Essai de l’aile GIN GTO 2 par Ziad Bassil

Essai de l’aile GIN GTO 2 par Ziad Bassil

Ziad Bassil est un pilote libanais qui vole depuis 20 ans. Il a toujours aimé essayer de nouvelles ailes et partage ses impressions. Il est devenu célèbre pour ses innombrables essais de parapentes. Il publie des vidéos et partage ses impressions sur son blog. Voici son ressenti et 2 vidéos à propos de la GIN GTO 2*.

English version, go to the blog Dust of the universe

source : gingliders.com

source : gingliders.com

Photo : Ziad Bassil

Photo : Ziad Bassil

L’aile GIN GTO 2 (taille S) se gonfle rapidement dans un vent léger avec une prise en charge immédiate. Dans des conditions plus venteuses, quelques lentes tractions sont nécessaires. Les réglages d’usine des freins sont un peu longs pour mon poids (94 kg) surtout pour la taille S (80-95). Un demi tour sur les freins et je me mets à attaquer le premier thermique : 10 cm de course sont nécessaires pour amorcer un virage. En thermique homogène, la GIN GTO 2 S tourne comme une dame! Pas trop agile, mais pas trop « lourde » non plus. On ne se sent pas de mouvements de lacet. Le comportement de tangage est plutôt amorti pour sa catégorie. Le roulis est très bien coordonné.

Photo : Ziad Bassil

Photo : Ziad Bassil

Le deuxième jour, je me suis retrouvé dans un thermique sous le vent avec des turbulences qui m’ont rappelé que la GTO 2 S est, en effet, une aile haute performance qui doit être pilotée avec le niveau adapté pour cette catégorie d’aile. La capacité à tourner lorsque les conditions sont difficiles affectera un peu le comportement de virage de la GTO 2 S. L’aile a besoin d’un peu de temps pour réagir aux commandes mais c’est une question d’habitude.

Le taux de montée au poids max est bonne mais je l’ai trouvé le vol mieux avec 3 kg de plus. A 92 Kg, la taille S monte comme aucune autre ne le pourrait, surtout dans les bulles thermiques, sa possibilité de tirer vers le haut est incroyable! Je volais à côté d’une NIVIUK IP 6 et sa montée nous a surpris tous les deux!

Volant à côté d’une Icepeak6 et avec cette charge, elle a montré une meilleure mais légère vitesse et glisse. Avec un angle de descente similaire la GTO 2 S est favorisée. La structure est solide et cohérente tout le temps et ne semble pas sensible à la fermeture. En mode accéléré complet, le deuxième barreau est un peu difficile à pousser. On sent la GTO 2 S sous pression au point que je ne me sentais plus l’aile. Juste le bruit du vent avec quelques mouvements de roulis. Peut-être, dois-je m’adapter, l’écouter et mieux l’appréhender à cette vitesse. Les élévateurs C deviennent un peu lâches. Une légère pression permettra au pilote de sentir plus l’aile. Les grandes oreilles sont faciles et relativement stables. Elles sont très efficaces avec l’accélérateur! Elles se réouvrent doucement d’elles-mêmes.

Conclusion

Avec l’arrivée de la GIN GTO 2, GIN a créé une aile bien classée en EN D plutôt en haut de la catégorie. C’est une aile de haute performance, pas comme les ailes en bas de catégorie EN D comme la Mantra 4, l’Omega 8, la Peak 2. Voler dans des conditions fortes nécessite une expérience de pointe pour exploiter ses performances étonnantes en toute sécurité. Parmi les dernières ailes haut de gamme que j’ai testée (M6, IP6), la GIN GTO 2 S est un planeur très compétitif dans tous les sens, si elle est bien chargée!

* avec son aimable autorisation de publier ses tests sur le site
horizontal break
horizontal break
tu aimes cet article, alors partage-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*