• Home
  • /CONSEILS
  • /Bien savoir distinguer les différents types de nuages convectifs
Bien savoir distinguer les différents types de nuages convectifs

Bien savoir distinguer les différents types de nuages convectifs

Qu’est-ce que les nuages convectifs ?

La « convection humide » conduit au développement de nuages à fort mouvement vertical allant du cumulus au cumulonimbus.

Définition (Wikipedia) : La convection désigne l’ensemble des mouvements internes (verticaux ou horizontaux) qui animent un fluide et qui impliquent le transport des propriétés des parcelles de ce fluide au cours de son déplacement. Ce transfert implique un échange de chaleur entre une surface et un fluide mobile à son contact, ou le déplacement de chaleur au sein d’un fluide par le mouvement d’ensemble de ses molécules d’un point à un autre (pas facile à suivre!!!*).

La convection sèche, où l’air transporté n’est pas saturé, se mue en une convection humide dès que la détente subie par les parcelles d’air au cours de leur ascension s’est accompagnée d’un refroidissement interne suffisant pour atteindre le point de condensation assurant la naissance et le développement de nuages (voilà c’est dit !*).

*appel : apportez-moi une expilcation plus simple !

Une très belle vidéo sur la formation et l’évolution des nuages convectifs

L’Organisation météorologique mondiale a publié sur Vimeo une très belle vidéo sur la formation et l’évolution des nuages convectifs. Les images en time laps permettent de voir le développement de ces nuages.

Les différents types de nuages convectifs

On donne à la classe des nuages convectifs le nom générique de cumulus. Lorsque la couche d’air instable est peu étendue verticalement, on a formation de cumulus humilis, dit cumulus de beau temps et synonyme d’air ascendant !

Si l’EPCD (énergie potentielle de convection disponible) augmente, on passe ensuite au cumulus mediocris, puis au congestus (produisant les averses). Si l’instabilité est encore plus grande, on obtient le cumulonimbus calvus pour finir au cumulonimbus cappilatus (orage mûr avec cycle descendant de convection).

Les nuages cumulus humilis se produisent en général dans une masse d’air assez uniforme ce qui donne une répartition aléatoire des cellules. Si un déclencheur comme un front, un creux barométrique, un soulèvement au-dessus d’un obstacle ou même le flux descendant des nuages passe dans le secteur, il peut servir à organiser la convection ou à donner une convection forcée.

Des nuages convectifs peuvent également se former dans des systèmes plus stables. Par exemple, à l’avant d’une dépression qui donne de la pluie continue, dite stratiforme, on a souvent des bandes de précipitations plus intenses associées à des zones convectives dans les niveaux moyens de l’atmosphère. On est alors en présence d’altocumulus castellanus, ou même de cumulonimbus à base haute (ou altocumulonimbus), imbriqués dans la masse nuageuse.

La convection sans nuage

La convection atmosphérique peut se produire sans nécessairement donner des nuages si l’humidité n’est pas suffisante dans l’air en ascension (pas de condensation). Ce sont notamment les fameux « thermiques bleus » qui nous permettent de voler dans un ciel bleu sans nuage.

sources Wikipedia

Les nuages convectifs en images

Passez votre souris sur les photos pour en savoir plus sur les nuages convectifs


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

tu aimes cet article, alors partage-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*