• Home
  • /CONSEILS
  • /Dans un rotor à l’atterro, Denis fait une mauvaise réception
Dans un rotor à l’atterro, Denis fait une mauvaise réception

Dans un rotor à l’atterro, Denis fait une mauvaise réception

horizontal break

PUBLICITE

Un vol anodin qui se termine avec une vertèbre compressée

Denis est en soaring le long d’une falaise à Cap Santé au Québec. Le vent ne semble pas trop fort (pas de rides sur l’eau) et est bien de face (drapeau bleu bien orienté). Terminant son vol, il décide d’atterrir au sommet sur la zone de décollage mais fait une mauvaise réception au sol. Selon les dires de Denis, il se trouvait en position de freinage et comme il s’est senti tiré en arrière, il a levé les bras un peu trop rapidement. Il dit avoir été pris dans un rotor. Rotor, décrochage? On était pas sur place pour juger. Sa configuration en étant tiré en arrière à quelques mètres du sol l’a empêché de faire une bonne réception au sol. En tout cas, le phénomène de rotor est possible sur ce site d’autant plus qu’il y a la présence d’un autre relief en arrière du plateau avec les arbres (voir graphiques ci-dessous). Mais est-ce vraiment un rouleau dans ce cas précis?

L’analyse de Jérome Canaud : attention au vol trop freiné!


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

6 thoughts on “Dans un rotor à l’atterro, Denis fait une mauvaise réception

  1. Salut Denis, si tu me permets de donner mon hypothèse, je ne pense pas a un rotor, mais plutôt a un fort gradient de vent. A mon avis tu es arrivé dans une zone légèrement déventée et à basse vitesse, donc l’aile a décroché. C’est pourquoi il est toujours conseillé de garder les mains assez hautes en phase atterrissage (même au déco). Bon rétablissement.

  2. Bonjour,

    A mon avis il n’est pas du tout pris dans un rotor de la falaise….
    Il y a peu de vent (drapeau, hauteur de vol,…).
    Donc le vol se fait avec une aile assez lente (freinée), quand le pilote se place pour poser il arrive par devant (pas de rotor) et bas et en virage ! c’est son virage à gauche en trop basse vitesse qui fait DECROCHER » la voile qui bascule en arrière (on voit les pieds du pilote à ce moment là).
    Décrochage prés du sol, il n’y a rien à faire , la chute est verticale avec une bascule arrière.
    ce que l’on peut proposer dans ce contexte:
    -se mettre debout en appui ventral pour « résister » à la bascule arrière en cas de décrochage, favorisant l’arrivée sur les pieds
    -poser plus prés du bord pour éviter de faire un virage lent trop prés du sol .
    Pour moi c’est une erreur de pilotage et non un « rotor » qui aurait provoqué soit une fermeture , soit un gradient de vent marqué.
    La hauteur de sa voile et l’éloignement du bord plutôt faible , ne met pas celle-ci dans les turbulences de la crête.

    jérôme

  3. Bonjour,

    Loin de moi l’idée de donner des cours, je n’en ai ni le niveau ni la pretention, mais la position de la main droite du pilote en approche (vers 02’06 ») ne laisse rien augurer de très bon ; la main est très basse et bien en avant de l’elevateur A. Je pense que notre camarade liberiste devrait envisager de prendre un tour de frein qui corrigera naturellement la position de ses mains et lui donnera plus de sensibilité quant à la quantité de frein appliquée. Ce n’est que mon avis de pilote pas très expérimenté, mais cela m’a personnellement bien servi.
    Bon retablissement, et bons vols.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*