• Home
  • /CONSEILS
  • /Ses 2 secours s’emmêlent après un joker mal géré
Ses 2 secours s’emmêlent après un joker mal géré

Ses 2 secours s’emmêlent après un joker mal géré

Le run de trop. Analyse de Thibaut et remarques de François Ragolski

Thibaut Pignol est un mordu d’acro qui vole avec une DUDEK Mach 1. Ne pouvant se rendre facilement sur des sites dits « sécurisés », il s’entraîne près de chez lui au Grand Ratz en prenant du gaz au dessus des arbres. Ce jour-là, les conditions « sur-fumantes » lui permettent d’enchaîner 20 runs. Il essaie d’atterrir au sommet mais n’y parvient et décide de poser en bas à l’atterro. Mais, reprenant du gaz, il s’octroie un petit dernier run… Voici une analyse de son incident. Il tient néanmoins à  préciser que c’est son interprétation, qu’il ne la juge pas forcément juste et qu’il reste ouvert à toute critique.

Contexte

Grand Ratz spot du soir, conditions sur-fumantes, plus de deux heures de vol sans pause avant incident.

Box

Forêts ou carrière

Avant l’incident

Juste avant le secours, tout se passe bien, j’ai déjà fait plus de 20 runs, les conditions sont vraiment folles, je prends plaisir.
Quelques minutes avant l’incident, je commence à essayer de vouloir poser au déco mais les conditions sont fortes. Je n’y arrive pas à plusieurs reprises, mais ce n’est pas grave, je continue de voler ; je veux optimiser. Le run juste avant le secours, je tire Mc twist, prend un tour et demi de twist, me bat, sort du vrac.

Je reprends la direction de la falaise au lieu de l’atterro par réflexe, analyse ce qui c’est passé et me dit qu’il est temps d’aller poser en bas. Ma conclusion est d’être en perte de lucidité. Les conditions sont tellement bonnes qu’a peine arrivé sur la falaise, je suis de nouveau catapulté au dessus du relief, j’en oublie déjà ce que je me disais 10 secondes plus tôt et pense déjà au prochain run…

L’incident

Je lance le joker, met du frein trop tôt. J’en ai conscience mais rien de grave, je décide de ne pas m’arrêter au booster. La transition to Héli part plus fort que ce que j’ai de mental. La rotation sur l’axe de lacet engage, je freine extérieur pour ralentir l’héli, la voile arrête de tourner. Avec l’inertie, mon corps, lui, continue, le twist engage. Je relève dissymétrique, pas assez côté gauche et la vrille amorce dans le sens du twist.

Secours n°1 : Rogallo 41m²,  j’ai du mal à l’extraire du fait de sa taille. Il est compressé dans la poche, il est très lourd. J’ai eu beaucoup de mal à le lancer loin de moi. Il amorce l’ouverture mais finit rapidement dans le cône.

Secours n°2 : Rond classique, facile à extraire, je le lance loin. Après 5/6 secondes,  je sens que je ne suis toujours pas pris en charge. Je le vois déplié, mais pas ouvert, je me dis que je ne tombe pas assez fort pour qu’il passe au dessus de moi. Je tire sur le suspentage pour l’aider à s’ouvrir, je tire fort… très fort, et l’envoie dans le cône. A ce moment, je me dis que je ne peux plus agir sur ce qui est au dessus de moi, je décide de me concentrer sur mon point de chute comme je peux, et 6 secondes avant l’impact, le rond me prend en charge, stabilise la rotation mais je descend assez vite.

Les observations de Thibaut Pignol

Le spot n’est pas idéal. Je comprend les gens pensant que c’est inconscient… Je souhaite progresser, ma zone de confort ne s’arrête pas aux arbres, je n’ai pas de lac à proximité donc je fais avec ce que j’ai. Je ne suis pas un cas isolé…

Au sujet du secours, mentalement je suis bien, mais je suis fatigué physiquement et en ai conscience, j’ai déjà eu un avertissement. J’aurais dû poser plus tôt. J’ai cédé a l’idée de vouloir rentabiliser mon temps de vol. C’est pour moi la cause principale de mon secours car je connaissais la manœuvre et étais plutôt confiant ces derniers temps dessus.

Pendant les secours, je reste actif, concentré, mais la panique se fait sentir à deux moments :

Sur le second secours, les choses commencent à être critiques, je pense que j’aurais du attendre 3 ou 4 secondes supplémentaires avant d’essayer une action sur le rond, histoire de pouvoir jauger si il a la possibilité de s’ouvrir ou pas. Là, je le vois juste fermé et agit instantanément. Je tire beaucoup trop fort dessus et dans l’axe du cône. C’est assez flagrant. Il finiratpar s’ouvrir.
Je reste lucide à l’impact, attrape une branche. Malheureusement, elle casse… Ce sera la dernière action lucide que je ferai. Sur la fin de la chute, je suis totalement dépassé.

Le pliage des secours est une question à aborder néanmoins. Pour info, nous les avions replié en petit comité de pilotes habitués à l’exercice récemment. Je pense qu’il serait hâtif de conclure que le problèmes vient de là.

Thibaut garde son sang froid jusqu’au bout en attrapant une branche pour amortir sa chute.

Mon avis sur les secours

Si je devais donner un avis sur les secours à choisir, à savoir quel type et combien de secours avoir sur soi, je pencherais pour dire que :

    • Le Base System me paraît être un outil bien plus fiable que les trois autres secours (rond, rogallo et carré). Si je n’en ai pas, comprenez bien que c’est une question de moyen et je pense qu’il en est de même pour beaucoup de monde.
    • Pour les trois autres types de secours, il n’y a pas de sciences exactes. En fonction des situations, on pourra trouver plusieurs interprétations, des moments ou un rogallo sera efficace, d’autres ou au contraire sa dérive sera dangereuse… Je pense qu’il y a beaucoup d’aléatoire sur le sujet. Je ne souhaite pas donner d’avis, car, avant cet incident, je n’avais jamais eu de souci sur les lancers de secours que j’ai connus. Aujourd’hui, pourtant, j’ai des raisons de me poser des questions.

Remerciements

Je tiens à remercier les personnes de l’aviation civile et du PGHM qui sont venus me secourir. Ces mecs sont des machines… Le pilote d’hélicoptère était impressionnant de maîtrise, les gars du PG m’ont permis de récupérer mon matériel qui, à première vue, n’a absolument rien ( la qualité du matériel Dudek est assez impressionnante, le tissu est extrêmement solide). Ils ont su me prendre en charge de manière extrêmement efficace. Je leur suis vraiment reconnaissant !

Thibaut Pignol

horizontal break

ROCK THE OUTDOOR a présenté la vidéo de  Thibaut à 1 expert de la voltige : François Ragolski, champion du monde de voltige. Voici sa réaction à chaud.


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

tu aimes cet article, alors partage-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*