• Home
  • /CONSEILS
  • /Conseil sécurité n°13 : élaborer un projet et se donner les moyens de le réaliser
Conseil sécurité n°13 : élaborer un projet et se donner les moyens de le réaliser

Conseil sécurité n°13 : élaborer un projet et se donner les moyens de le réaliser

Photo ci-dessus : Le dernier Parapente Mag titre « 100 km facilement ». Qu’en pensez-vous ?

Voici la 13è fiche conseil sécurité proposée par Jean Marc Galan. Elle fait partie d'une série d'une trentaine de fiches qui sont publiées régulièrement sur le site.
Comme la sécurité en vol est un sujet complexe et que personne ne détient la Vérité, n'hésitez pas à faire part de vos observations, il se fera un grand plaisir d’échanger avec vous.
* Jean Marc Galan est aussi président de la commission technique et sécurité de la FFVL

Ce conseil sécurité fait suite à un échange de Jean Marc avec un pilote volant très peu et qui a comme exigence de vouloir voler en cross. Mais, vu son expérience, cette ambition de vouloir voler déjà en conditions thermiques est-elle vraiment raisonnable ?

Pendant une réunion du club, un pilote vient me voir les oreilles basses…

Lui : «J’ai failli me tuer la semaine dernière en stage cross! Voilà, j’étais un peu bas, je voulais rattraper les autres, j’ai sans doute mis un peu trop de frein pour enrouler un thermique étroit et ma voile s’est mise à tourner fort… »
Moi : « Une vrille ? Tu l’avais déjà expérimenté en SIV ? »
Lui : « Euh, je n’ai jamais fait de SIV »
Moi : « Ah, OK, tu as lancé ton secours alors ? »
Lui : « Euh, non, je me suis posé la question mais je ne savais pas comment le lancer, j’avais peur qu’il se prenne dans les suspentes »
Moi : « As-tu déjà simulé des lancers de secours sur tyrolienne ? »
Lui : « Non, de toutes façons, j’étais trop bas. Au final, j’ai eu une chance incroyable, j’ai impacté le sol dans de la terre très meuble, en pente, juste entre 2 gros rochers »
Moi : « Wahoo ! As-tu vérifié la longueur de tes drisses de freins ? C’est classique qu’elles se rétractent, cela explique peut-être ta vrille ? »
Lui : « Non, je n’ai pas fait réviser mon aile depuis 2013, mais, tu sais, je ne vole pas beaucoup »
Moi : « Un suspentage bouge même si tu ne voles pas. Tu voles combien d’heures/an ? »
Lui : « 10h en moyenne »
Moi : « Oohhh… c’est très peu ! et tu fais des stages cross ?!? »
Lui : « Oui, dans le parapente, y’a que le cross qui m’intéresse »

Cet échange est authentique. Le problème de ce pilote est courant, il a le projet de faire du cross mais il ne se donne pas les moyens de le mener à bien (faible volume de vol, matériel mal entretenu, faibles compétences techniques). Il est donc en danger.

Il est important de vous poser régulièrement la question de votre projet en parapente. Puis de mettre en œuvre les moyens de le réaliser. Si vous n’avez pas de projet, vous êtes en danger. Si vous avez un projet mais que vous n’y mettez pas les moyens, vous êtes aussi en danger.

Première expérience d’un jeune pilote qui subit une cravate lors de son premier stage cross (voir l’article et les conseils pour défaire une cravate)

Quel projet ?

Cross, vols de soaring contemplatifs, vol rando, vol bivouac, vol du soir en restit’, biplace, vol et ski, atterrissage de précision, vol de proximité (waggas…), parapente en voyage, acrobatie, voltige … Chacune de ces pratiques a des exigences différentes. A vous de composer votre cocktail. Ce cocktail va varier au fur et à mesure de votre progression. Au début de chaque saison, composez votre cocktail et mettez en face les moyens pour le siroter sereinement tout au long de l’année.

Si vous peinez à élaborer un projet, essayez de vous rappeler les moments en parapente où vous avez pris le plus plaisir. Vous avez forcément en mémoire des instants magiques où vous avez ressenti une grande plénitude… Etait-ce un vol contemplatif avec une lumière extraordinaire? Etait-ce un moment de partage avec votre passager(e) en biplace? Etait-ce après la réussite d’un vol de performance qui vous résistait?  Etait-ce un plouf bien mérité après une ascension difficile?…  Retrouvez ces moments et utilisez les comme briques pour construire votre projet. Ne vous laissez pas intoxiquer par le projet des autres. Chacun ses plaisirs, chacun son projet.

Revoyez à la baisse votre projet si vous n’avez pas les moyens de l’accomplir. Il est parfois difficile d’être honnête et lucide avec soi-même, demandez des conseils, parlez de votre projet avec d’autres pilotes…

To cross or not to cross ?

Nombre de pilotes veulent faire du cross mais restent sur le bord du chemin car le cross est un projet ambitieux et exigeant. Exigeant en terme de temps, exigeant en terme d’investissement intellectuel, exigeant en terme d’engagement physique et mental, exigeant en terme de tolérance aux risques.

Ne croyez pas les couvertures de magazines, 100km cela n’a rien de facile, jamais. Dans tous les cas, libérez-vous de la pensée unique omniprésente dans le milieu qui veut que si un pilote n’a pas fait 100km, c’est un Mickey. Fort heureusement la progression en parapente ne se réduit pas à aligner les kilomètres.

Conclusion

Posez vous régulièrement la question de votre projet en parapente puis mettez en oeuvre les moyens pour le réaliser. Si vous n’avez pas de projet où si vous n’avez pas les moyens de réaliser votre projet, vous êtes en danger.

horizontal break
horizontal break

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*