• Home
  • /Voltige : l’équipement

Voltige : l’équipement

Loin de nous l’idée de lister les marques / modèles d’équipements adaptés à la pratique de la voltige, mais plutôt de décrire les grandes lignes de leurs conceptions, et passer en revue quelques fondamentaux. Rien de biblique ici, mais un condensé de ce que les meilleurs préconisent…

SOMMAIRE

L’équipement

Les sellettes

On peut faire de la voltige avec n’importe quelle sellette, mais les produits acro présentent logiquement les caractéristiques suivantes

Deux containers secours

en effet, quitte à jouer avec le feu, autant doublement se protéger. Ca ne fera pas tout, mais si l’on se reporte l’expérience collective : cela a permis dans de nombreux cas à éviter des accidents graves. Cependant, rien ne remplacera jamais le bon sens… Si l’on tente ses premiers tumblings à 100m sol, avoir deux secours ne changera pas grand-chose à l’issue probable de l’aventure…

Des points d’attache « hauts »

on pourrait croire au premier abord que les sellettes d’acro sont puissantes en appuis sellette, mais c’est justement l’inverse. La distance entre la planche et les points d’attache des élévateurs est plus grande que la normale afin de « stabiliser » le pilotage et diluer les appuis sellettes.
Et c’est la raison pour laquelle souvent, les pilotes des années 1995 détestent les sellettes modernes… Eux qui ont connu l’époque où l’on misait énormément sur le pilotage au poids du corps (les voiles l’imposaient…) ; ils se sentent inefficaces une fois installés dans les sellettes stables.
Une sellette stable aide car en cas de mauvais placement du corps, l’effet sera moindre. Un bel exemple à citer : la phase d’apprentissage des hélis… Vous gagnerez du temps avec une sellette stable.

De bonnes protections à l’impact

L’acrobate a souvent une fâcheuse tendance à aimer jouer près du sol, et lorsque l’on joue un peu trop… C’est le cratère ! Ca n’empêche pas systématiquement les blessures, mais ça peut limiter la casse d’avoir un bon gros mouss’bag sous les fesses prêt à dissiper un peu de l’énergie de l’impact.

Loraine Humeau ponce ses chaussures en kitant, une sensation incroyable !

L’équipement

L’équipement secours

Articles secours

François Ragolski sous secours à Pékin apreès un Heli drop foireux

De manière générale, quelle que soit la pratique, si vous ne vous sentez pas à en confiance avec votre équipement de secours, n’hésitez pas à faire vérifier vos montages/pliages par des gens habilités. Même si ça ressemble à un bruit de couloir amplifié, à priori, la proportion de secours mal montés lors des vérifications dans les stages SIV fait peur… Alors au moindre doute, on passe voir un spécialiste afin de vérifier que tout va bien de ce côté-là.

Plutôt 2 secours

Pour ceux qui projettent d’aller vers l’acro et/ou travailler les domaines hors-vol, donc jouer un peu avec les limites, il peut être préférable d’emporter avec soi deux secours. Toutes les sellettes acro ont deux containers intégrés, mais il est aussi possible d’ajouter un ventral lorsque vous allez vous entrainer.

Si on commence l’acro à proprement parlé, il semble indispensable d’avoir deux secours. Le lancement d’un parachute de secours reste une science inexacte, il arrive qu’il ne s’ouvre pas, ou qu’il s’emmêle dans le parapente ; par conséquent, avoir un second joker semble plus sûr. Cependant, certains pilotes ont tout appris avec un seul…

Il est judicieux que l’un des parachutes de secours soit dirigeable (type Rogallo, une forme spécifique et des commandes sur les élévateurs permettent de diriger le secours et d’avancer légèrement). Ce sera particulièrement vrai si vous pratiquez sur des spots avec du vent qui rabat sur une pente, ou avec beaucoup d’obstacles au sol.

Les nouveaux systèmes de largage

Difficile de ne pas évoquer les systèmes récents employant un parachute de BASEjump et un système de libération du parapente. Ce système, complexe et relativement cher, parait réservé à une catégorie de pratiquants déjà bien avertis, mais s’inscrit dans la recherche de solutions fiables et avancées pour pratiquer l’acro toujours plus en sécurité. Il n’est toutefois pas sans faille et ne répond pas à toutes les configurations.

Le gilet de sauvetage

Autre point pour la sécurité en configuration « eau » : le gilet de sauvetage. A priori, ceux qui ont essayé de prendre un bain avec leur matériel de parapente le confirment, il est relativement difficile de nager avec de l’équipement, et si par malheur les suspentes viennent s’en mêler, cela peut vite devenir très dangereux si le bateau n’arrive pas très vite. Autre configuration compliquée par jour venté : le secours qui reste gonflé en arrivant dans l’eau et tracte le pilote par le dos en forçant la tête dans l’eau. Par conséquent, le gilet peut éviter une noyade, et si vous voulez du confort, il existe des systèmes avec une cartouche de gaz et un capteur d’humidité qui gonflent automatiquement le gilet une fois dans l’eau et permettent d’éviter de voler avec une veste encombrante.

L’équipement

Les ailes

ILS AIMENT l’ACRO



Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*