• Home
  • /ACTUALITES
  • /Biplace professionnel refusé par le Ministère : les moniteurs en difficulté !

15/06/2020

horizontal break

POST CONFINEMENT

Biplace professionnel refusé par le Ministère : les moniteurs en difficulté !

Depuis le confinement, toutes les instances professionnelles, quelques soient les domaines, ont souffert cruellement du manque de clarté des d’informations (quand il y en avait) de la part des structures gouvernementales. La FFVL et le syndicat des moniteurs n’ont eu de cesse pour tenter d’éclaicir les décisions floues, souvent publiées bien après les différentes phases. Voici la story de la FFVL qui tient à démontrer ici les combats menés par la fédération et le syndicat des moniteurs pour sauver les professionnels du parapente.

Le 12 mai, c’est le début du déconfinement

La FFVL découvre qu’un décret (certes pas très clair), qui comporte un article permettant de déroger à la règle de distanciation. Dès le lendemain, la FFVL laisse le soin d’interpréter l’article aux professionnels sous réserve d’obtenir une dérogation auprès des autorités locales habilitées (voir cette news).

Le 15 mai, après vérification juridique initiée par la FFVL, la dérogation ne peut être acceptée, les assureurs refusant de couvrir en cas d’accident. La FFVL adresse alors de nouveau une demande au ministère mais aucune réponse : « Nous interprétons la non-réponse à notre courrier du 15 mai ainsi que la disparition dans le guide du Ministrère des Sports de notre proposition sur le biplace professionnel, comme une volonté de laisser la fédération interpréter les textes comme la présence de cette phrase semble l’autoriser » (voir le document).

Le 2 juin, phase 2 du déconfinement

Le guide des activités sort seulement le 8 juin. La FFVL publie alors son guide « aide à la reprise phase 2« . Dès le lendemain, 3 services départementaux réagissent en posant des questions au Ministère : « La réponse tombe alors en quelques heures : pas de possibilité de faire du biplace professionnel« . Réponse confirmée aussi par la Direction des Sports. De ce fait, les assureurs refusent de couvir en cas d’accident.

La FFVL publie alors une nouvelle note le 11 juin informant que le biplace professionnel n’est pas autorisé.

Pourquoi ce refus une quinzaine de jours avant la phase 3 ?

La FFVL réagit en ces termes : Alors que la phase 2 laissait théoriquement plus de libertés et devait favoriser la reprise économique, alors que toute une série de métiers peuvent maintenant s’exercer sans respect de la distanciation, pourquoi les professionnels du parapente ne pourraient-ils pas exercer leur métier ?

La FFVL poursuit ses démarches afin que la situation revienne à la normale le plus rapidement possible. Ce n’est pas non plus du côté des professionnels du parapente que Macron peut espérer récupérer des voix.

Lire la note du 14 juin de la FFVL « Biplace professionnel :une décision tardive qui met les moniteurs en difficulté« .

Les moniteurs indignés par cette décision, le syndicat des moniteurs a adressé un courrier aux Ministères des Sports, de l’économie et du tourisme.

horizontal break

ARTICLES SIMILAIRES

« En vol biplace, on est forcément collé à la personne » : les écoles de parapente confrontées aux nouvelles règles sanitaires

tu aimes cet article, alors partage-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*