
Petr KostrhunCzech RepublicBoomerang 11 (Gin)H
Honorin HAMARDFranceEnzo 3 (Ozone)H
Charles CAZAUXFranceEnzo 3 (Ozone)H
Stéphane POULAINFranceEnzo 3 (Ozone)H
Jacques FOURNIERFranceEnzo 3 (Ozone)H
Jonathan MARINFranceIcepeak Evox (Niviuk)H
Stephane DROUINFranceEnzo 3 (Ozone)H
Simon METTETALFranceEnzo 3 (Ozone)H
Loïs GOUTAGNYFranceIcepeak Evox (Niviuk)H
Baptiste LAMBERTFranceEnzo 3 (Ozone)H
Pierre REMYFranceEnzo 3 (Ozone)H
Simon PELLISSIERFranceIcepeak Evox (Niviuk)H
Manu LALYFranceEnzo 3 (Ozone)H
Arnaud BAUMYFranceBoomerang 11 (Gin)H
Rémi BourdelleFranceSpectra (Flow Paragliders)H
Stephane BenoitFranceEnzo 3 (Ozone)H
Flavio FUNIATIFranceIcepeak Evox (Niviuk)H
Tim RochasFranceIcepeak Evox (Niviuk)H
Gildas BENFranceEnzo 3 (Ozone)H
Thomas GURYFranceEnzo 3 (Ozone)H
Denis CHOURAQUIFranceEnzo 3 (Ozone)H
Alexandre JOFRESAFranceEnzo 3 (Ozone)H
Clement LATOURFranceEnzo 3 (Ozone)H
Tanguy Renaud-GoudFranceEnzo 3 (Ozone)H
Maxime PinotFranceBoomerang 11 (Gin)H
Julien WIRTZFranceEnzo 3 (Ozone)H
Luc ARMANTFranceEnzo 3 (Ozone)H
Méryl DelferriereFranceEnzo 3 (Ozone)F
Laurie GenoveseFranceEnzo 3 (Ozone)F
Constance METTETALFranceXCRacer (Flow Paragliders)F
Nancy BERGEFranceZeno (Ozone)F
Seiko FUKUOKA NAVILLEFranceEnzo 3 (Ozone)F
Cyrille MarckFranceIcepeak Evox (Niviuk)H
Andy TALLIAFranceEnzo 3 (Ozone)H
Arnaud SECHERFranceBoomerang 11 (Gin)H
Damien LACAZEFranceEnzo 3 (Ozone)H
Samuel AVENNEFranceIcepeak Evox (Niviuk)H
Jerome DELBECQUEFranceEnzo 3 (Ozone)H
Michel MacquetFranceSpectra (Flow Paragliders)H
Ivan HAASFranceSpectra (Flow Paragliders)H
Nicola DI BERNARDOFranceEnzo 3 (Ozone)H
Ulrich PRINZGermanyEnzo 3 (Ozone)H
Torsten SIEGELGermanyBoomerang 11 (Gin)H
Andreas MALECKIGermanyEnzo 3 (Ozone)H
Christian BarthelmannGermanyEnzo 3 (Ozone)H
Johannes BaumgartenGermanyEnzo 3 (Ozone)H
Ferdinand VogelGermanyEnZo 2 (Ozone)H
Ernesto HinestrozaGermanyEnzo 3 (Ozone)H
Martin PETZGermanySpectra (Flow Paragliders)H
ali akhtariIranZeno (Ozone)H
Soheil barikaniIranBoomerang 11 (Gin)H
Bogdan BialkaIreland (Republic of)Enzo 3 (Ozone)H
Joachim OBERHAUSERItalyEnzo 3 (Ozone)H
Federico NevastroItalyEnzo 3 (Ozone)H
Christian BIASIItalyEnzo 3 (Ozone)H
Isidor FinkItalyEnzo 3 (Ozone)H
Marco BusettaItalyEnzo 3 (Ozone)H
Nicola DoniniItalyEnzo 3 (Ozone)H
Michele BoschiItalyEnzo 3 (Ozone)H
Yoshiaki HIROKAWAJapanEnZo 2 (Ozone)H
Shinichi HOSHIDAJapanEnzo 3 (Ozone)H
Yoshiki KUREMOTOJapanEnzo 3 (Ozone)F
Keiko HIRAKIJapanEnzo 3 (Ozone)F
Satsuki HOSHIDAJapanZeno (Ozone)F
Manuel QUINTANILLAMexicoEnzo 3 (Ozone)H
Ronny GEIJSENNetherlandsEnzo 3 (Ozone)H
Rolf DaleNorwayEnzo 3 (Ozone)H
Zoran LABOVICNorwayEnzo 3 (Ozone)H
Mari-Anne AanesNorwayEnzo 3 (Ozone)F
Michal GierlachPolandEnzo 3 (Ozone)H
Mariusz WisniowskiPolandEnzo 3 (Ozone)H
Tabanez FONSECAPortugalEnzo 3 (Ozone)H
Andrey ELISEEVRussiaEnzo 3 (Ozone)H
Aleksei KorobkovRussiaGuru (UP)H
Yury MISHANINRussiaEnzo 3 (Ozone)H
Emil CERVENANSlovak RepublicEnzo 3 (Ozone)H
TomᚠPodmaníkSlovak RepublicSpectra (Flow Paragliders)H
Jurij VIDICSloveniaEnzo 3 (Ozone)H
Dusan DURKOVI?SloveniaSpectra (Flow Paragliders)H
Tilen CeglarSloveniaTriple Seven RFC (Triple Seven)H
Jošt NAPRETSloveniaSpectra (Flow Paragliders)H
Mitja JANCICSloveniaXenon (Nova)H
bojan gabersekSloveniaEnzo 3 (Ozone)H
Joze MOLEKSloveniaEnzo 3 (Ozone)H
Marko NOVAKSloveniaEnzo 3 (Ozone)H
Yongtae AhnSouth KoreaBoomerang 11 (Gin)H
Chigwon WonSouth KoreaEnzo 3 (Ozone)H
Xevi BONET DALMAUSpainEnzo 3 (Ozone)H
Jesus COSTA SANCHEZSpainBoomerang 11 (Gin)H
Sergi CLARETSpainEnZo 2 (Ozone)H
Miguel DIAZ RUIZSpainEnzo 3 (Ozone)H
Felix RODRIGUEZ FERNANDEZSpainEnzo 3 (Ozone)H
Stefan WYSSSwitzerlandEnzo 3 (Ozone)H
Stephan MORGENTHALERSwitzerlandEnzo 3 (Ozone)H
Alfredo StuderSwitzerlandEnzo 3 (Ozone)H
Andreas NyffeneggerSwitzerlandBoomerang 11 (Gin)H
Adrian SeitzSwitzerlandGuru (UP)H
Yael MARGELISCHSwitzerlandEnzo 3 (Ozone)F
Nanda WALLISERSwitzerlandGuru (UP)F
Kostiantyn GONCHARENKOUkraineEnzo 3 (Ozone)H
Vitalii UmanskyiUkraineEnzo 3 (Ozone)H
Russell OGDENUnited KingdomEnzo 3 (Ozone)H
Theo WardenUnited KingdomEnzo 3 (Ozone)H
Jack BAILEYUnited KingdomEnzo 3 (Ozone)H
Grant OselandUnited KingdomEnzo 3 (Ozone)H
Martin LongUnited KingdomEnzo 3 (Ozone)H
Malin LobbUnited KingdomEnzo 3 (Ozone)H
Emma CASANOVAUnited KingdomZeno (Ozone)F
Mitch RileyUnited States of AmericaEnzo 3 (Ozone)H
Owen ShoemakerUnited States of AmericaEnzo 3 (Ozone)H
Joanna DI GRIGOLIVenezuelaZeno (Ozone)F

