• Home
  • /VOLS RANDO
  • /Vol rando au Signal de Bassia avec Léonard (Hautes Pyrénées)
Vol rando au Signal de Bassia avec Léonard (Hautes Pyrénées)

Vol rando au Signal de Bassia avec Léonard (Hautes Pyrénées)

horizontal break

Candidat au CONCOURS ROCK THE OUTDOOR

Concours du plus bel article de vol rando ou montagne

horizontal break

La découverte d’un spot magique

Automne ! Oh bel automne doré ! Voici venu la saison des vols randos !

Dans mon cas, ma première saison ! Et je compte bien en profiter ! Le vol rando est la raison première pour laquelle je me suis mis au parapente. Mais bon, avant, il a bien fallu apprendre à voler, à être indépendant, d’où de très nombreux et supers vols sur site. Depuis que j’ai commencé le parapente, je me suis fais pas mal de parapotes de Toulouse également intéressés par le marche et vol. On s’est regroupé en une petite team officieuse, la Team MVP (Marcheur Voleur Pyrénéens).

Ce jeudi 29 octobre, on est 4 à être dispo ! Olivier, Laurent, Fabien et moi

Les prévisions annoncent un voile de haute altitude et 15 km/h de ONO à 2000 m, forcissant au dessus. Après recherche sur l’excellent site http://volrando.free.fr/index.htm , nous ne trouvons pas de rando adaptée.
Qu’à cela ne tienne, je vais faire ma propre recherche. Déjà, on va se limiter au piémont, pour ne pas monter trop haut dans les vents de haute altitude.

Après un temps sur Googlemap en 3D, je découvre un beau sommet dégagé, avec un déco herbeux orienté Nord à Ouest, le Signal de Bassia, 1921m d’altitude, à l’entrée de la vallée de Saint Lary Soulan. Impec ! Ce n’est pas trop loin en plus !

Le plan est accepté par tous, et c’est parti !

Nous montons en voiture jusqu’au Pla du Moula, qui offre une belle plate forme d’atterrissage. Ensuite, à pied !
Après quelques centaines de mètres, nous sortons de la piste pour nous engager sur le chemin balisé par les têtes de loup, dans la forêt. C’est en effet ici qu’a été filmé « Le pacte des loups », nous apprend Olivier.
La forêt est très belle, et nous montons jusqu’au col des Arès.
A la sortie de la forêt, au col des Estrets, nous découvrons une superbe falaise d’escalade (Spugue de las Arés). Les trois compères étant aussi grimpeurs, c’est une découverte non négligeable !

Un peu plus loin, nous retrouvons la route pour la dernière fois, à la cabane (ouverte à cette saison) au col de Oueil Lussent.
On mange un bout avant de continuer. Une bonne montée à travers la forêt de nouveau, puis nous débouchons au Courtaou de Tire-Mouréau.

cliquez pour agrandir

On commence un peu à réaliser qu’on a peut être découvert une perle !

La balade est superbe. Je dois avouer qu’on ne s’attendait pas à tant de beauté ! Egalement, le relief découvert commence à nous faire miroiter de belles perspectives de vol, si ce n’est maintenant, au moins à la belle saison. En fait, ce spot nous fait penser à une version sauvage du site d’Arbas, 50 km plus à l’Est sur le piémont.
Bon, maintenant, il n’y à plus de sentier ! Tout droit dans la pente herbeuse jusqu’au sommet.
Nous ne ressentons toujours pas le vent annoncé. Bon, rien de très inquiétant, il vaut mieux pas de vent que trop de vent !

Les belles pentes herbeuses nous invitent à déplier nos voiles et nous élancer

Mais d’abord, il faut aller jusqu’au sommet ! L’orgueil masculin… mais aussi pour prendre un maximum d’altitude, car la finesse pour passer le col et rejoindre l’atterro est de 4.5. Il ne faudrait pas être trop contré !
Dernière bonne raison de monter au sommet, vérifier le vent ! Bien nous en prends. En fait du vent, il n’y en a pas. Par contre, une bonne brise remonte sur les flancs escarpés sud.
Consternation, concertation… que fait-on ? Soit on redescend un peu pour décoller sans vent sur les faces nord, soit on gonfle de travers sur l’arrête Sud-ouest et on se jette coté nord, soit on tente le déco coté sud.
La brise semble assez puissante coté sud pour que ça tienne en dynamo thermique…

Je propose de faire le cobaye. Adieu beau déco herbeux, bonjour cailloux et orties !

L’aide des copains ne sera pas de trop pour ne pas m’accrocher partout avec mes suspentes. Je monte doucement ma Masala… au cas où une suspente accroche. Non c’est bon ! Un peu de tension et elle shoote au dessus de ma tête. Je la stabilise, un pas, et c’est parti !
Yes, ça monte ! Pas beaucoup mais assez. Je fais quelques allers retours devant le déco. Plus loin à gauche, 4 vautours enroulent. Si j’y vais, je prends le risque de me faire enfermer face sud. Rien de dangereux, on peut poser en bas, mais la galère ensuite ! Je ne peux résister, j’y vais.
La pompe est plus qu’exploitable et je passe un moment magique à enrouler avec ces seigneurs des thermiques.

Après 10 min, le thermique se meurt, je suis à 2050m et reviens survoler les copains qui finissent de déplier. Ça ne porte plus trop. Je bascule vite coté Nord. Je reviens sur la crête de Sarramer et retrouve un thermique au dessus du refuge, que j’enroule avec un milan. Entre temps, Fabien a décollé et déjà il thermique au dessus du rocher d’escalade. Je l’y rejoins. Ici, le plafond n’est plus que de 1600 m mais c’est suffisant pour se balader.

Je m’amuse à aller à l’extrémité de la crête de l’Escala, reviens en retrouvant un thermique providentiel, étant un peu bas… et vais de l’autre coté du bocal, à la crête de Superbène. Plus trop de thermiques par ici. Je m’avance un peu sur le Pic d’Arneille au nord avant de rentrer poser après quelques petits wings.

Une heure de vol un peu inespérée dans un site superbe. !

Nous reviendrons c’est sûr ! A voir aussi comment le site marche lorsque l’échange plaine-montagne est installé, et vérifier s’il est toujours sain !

horizontal break

DECOUVRIR UN AUTRE RECIT DE LEONARD SICLON

Le cross de Léonard au départ de Douelle avec une Masala (EN A)

Léonard après 9 mois de parapente a réalisé depuis le début de l’été des petits cross avec sa SKYWALK Masala. Tellement heureux de son premier grand cross de 73 km en plaine au départ de Douelle, Léonard nous a demandé si nous accepterions de publier ses impressions. Naturellement, nous avons accepté. Voici son récit.

horizontal break
horizontal break

Vous aussi, participez au CONCOURS ROCK THE OUTDOOR!

Utilisez votre plus belle plume et votre talent de photographe pour partager votre belle aventure de rando vol. Le concours doit présenter un récit (6 points) avec une description du parcours et du décollage (5 points) avec si possible des liens vers des sites d’information sur le circuit et le décollage, des photos ou une vidéo de l’ascension et du vol (6 points) accompagné d’un récit.

Les 5 meilleurs articles seront récompensés. Afin que l’article présenté soit une véritable création de l’année, les images doivent faire apparaître le logo ROCK THE OUTDOOR* (3 points).

En savoir plus

DECOUVRIR UN AUTRE RECIT DE RANDO VOL

« Petit Picou, grande aventure », rando vol d’Olivier

horizontal break

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

FERMER
CLOSE