La nouvelle aile ICARO Aquila essayée par Eric et Gilles

La nouvelle aile ICARO Aquila essayée par Eric et Gilles

Eric fait partie des premiers pilotes à avoir eu le plaisir d’essayer la nouvelle ICARO Aquila. Nous lui avons demandé de nous faire part de son ressenti après quelques vols.

Gilles Uaeyoj et Eric Varlet ont fait deux vols d’essais, un premier en conditions faibles et le second en conditions fortes. Gilles, pilote acro confirmé, a volé sous la 20 (avec 100 kg de PTV) et Eric, pilote acro débutant,a volé sous la 22 (PTV de 100 kg).

ICARO nous sort cette année une voile au concept intéressant, qui ne semblait pas exister jusque là.

L’ICARO Aquila est une voile que l’on rangera par défaut dans la catégorie « Freestyle » de par ses tailles proposées et son côté joueur mais elle n’a rien à voir avec les ailes Gradient Freestyle, NIVIUK F-Gravity, DUDEK Freeway, AIR G Sophie et compagnie…

En effet, l’aile ICARO Aquila est construite plutôt light mais pas trop non plus​. Elle est fabriquée avec du tissu DOKDO 30 (40grs/m²) et est faiblement suspentée (1A+1A’, 3xB, 2xC). La voile « pack » petit et parait très légère au gonflage sans pour autant laisser penser qu’elle est fragile. A voir ce qu’il en sera dans le temps, en particulier pour ceux qui s’en serviront en acro fréquemment. Les finitions sont bonnes et le design sort de l’ordinaire, c’est le moins que l’on puisse dire! ICARO semble vouloir renouveler son image…

Faiblement allongée (5.1), l’ICARO AQUILA passe les tests en A et B mais elle est homologuée EN-D car « neutre spirale » (le pilote doit agir placement + commande pour sortir de la spirale). S’adressant à des pilotes avertis, ICARO préfère ne pas brider l’aile et lui laisser tout son caractère.

​Au sol, la voile ICARO Aquila est vraiment facile à manier et le décollage est une formalité. L’énergie au posé est bonne.

En vol thermique, les commandes sont souples mais relativement précises. Difficile en si peu de temps de définir ses performances de plané : ça ne semble clairement pas planer autant que les dernières GRADIENT Freestyle3, mais c’est moins exigeant à piloter. En thermique, elle est assez amortie, stable et facile. Ainsi on hésitera moins à voler en conditions fortes.

Coté vitesse, ​l’aile ICARO Aquila vole assez vite et sans avoir pu l’essayer, elle doit être une très bonne arme en soaring avec une bonne plage de vitesse.

Côté pilotage, elle est très intuitive en wings-over, les débattements de commandes sont assez courts ; elle donne envie de jouer! Nous l’attendions au tournant du côté acro et c’est là qu’elle s’avère bluffante, premier run à froid, Gilles rentre twister-to-SAT, puis un beau Mysti to héli sans forcer! Eric rentre un hélico dès sa première tentative.

Les shoots sont vifs mais sains. C’est un vrai régal, la plage de parachutale est large, elle reste un peu dure à percer en demi-aile, mais cela doit être lié à son faible allongement et à sa bonne sécurité passive.

Mais alors pour qui?

Nous pensons au pilote confirmé volant sous une B+ et souhaitant acquérir une voile ludique mais safe pour pousser son niveau en soaring et en pilotage dynamique voire pour se frotter aux bases de l’acro.

En résumé

Légère, maniable, facile et ludique, c’est une voile qui saura monter facilement et efficacement en thermique lors d’un vol sur site, qui sera suffisamment rapide pour être joueuse et performante en soaring et possédant de très bonnes aptitudes à l’acro.
Elle pourra aussi être une bonne alliée pour les vols rando, ne pesant que 4,5 kgs et pliant à faible volume. Le tout en restant très accessible.

horizontal break
horizontal break

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*