Premières impressions sur la BGD Punk par Léonard (EN B)

Premières impressions sur la BGD Punk par Léonard (EN B)

Share Button

horizontal break

PUBLICITE

Léonard Siclon vole depuis bientôt 4 ans avec une progression très rapide au début. Il dit “avoir pas mal stagné sur la 2è et 3e année” (Non, Léonard, tu as surtout accumulé de l’expérience avec tes 110 heures sous ta BGD Base en 1 an !). Il a touché un peu aux ailes “EN C” avec la GIN Carrera et la MAC PARA Elan. Mais le retour sous voile EN B au printemps lui donne le déclic et il réussit à faire des vols de plus de 5 heures et de jolis triangles. Ayant presque atteint les 100 km, son objectif cette année sera de les dépasser et on sait que ce sera sans difficulté pour lui à la lecture de cet essai intéressant de la BGD Punk avec de nombreuses comparaisons avec la Base.

Etant poids léger ( (PTV 78kg), je vole avec la taille S (60/80 kg) en haut de la fourchette. avec une sellette Forza. J’en suis déjà à 23h de vol avec dont plusieurs longs cross en conditions faibles à fortes de 50 à 93 km.

Construction de la BGD Punk

Comme d’habitude chez BGD, c’est du propre ! Rien à redire là-dessus.
Nous remarquerons les joncs croisés en bord d’attaque, avec un shark nose prononcé avec une ouverture particulièrement fine, comme sur une aile beaucoup plus allongée ! Clairement BGD a bossé sur un nouveau profil !
Par rapport à la Base, le nombre de cellules à augmenté ( 54 contre 46) et on a perdu les joncs entre chaque cellule. De nouveau, on a la couture 3D « Cord Cut Billow » qui assure un état de surface nickel.
La voûte est plus plate et l’allongement à plat inférieur (5.43 Vs 5.68) mais, du coup, l’allongement projeté reste proche. J’ai pu poser la question à Bruce sur ce changement de philosophie. Il m’a expliqué que la voûte sur la Base était là pour éviter la neutralité spirale, qu’il souhaite à tout prix éviter sur ses parapentes grand public par souci de sécurité. Sur la BGD Punk, il a trouvé une autre astuce pour contrer ce comportement.
En innovation, on remarquera que le caisson du milieu est soutenu par un « needle eye  rib », ou « diagonale traversante » afin d’économiser des suspentes.
Les élévateurs sont fins et racés, simples et efficaces. On retrouve les fidèles aimants automatiques qui sont tout simplement géniaux ! Je ne comprends pas pourquoi toutes les voiles non light n’ont pas cela ?! Et autre petite amélioration qui fait grande différence, la poignée des C a été remontée à une hauteur optimale, du moins pour les grands bras comme moi !
Dernier point, le poids de l’aile, annoncé à 4.7 Kg, est en réalité pour moi à un proche 4.8 Kg.
C’est plus léger que la Base, annoncée à 4.8 et pesée à 5 Kg. Cet écart est monnaie courante chez tous les constructeurs…

Ouverture du bord d’attaque ultra-mince – voir vidéo explicative “Razor Edge Technology” à la fin de l’article

Décollage

La BGD Punk est compacte et monte d’un bloc. Elle est facile à gérer grâce à son allongement modéré. Toutefois, je noterai qu’après une première partie de montée rapide jusqu’à ~45°, la voile a tendance à ralentir.
C’est un point fort en conditions ventées car cela limite le risque de se faire arracher. Toutefois, en conditions faibles, il faudra mettre suffisamment d’énergie pour ne pas la voir retomber.
Il me semble avoir noté que la voile recentrait un peu moins facilement que la moyenne. A confirmer sur une session de gonflage en bonnes conditions, ce que je n’ai pas encore eu l’occasion de faire.
Les bouts d’ailes s’ouvrent vite et la prise en charge est standard.

