Partir en voyage avec un sac léger : SUP’AIR Eiko et Radical 3

Partir en voyage avec un sac léger : SUP’AIR Eiko et Radical 3

Emmener son parapente en vacances, toujours la même histoire avant chaque départ

Emmener son parapente en vacances n’est pas toujours facile, surtout si vous prévoyez de partir en famille. Quand le parapente n’est pas source de conflit, il le devient au chargement de la voiture car le sac très encombrant est loin de passer inaperçu dans le coffre. Difficile de faire des concessions avec les membres de la famille sur les équipements de vacances à ne pas amener… Ou, si le voyage se fait par avion, le prix du bagage supplémentaire n’est pas anodin.

J’ai résolu mon problème depuis de nombreuses années en m’équipant en matériel léger (aile légère et sellette légère à cuissardes). Au final, mes bagages sont à peine plus gros que ceux de ma femme 😉 En avion, mon sac parapente m’accompagne souvent en bagage de cabine.

Cette année, nous avions prévu de partir en Albanie. Hors de question d’impliquer ma femme dans mes projets de vol. Donc autonomie totale, ambiance vol rando. J’aspirais à essayer du nouveau matériel light tout en gardant un haut niveau de sécurité. J’avais parlé de ce projet à Clément Latour et Justin Demange de SUP’AIR qui ont accepté de me prêter une Eiko et une Radical 3.

Au final, changement de destination, ce sera le pays basque espagnol et le Lot!

La SUP’AIR Eiko est conçue sur la même base que la voile d’entrée de gamme EN A Eona, mais elle est plus tendue, en matériaux plus légers et de surface moindre. Elle est homologuée EN B et se décline en 2 tailles 20 m² et 23 m² avec des PTV respectivement de 50 à 80 kg et de 65 à 100 kg. Avec 2,45 kg pour la taille 20 m² et 2,75 kg pour la 23 m², la SUPAIR Eiko offre l’un des meilleurs rapport poids/efficacité du marché vol rando. SUP’AIR recommande d’utiliser en sellette l’Everest 3 ou la Radical 3 (630 g) sellette à cuissardes à laquelle on peut ajouter un sac airbag réversible (960 g en option).

Taille utilisée : 23 m² – PTV : 80 kg environ
Sellettes : SUP’AIR Radical 3 – Kortel Kuik 2 cocon
Sites : Sopélana et Zarautz (pays basque espagnol), Douelle (Lot), Rosnoen (Finistère), côte Bretagne Sud

Petite vidéo de 3 mn des vols à Douelle et en Bretagne Sud

Préparation au sol

Arriver sur un déco avec un sac aussi léger et peu encombrant surprend à chaque fois les pilotes aux alentours. Nombreux sont ceux qui viennent palper le tissu de l’intrados très fin (27 g) donnant une impression de grande fragilité, de « papier de cigarette ». L’extrados est en tissu Porcher Skytex 27g et le bord d’attaque en 32 g. Les suspentes hautes et intermédiaires sont en liros et, chose étonnante, n’ont pas tendance à s’emmêler comme sur mon aile light habituelle (en elderid). Les supentes basses quant à elles sont gainées et en elderid. Les élévateurs lights sont en dynema. Grâce à ces matériaux, l’Eiko affiche un poids extraordinaire de 2,75 kg pour la taille 23 !

Sur mon modèle, j’avais l’option avec les élévateurs en dynema et les connections suspentes-élévateurs en maillons souples « soft link ». Les premières fois, j’ai rencontré quelques difficultés pour connecter correctement les élévateurs dans le bon sens sur le mousqueton de la sellette. En effet, ils sont souples donc plus difficiles à repérer (habitué aux élévateurs classiques épais, plats et facilement identifiables par les couleurs). C’est un des systèmes d’élévateurs le plus simple que j’ai vu. De même, j’ai rencontré des difficultés au début pour connecter correctement les crocs fendus de l’accélérateur.

Cliquez sur les photos pour visionner le diaporama >

Le gonflage et le décollage


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

tu aimes cet article, alors partage-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*