• Home
  • /CONSEILS
  • /Atterrissage parapente par vent fort, que faut-il faire?
Atterrissage parapente par vent fort, que faut-il faire?

Atterrissage parapente par vent fort, que faut-il faire?

Sur cette vidéo, le vent ayant forci sur un site de bord de mer au Québec, un pilote cherche à atterrir au sommet. Après avoir fait les oreilles pour s’approcher du sol, il rencontre encore quelques difficultés pour atterrir. Le vent est assez fort mais la situation est gérable. Une fois posé, le pilote maintient son aile au dessus de la tête mais semble « paralysé », ne sachant pas ce qu’il faut faire… Ses amis aussi ne savent pas trop non plus comment lui venir en aide.

Quels sont les gestes à faire dans cette situation?

L’analyse de Jérôme Canaud

Les observations de Bob Pelletier, le réalisateur de la vidéo


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

6 thoughts on “Atterrissage parapente par vent fort, que faut-il faire?

  1. Je suis entièrement d’accord avec Jérôme. Il faut chercher à décrocher la voile.
    L’approche aux oreilles ne sert pas à grand chose. Face au vent le pilote gère son plan de descente quasi verticalement en gérant si besoin sa marche arrière.
    Une fois posé, il faut décrocher la voile en tirant de manière franche sur les arrières ou comme il y avait quelqu’un au sol, l’autre solution c’est de donner les freins et la personne fais un grand pas franc en arrière pour décrocher brutalement la voile.

  2. Bonjour Bob et merci pour ses précisions.
    Pourquoi ai-je annoncé 25 km/h à la louche? Parce que le pilote vole jambes tendues croisées mais pas accéléré et que sa voile est pilotée donc freinée en approche (on le voit bien en regardant plusieurs fois les images).
    Oui le placement du pilote sur le plat derrière la cassure ne lui génère pas d’ascendance, il est dans les filets d’air horizontaux. C’est plutôt fort pour débuter, en tout cas ça n’autorise pas trop d’erreur sinon le pilote le paye cash.

  3. Bonjour Jérôme, simplement pour dire que le pilote avait l’accélérateur tenu avec le pied gauche jusqu’à 53 secondes sur la vidéo on distingue difficilement sur la vidéo, mais si on regarde attentivement on peut voir les lignes de l’accélérateur apparaitre sur la gauche du pilote à 2 occasions. Le site est quand même sécuritaire pour ce genre d’atterrissage car il y a environs 100 m de broussaille assez accueillante qui est dur sur l’orgueil des pilotes, mais assez douce pour les voiles.

  4. Laurent Nunenthal

    Volant souvent sur des petits sites par vent fort, j’ai une technique qui marche super bien, et que j’utilise depuis des années avec succès.
    Pendant l’approche, se saisir des B à environ 2 m du sol tout en gardant les freins en mains. A 30 ou 40 cm du sol, bien debout dans sa sellette, faire les B, au moment de toucher le sol, se retourner tout en gardant les B. Quand la voile arrive à 45°, lâcher les B et tirer les freins à fond.
    Ça marche à tous les coups, en tous cas, avec toutes les ailes que j’ai eu jusqu’à présent.


Laisser un commentaire