En vol

Sentiment de compacité et de sérénité. La BGD Punk réagit d’un bloc, sans flou et est bien pressurisée. Elle avance dans la masse sans buter et sans mordre non plus. Le comportement est vraiment facile avec juste ce qu’il faut d’énergie, amorti et sans mouvements parasites.
Le virage est fabuleux ! C’est vraiment LE gros point fort de la voile. L’aile a moins tendance à plonger que la Base et le rayon du virage est modulable à souhait, avec une belle relance dans toutes les situations, relance qui demande moins d’appui sellette que la Base.
Impossible de rater un thermique avec cette machine ! Tout comme la Base me direz-vous ? Oui certes, mais surtout le virage est plus facilement efficace, en procurant une maniabilité exemplaire sans dégrader. Le taux de montée s’en ressent et est au top quelque soit le type de thermique.
La pression aux freins est ferme sans être lourde et chaque centimètre du débattement dès le premier fait réagir la voile immédiatement. En étant plus incisif sur les commandes, il est possible de faire « sauter » la voile dans un virage serré. Il faudra rattraper l’extérieur au frein pour l’empêcher de plonger et continuer sur cette belle trajectoire, mais le timing est facile et intuitif !

La transmission de l’information est présente mais feutrée. En se concentrant sur ses sensations, on sait facilement de quel côté tourner, se laisser aspirer par le thermique…

Essayons de parler de performances…

Lors d’un cross en petites conditions en compagnie de gunners, je ne me suis pas senti désavantagé avec ma BGD Punk ! Alors qu’avant, j’avais toujours l’impression de plomber ! Sur une transition de 6 km je me suis senti un peu moins perf que les Enzo et Zeno, mais kiff kiff par rapport aux M6 et Poison… Bon l’étude de la trace a quand même montré une différence (Punk 9.2 / Poison 9.7 / Enzo 10.5 et Zeno 10.8 de finesse sur la transition sur une ligne assez proche).
Mais avec les qualités en thermique de la BGD Punk, j’ai réussi à les tenir voire à les coiffer ! Génial !
Sur la vidéo, on voit les performances très proches entre la Punk 23 à 77 kg et la Iota 2 29 a 115 kg ! Normalement, une telle différence de taille aurait du me donner un désavantage très net, je suis très impressionné !
Les C ne sont pas très chargés bras haut, mais bizarrement ne s’allègent pas lorsque l’on accélère. La voile reste très pressurisée même à fond et j’ai l’impression que ca ne dégrade pas trop. En tout cas, je n’ai pas hésité (contrairement à ma trouillardise habituelle) à pousser le barreau entre 50 et 90% à chaque transition ou cheminement.
Niveau sécurité, j’ai pris quelques fermetures asymétriques dans quelques thermiques bien hargneux. La voile n’a pas bronché, pas de changement de cap, même pas besoin de contrer ! Cela ne m’a vraiment pas ému plus que ça !

Manoeuvres

Ce n’est pas trop mon domaine… mais les wings se cadencent facilement, avec un rythme facile à suivre et une prise d’énergie très contrôlable !
Pareil pour les 360 qui, en effet, ont tendance à sortir sans aide du pilote. Les  sorties chandelle et dissipées sont faciles. Je n’ai pas poussé jusqu’au face planète.
Les oreilles sont de taille plutôt modérées. Elles ont une petite tendance à flappoter, ce qui est plus désagréable qu’embêtant. Egalement, il faut les maintenir en place car elles veulent rouvrir, et, sans surprise, elles se réouvrent en 1 seconde à la relâche des suspentes.
Décro/ parachutale : je répète ce qu’on m’a dit, je n’ai pas testé moi-même, mais la BGD Punk n’accepte pas vraiment le décro et la parachutale. Il faut être très fin sinon elle revole tout de suite ! C’est un gros point fort pour la sécurité, mais bloquant si vous voulez faire de l’acrobatie. Pour cet usage, l’Epic sera plus adaptée !

En conclusion

Pour moi, la BGD Punk est une B+ vraiment très cool, peut être même à la limite de B midd, avec des perfs très intéressantes et surtout un virage sublime !
Si vous cherchez une première B+ ou souhaitez voler serein, un must try ! En tout cas pour moi, après avoir volé avec des engins à 6.2 d’allongement, c’est les vacances et je suis en train de battre tous mes records d’endurance et de distance avec mon petit bolide coloré !

Léonard Siclon

Avantages Punk Avantages Base
Virage plus efficace, plus facile à gérer
Performances globales en plané
Plus compacte et amortie / facile
Les poignées de C et la solidité full bar
Virage plus fun, plongeant
La capacité acrobatique
Le gonflage plus linéaire
Les oreilles plus faciles et efficaces

Razor Edge Technology  est une ouverture de bord d’attaque ultra mince qui améliore les performances ! Découvrez la vidéo pour en savoir plus!

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente