• Home
  • /CONSEILS
  • /Savoir lancer sa voile parapente pour la gonfler sans toucher le sol
Savoir lancer sa voile parapente pour la gonfler sans toucher le sol

Savoir lancer sa voile parapente pour la gonfler sans toucher le sol

Parfois, le terrain pour poser sa voile pour décoller est peu engageant. Jusqu’ici, la manoeuvre de gonfler sa voile sans la poser au sol est réalisée par les meilleurs (comme Théo de Blic sur cette vidéo). Elle sera désormais à votre portée grâce au tuto présenté par le pilote slovène Aljaz Salkic.

En fait, cette technique n’est pas si compliquée si on respecte les étapes importantes pour déployer sa voile. Comme le tuto est en anglais, j’ai décidé de décomposer les étapes en résumant les explications précieuses d’Aljaz.

Merci Aljaz, nous adorons ta chaîne youtube. Tes vidéos sont toujours aussi drôles et de plus en plus dignes d’intérêt ! Grâce à ce tuto, il est fort probable d’apercevoir sur les décos de nombreux pilotes « jeter » leur voile…

Avant propos

Avant de commencer l’exercice, les deux premières choses importantes à savoir est, d’une part, qu’il est plus facile de faire cette manoeuvre avec des ailes petites et légères (nettement plus difficile de lancer une Enzo 2 qu’une Spiruline ou Susi !). D’autre part, ce sera plus facile avec un peu de vent mais pas trop tout de même. En effet, le vent va vous aider dans le lancer et l’ouverture de la voile : « après quelques ajustements, le vent fera le reste pour vous ».

Première étape : préparation de la voile – 2:30 sur la vidéo

Il est important de bien préparer la voile en corolle, de s’assurer que la voile est prête à décoller (suspentes pas emmêlées – à faire avant sur le parking !).

> Attraper d’une main les avants et, avec l’autre main, les autres élévateurs.

Deuxième étape : former le champignon – 2:45 sur la vidéo

> Se rapprocher de la voile en gardant les avants au-dessus et former la voile en un beau « champignon ».

> Saisir toutes les suspentes dans une main et ne garder que les élévateurs avant dans l’autre.

Troisième étape : trouver l’élan parfait – 3:15 sur la vidéo

Lancer et lacher la voile est une étape importante. Il faut trouver le bon élan (vitesse, force, axe)…

> Commencez en balançant doucement votre voile.

> Après avoir amplifié votre mouvement, lancez-là.

Gardez à l’esprit que vous ne lancez que votre voile et les élévateurs autres que les avants. Vous devez garder les élévateurs avant dans l’autre main. Si le vent est fort, il n’est pas utile de lancer trop fort…

Quatrième étape : trouver le bon « dosage résistance » – 4:50 sur la vidéo

Il s’agit ici d’offrir une résistance qui va permettre à la voile de se déployer (à doser en fonction de la force du vent).

> Contrôler la résistance avec les élévateurs avant que vous avez toujours gardé dans votre main et en reculant si nécessaire.

L’angle du lancer par rapport à la force du vent – 5:40 sur le vidéo

Plus le vent est faible, plus le lancer doit être dirigé vers le haut. N’hésitez pas à reculer, à donner de l’élan juste après le lancer pour accélérer la résistance (plus ou moins en fonction du vent).

Si le vent est fort, le lancer est plus horizontal et reculer ne sera peut-être pas nécessaire. Et si le vent est vraiment trop fort, et si vous sentez, en cours de déploiement, que la voile va vous vous arracher, préparez-vous à tirer sur les A (pour incliner le profil).

Et si le vent est trop fort, tirez sur les A ou les arrières – 6:10 sur la vidéo

Corrections possibles de la position de la voile – 6:50 sur la vidéo

Si la voile est mal préparée, elle partira peut-être d’un côté. Lorsque la voile commence à s’ouvrir, il est temps de lâcher les avants pour assurer le contrôle de la voile (comme d’habitude).

Après, c’est une affaire d’entraînement pour développer l’automatisme de la gestuelle…

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

tu aimes cet article, alors partage-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*