• Home
  • /Tribune
  • /Ne soyons pas responsables de l’extinction de nos amis à plumes
Ne soyons pas responsables de l’extinction de nos amis à plumes

Ne soyons pas responsables de l’extinction de nos amis à plumes

Photo ci-dessus : provenant du site Freiflieger.eu

Imaginez des ptérodactyles passant devant votre balcon !

La structure allemande Freiflieger a publié sur son site un avertissement à propos de la mégarde (souvent involontaire) des parapentistes qui évoluent dans des zones potentielles de nidification. Elle précise que la période précédant la nidification est aussi très importante…

En volant près des lieux de nidification, nous agissons en quelque sorte de la même manière qu’un dénicheur…

La nature est beaucoup plus sensible que nous le croyons.

Freiflieger précise dans son article qu’il « existe des lieux où il est important de mettre ses propres envies au second plan, notamment lors de la saison de reproduction des oiseaux mais on oublie souvent la période lorsqu’ils cherchent et construisent leurs nids« . Il faut avoir à l’esprit que nos « amis à plumes » sont, sans exception, tous stressés par le passage fréquent de nos monstres volants devant leurs nids. Si nos espèces locales ne trouvent pas de lieux de reproduction appropriés, elles seront menacées d’extinction. Voulons-nous être responsable de cela ?

Ne pas voler à proximité des zones de nidification des rapaces ou de survoler les chamois au risque qu’ils meurent d’une crise cardiaque. Voir l’article et la vidéo

Nos parapentes de grande envergure sont de très gros objets volants aux apparences de « prédateur »

Hors période de reproduction, toutes les espèces d’oiseaux ont la possibilité de fuir, de s’éloigner temporairement des zones d’évolution des gros oiseaux de tissu. Mais en période de nidification, ils sont irrémédiablement immobilisés. Les lieux choisis pour la nidification répondent à des critères favorables pour la croissance de leurs oisillons (lieu protégé des prédateurs, nourriture accessible…). Si leur écosystème est perturbé par nos passages, nos amis les oiseaux n’auront que 2 alternatives peu réjouissantes : subir nos « agressions » ou quitter leur lieu de nidification.

Comme toutes les zones de décollage ne signalent pas forcément les zones et périodes d’interdiction de vol, il est important de se renseigner sur les comportements de la faune locale afin de contourner ces zones sensibles (se renseigner auprès des Eaux et Forêts ou Parcs régionaux / nationaux). Parlez-en autour de vous et sensibilisez les pilotes qui ne sont pas au fait de ces dangers. Nous ne souhaitons pas être les auteurs de la disparition de ces animaux que nous avons beaucoup de plaisir à voir évoluer autour de nous…

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente