• Home
  • /AVENTURES
  • /1500 km en vol-bivouac au coeur du Karakoram avec Antoine et Damien
1500 km en vol-bivouac au coeur du Karakoram avec Antoine et Damien

1500 km en vol-bivouac au coeur du Karakoram avec Antoine et Damien

Cet été, Damien Lacaze et Antoine Girard ont parcouru plus de 1500 km au Pakistan de la frontière afghane à la frontière chinoise en seulement 14 jours de vol. Ils ont effectué le deuxième vol le plus haut dans l’histoire du parapente (7961 m), bivouaqué à plus de 6000 m et tenté l’ascension du Spantik, qui culmine à plus de 7000 m.

Durant l’expédition, ils sont passés sur les 3 massifs l’Hindou koush, Himalaya et Karakorum, sont allés aux pieds du Nanga Parbat (8127m), du K2 (8611m), Broad Peak (8051m) et ont survolé le Baltoro. Une aventure extrême de six semaines avec ses joies et ses déboires.

Petit résumé

Le départ de l’expédition dans le nord du pays (près de Skardu) commence très bien car les conditions sont excellentes. Mais au premier vol, Antoine atterrit à une vitesse de près de 50 km/h. Sa cheville n’a pas résisté pas à la charge et il ne peut plus marcher. En effet, à causse de leur sellette très lourde (plus de 35 kg), les voiles sont très rapides (PTV largement dépassé) et la densité réduite de l’air à 4000 m les rend encore plus rapides.

Mais, malgré sa blessure, Antoine prend la décision de continuer. Comme il ne peut plus marcher, ils décident d’atterrir chaque jour au plus près du terrain de décollage du lendemain. C’est pourquoi, ils doivent commencer à cherche un atterrissage tous les jours dès 16h. Une situation qui demande concentration et grande maîtrise du parapente car les conditions sont encore très toniques en haute montagne à cette heure-là.

Leur objectif : l’ascension du Spantik

Arrivés à Karimabad, la météo change. Après une semaine d’attente, une fenêtre de beau temps se présente et il décide de voler en mode ultra light (avec sellette string et sans secours) pour rejoindre un plateau du Spantik situé à 6200 m pour bivouaquer.  Arrivés au pied du Spantik, ils doivent se battre pour reprendre de l’altitude mais ils finissent par y arriver.

Le lendemain, pendant l’ascension au sommet, les conditions se dégradent (vent, neige). A cause du manque d’acclimatation, ils souffrent de l’altitude et Antoine commanece à avoir le « mal aigu des montagnes ». Le seul remède est celui de redescendre au plus vite. L’option unique est celle de décoller le plus vite possible malgré la neige profonde et le brouillard…

Découvrez le récit complet sur la page ADVENTURE ADVANCE

Un autre récit sur le site ALPINE MAG

Equipement : OMEGA XALPS 2 (Damien Lacaze) – OZONE LM 6(Antoine Girard) – COMPANION SQR Light – sellette KORTEL Kolibri

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

horizontal break
horizontal break

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*