• Home
  • /IMPRESSIONS
  • /Premières impressions sur l’aile ICARO Nikita 5 par Eric Varlet
Premières impressions sur l’aile ICARO Nikita 5 par Eric Varlet

Premières impressions sur l’aile ICARO Nikita 5 par Eric Varlet

Eric Varlet fait partie du Team des Contributeurs ROCK THE OUTDOOR. Ayant essayé la nouvelle ICARO Nikita 5, nous lui avons demandé de nous faire part de ses premières impressions.

Après quelques heures de vol avec la nouvelle ICARO Nikita 5 18m² sur Saint André Les Alpes, voici quelques impressions

Présentation générale de la voile ICARO Nikita 5

La machine est belle, bien finie, et elle donne une sensation de légèreté pour une voile d’acro (5,4 kg en 18). Construite en Skytex 38, on peut se permettre de se demander comment elle vieillira, elle ne comporte pas certains renforts présents sur les voiles de la concurrence pour la partie frottements au sol… Elle est composée de 50 cellules, rigidifiées en bord d’attaque.

ICARO a abandonné l’idée du design asymétrique comme sur le reste de la gamme, et a trouvé un compromis pour que les coutures soient en miroir, et éviter des effets de déformations (en voltige, la structure ramasse vite….)

Au sol

Au sol, c’est un sans-faute, pas de sensations « poutre » des générations « thriller-like », on a l’impression d’être sous un vrai parapente.
La voile ICARO Nikita 5 laisse penser qu’elle est plus allongée que la normale, alors que ce n’est pas le cas en chiffre. En effet, 5,6 d’allongement, c’est même moins qu’une Emilie. Mais étant moins « solide » dans l’envergure, elle vit plus, et c’est vraiment agréable les pieds au sol. Le gonflage est très facile et réactif. Les vrilles au sol n’ont jamais été aussi agréables, une sensation de contrôle que je n’avais pas rencontrée jusque là…

Eric Varlet à Saint André les Alpes

En l’air

En l’air, on retrouve l’idée : la voile ICARO Nikita 5 vit dans la turbulence, transmet bien la masse d’air. A nouveau, une sensation d’allongement…
– La sensation de contrôle des vrilles au sol se retrouve dans les mystis, j’ai eu l’impression de gérer beaucoup mieux ces derniers, la « régulation » de la rotation est plus intuitive, super point positif de la voile.
– En héli par contre… Ce n’est pas la même musique, le point héli est fin, et il m’aura fallu deux, trois tentatives pour faire tourner propre. Les arrêts et les sorties par l’avant sont un peu plus fines, il faut trouver le mode d’emploi ; la voile se déforme pas mal, et shoote assez fort.
– Les SAT et entrées tumblings sont très agréables, avec des G raisonnables.
– En infinite, elle fait assez facilement le rail, et adopte un shape bien banane, ça tourne moins rond qu’une Emilie ou un BlackOut, on aime ou pas, personnellement, j’adore ! Elle se déforme beaucoup, et l’action à mener en rythme est très efficace, très peu de commande nécessaire quand on se trouve dans les grands angles.
– L’anti-rythmique est impeccable, ICARO l’avait annoncé, pari tenu, ça ne bronche pas, même si on ne pilote pas à la sellette.
– Petite tendance à la cravate lors des erreurs de pilotage, qui sortent bien. Mais là encore, est ce la voile n’en souffrira pas avec le temps… A voir.

Eric Varlet

source photo : www. icaro-paragliders.com

horizontal break
horizontal break

Devenez Membre PREMIUM et accédez aux articles réservés (conseils, tests matériel, rubrique voltige…) et à de nombreux avantages (magazine numérique, remise boutique…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*