• Home
  • /PORTRAITS
  • /Greg vole en SUPAIR Eiko en bord de mer. Pas banal mais efficace !
Greg vole en SUPAIR Eiko en bord de mer. Pas banal mais efficace !

Greg vole en SUPAIR Eiko en bord de mer. Pas banal mais efficace !

Gros plan sur des pilotes remarquables

Découvrir d’autres portraits de pilotes sympas

Portrait d'un pilote pour qui le vol doit rester un plaisir

Alors que la plupart des pilotes bretons ou normands volent avec des voiles dites standards, un irréductible s’obstine à voler avec une voile plutôt dédiée pour la montagne : la SUPAIR Eiko en taille 20 m². Etonnant ? Peut-être mais, grâce à cette voile, Greg est souvent le seul pilote à voler lorsque les autres restent au plancher des vaches à cause du vent trop fort. Une voile étonnante, facile, maniable avec un comportement au gonflage surprenant par vent fort*. Dommage car elle ne figure plus dans la gamme SUPAIR. Pourquoi ?

Ayant croisé Greg sur le site de Donville, naturellement connecté à son Eiko, j’ai tout de suite apprécié la personne, toujours avec le sourire. Le regarder jouer avec sa voile est un véritable régal. Il n’échangerait pour rien au monde sa voile tant elle lui procure des plaisirs. Démonstration avec quelques vidéos et portrait du bonhomme…

* Je sais de quoi je parle puisque je l’ai testée moi-même en bord de mer, notamment au pays basque espagnol sur le site de Sopelana très pratiqué par le speedflyer Victor Gordillo.

Grégory Leong Kin Chin avec son chien prêt pour le vol

La SUPAIR Eiko ? J’ai vraiment l’impression que cette voile est une partie de moi en vol tellement elle est maniable et réactive !

J’ai choisi la SUPAIR Eiko pour voler en bord de mer en raison de ses caractéristiques : légère à porter et facile à voler. J’ai changé les maillons souples pour des maillons acier et les œillets de freins par des poulies car les œillets cisaillaient les drisses de frein (la peinture en s’écaillant coupe la suspente).

Mis à part ça, j’ai vraiment l’impression que cette voile est une partie de moi en vol tellement elle est maniable et réactive. Pour les vols au dessus des digues, avec les gros enrochements que l’on a dans la région, elle plane comme un oiseau, ce qui en a surpris plus d’un.

Tu l’as testée René (voir en bas de l’article), je pense que tu comprends pourquoi j’en suis fan, et quand je devrai la remplacer, j’espère retrouver le même modèle.

horizontal break

Session détente avec une sélection de 4 vidéos de Greg

Quand les autres ne peuvent plus voler, l’Eiko vole toujours

Vol sur dune à 30-35 km/h

Ne pas monter trop haut pour ne pas reculer derrière la dune

Vol cool avec vue sur le Mont Saint Michel !

Précision : s’asseoir sur le banc d’une table plein air

horizontal break

Portrait de Grégory Leong Kin Chin

Grégory , 41 ans, habite à Coutances dans la Manche (Normandie). D’abord militaire pendant 15 ans au 3ème Rima, il est aujourd’hui auto-entrepreneur dans le contrôle des engins de levage. Il aime le sport en général, le ski et la moto en particulier.

Poussée par sa femme qui l’entendait toujours parler de parapente, il fait son stage d’initiation fin août 2015 avec l’école Plaine Altitude (Calvados) puis son stage de perfectionnement à Barême à l’école Haut les mains (Hautes Alpes) : « A l’issue de ce dernier stage, on m’a validé mon brevet initial. Ma femme ne devrait pas tarder à m’inscrire à un SIV (lol) ».

Grégory vole assez souvent : « en moyenne 3 fois la semaine entre 2 et 4 heures à chaque fois sans compter les week-end et les vacances ». Son site de prédilection est Donville les Bains où je l’ai croisé lors d’une belle journée de vol : « ce site me convient parfaitement pour mon type de pratique. Par ailleurs, il nous offre un panorama exceptionnel, comme tu as pu le constater René« .

Outre son séjour hors Normandie à Digne les Bains pour son stage de perfectionnement à Barème, Grégory a ausi volé sur d’autres sites, essentiellement en Bretagne et en Normandie mais aussi à Saint Leu (La Réunion).

Comment est né ton désir de faire du parapente ?

Ma première motivation était de voler, celui d’être libre comme un oiseau. Cela a pu se concrétiser grâce à ma femme qui m’a inscrit dans chacun de mes stages, à force de m’entendre dire : « j’ai envie de faire du parapente ».

Quelles sont tes pratiques en parapente ?

Je suis fan d’acro mais je ne pratique malheureusement pas car je n’ai pas encore fait de stage pour. Concernant le vol cross, je compte m’y essayer un jour. Pour le moment, je pratique essentiellement en bord de mer et me contente de waggater à mon humble niveau.

Quelles sont tes ambtions ?

J’ai plein d’envies mais j’ai aussi 41 ans. Je me contente de progresser dans ma pratique et de me faire plaisir. J’espère pouvoir partager cette passion avec ma fille d’ici quelques années puisqu’elle n’a que six mois et deux dents (car ma femme se limite au biplace).

Qu’est-ce le parapente représente pour toi ?

Le parapente est pour moi un moyen d’évasion, de faire des belles rencontres, qu’il s’agisse des parapentistes ou encore des touristes qui prennent plaisir à nous regarder voler. Comme tu le sais, je fais beaucoup de vidéos de mes vols pour partager le plaisir que j’ai à voler. Si cela donne envie à d’autres de voler, alors c’est encore plus plaisant. C’est aussi un moyen de voir le monde d’un autre œil, de découvrir des endroits magnifiques que je n’aurai pas forcément découvert sans le parapente. La Normandie est une belle région qui se prête parfaitement à cette pratique.

Avec quel matériel voles-tu ?

J’ai le matériel pour voler dans toutes les conditions de vent :
– voiles : SUPAIR Eiko 20m², U-TURN Blackout 17m² et ADVANCE Sigma 6 en 26m²
– sellettes : SUPAIR Pixair et SUPAIR Radical 3
J’ai aussi une Mutant de FLYING PLANET en 11m² que j’aimerai tester en mountain board sur la plage… A voir

Quels sont tes autres loisirs en dehors du parapente ?

Je lis beaucoup, j’écoute beaucoup de musique et je passe beaucoup de temps à faire mes montages vidéo.

horizontal break

Partir en voyage avec un sac léger : SUPAIR Eiko et Radical 3

J’ai aussi pratiqué la SUPAIR Eiko en 22 m² et elle m’a surpris sur de nombreux plans, notamment pour ses qualités en gonflage dans le vent fort. Une voile facile, sécurisante et avec laquelle je me suis bien débrouillé en thermique sur d’autres sites en comparaison des autres voiles volant en même temps.

Pendant mes vacances, hors de question d’impliquer ma femme dans mes projets de vol. Donc autonomie totale, ambiance vol rando. J’aspirais à essayer du nouveau matériel light tout en gardant un haut niveau de sécurité. J’avais parlé de ce projet à Clément Latour et Justin Demange de SUPAIR qui ont accepté de me prêter une Eiko et une Radical 3. Diection : le pays basque espagnol et le Lot.

Arriver sur un déco avec un sac aussi léger et peu encombrant surprend à chaque fois les pilotes aux alentours. Nombreux sont ceux qui viennent palper le tissu de l’intrados très fin (27 g) donnant une impression de grande fragilité, de « papier de cigarette »

Lire la suite

horizontal break

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*