Source photos : PWCA

 

22/05/2019

horizontal break

NOUVEAUTE

AIR DESIGN Vivo, une « B intermédiaire », universelle, à haute sécurité passive

Le team AIR DESIGN est très fier d’annoncer le lancement de leur dernière voile loisir : la AIR DESIGN Vivo qui s’intègre dans la gamme entre la Eazy et la Rise. Selon le fabricant, elle présente « une agilité exceptionnelle, un très efficace mais doux retour d’informations, une bonne vitesse et des performances étonnantes » (confirmées par le bouclage d’un triangle de 190 km lors des derniers essais).

Une voile que de nombreux pilotes pourront choisir pour leur progression et même après !

Homologuée EN B, la voile AIR DESIGN Vivo a coché, pour la sécurité passive, toutes les cases de l’homologation EN A, justifiant donc une sécurité passive sans failles. De ce fait, sa sécurité passive la rend accessible au pilote qui envisage une deuxième voile rapidement pour poursuivre sa progression. Mais elle correspond aussi au pilote bien dégourdi qui veut garder de la perf en restant hyper serein : « une aile qui demande de la finesse de pilotage, qui en apporte si on est à son écoute, qui peut être très joueuse », comme le précise Nicolas Cochet.

Il positionne la voile AIR DESIGN Vivo comme une « EN B universelle » : « Peu de pilotes ont besoin de plus de ressenti de la masse d’air, de plus de performances, mais sa sécurité passive permet à un pilote avec un peu de feeling d’y accéder rapidement dans sa progression. Et de ne plus la quitter ! »

En savoir plus – Premières livraisons de la AIR DESIGN Vivo en taille S prévues en juin 2019

Premières impressions de Nicolas, représentant AIR DESIGN France sur la AIR DESIGN Vivo

« Pour avoir maintenant quelques heures dessous en toutes conditions, c’est une aile qui couvre un large panel de pilotes. Sa maniabilité, sa précision, le ressenti de masse d’air qu’elle procure, sa vitesse et ses performances en général en font pour moi une aile de milieu de catégorie. Une vraie B. Une B « universelle ».
Cependant, son décollage évident, son débattement total (très supérieur à son débattement utile), son amortissement en tangage, et le fait qu’elle ait passé tous les tests de l’homologation en A (nous avons demandé un B) lui apportent une très grande sécurité passive.
C’est l’aile idéale pour le pilote qui a bien profité de sa première aile déjà joueuse (Eazy 2 par exemple). Mais aussi pour tout pilote avec un peu d’expérience, qui veut se faire plaisir longtemps avec beaucoup de sérénité ».

Cliquez sur une photo pour voir le diaporama

horizontal break
 

Pour l'achat de 3 articles ou plus, ROCK THE OUTDOOR vous remboursera les frais de port ! Ignorer