• Home
  • /SPOTS
  • /Qui a dit qu’on ne volait pas beaucoup en Bretagne ?
Qui a dit qu’on ne volait pas beaucoup en Bretagne ?

Qui a dit qu’on ne volait pas beaucoup en Bretagne ?

Vol du 17 janvier 2017 à Tuchen Gador

Pilote vivant dans le Morbihan, je vole régulièrement sur des sites sauvages sur « ma » côte Bretagne Sud. Et dès que l’occasion se présente, je me rends à la pointe de la Bretagne, dans le Finistère, pour changer un peu du vol soaring et faire du thermique en compagnie de pilotes qui ne se lassent pas de voler presque tous les jours.

Vidéo des vols d’été 2016 d’Alan Le Berre

Vous aussi, vous aimez votre région.
Vantez ses mérites !

contacter ROCK THE OUTDOOR
info(at)rocktheoutdoor.com

La Bretagne est réputée être une région pluvieuse. Et nous cultivons cette réputation pour ne pas être trop dérangé…

On dit qu’il pleut souvent en Bretagne. C’est vrai, mais probablement pas plus que dans la moitié Nord du pays ou dans les régions à relief. Quand une précipitation arrive, elle passe d’abord par la Bretagne avant de poursuivre sa route sur la moitié nord du pays. L’humidité est certes plus présente que dans les régions situées au Sud de la Loire mais nous bénéficions d’un climat très doux qui ne connait pratiquement jamais la neige (2 jours par an max), ni le verglas (3/4 jours par an). La région la plus humide est celle de Brest. Mais partout ailleurs, la pluviométrie n’est pas pire que celles de villes comme Chambéry ou Bayonne (voir ici).

Si l’ensoleillement en Bretagne est moyen, le littoral bénéficie beaucoup plus du soleil que la majeure partie du pays. Certes le vent est plus présent mais les pilotes ont appris à faire avec.

Les vols dans le Finistère de l’Aulne et du Porzay

Je suis sur les réseaux sociaux des pilotes finistériens très disponibles, rois du soaring, qui volent « presque » tous les jours (150 jours environ). Ce sont des habitués du gonflage dans le vent fort., de vols dans la brise soutenue ou entre 2 pluies. Certes ici, le vol de distance ne fait pas partie des discussions d’atterro, pardon de déco (ici on atterrit au déco).

Les vols thermiques sur les sites du Menez Hom (50 jours), Tuchen Kador (25 jours) et Rosnoen (15 jours) sont très techniques car ils sont pris très bas, à peine après la formation des thermiques (dénivelé de 100 m) et souvent inclinés par le vent. Grâce au vent présent la plupart du temps, on y fait du soaring et on essaie d’enrouler les jours où les vrais thermiques sont au rendez-vous. Les vols au plaf ne sont jamais très hauts (300 à 1000 m – TMA 750 m). Ils permettent aux quelques-uns qui sont prêts à faire du stop de faire des distances de 15-40 km (voir un cross d’Antoine Charron)

Si l’expérience du vol en bord de mer vous tente, prenez 10 jours et vous serez sûr de pouvoir voler 5 jours si vous n’avez pas peur de gonfler dans du 15-20 km/h.

A découvrir aussi, une présentation d’une autre région de Bretagne où les pilotes se donnet aussi à coeur joie avec des records étonnants : le potentiel de vol en parapente dans les Côtes d’Armor

Les 3 pilotes (avec des lunettes de soleil) les plus souvent en l’air dans le Finistère : Pierre (ADVANCE Sigma 9), Alan (LITTLE Goose) et Eric (DUDEK Colt)  en compagnie de pilotes « occasionnels ».

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

horizontal break
horizontal break

SOUTENEZ ROCK THE OUTDOOR

en devenant Membre PREMIUM et accédez aux articles réservés (conseils, tests matériel, rubrique voltige…) et à de nombreux avantages (magazine numérique, remise boutique…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Pour l'achat de 3 articles ou plus, ROCK THE OUTDOOR vous remboursera les frais de port ! Ignorer