• Home
  • /CONSEILS
  • /Gonflage et décollage en vent fort – s’entraîner avec les bonnes techniques
Gonflage et décollage en vent fort – s’entraîner avec les bonnes techniques

Gonflage et décollage en vent fort – s’entraîner avec les bonnes techniques

Le parapente est un aéronef peu rapide qui devient difficile à contrôler lorsque le vent excède les 25 km/h. Dans ce 6è épisode « Control Technico » sur les techniques gonflage parapente (réalisé par SUPAIR), le célèbre pilote acro Raul Rodriguez donne de précieux conseils pour nous entraîner à gonfler et à décoller dans le vent fort. Ce qu’il faut chercher, agir pour ne pas amener la voile dans les zones de traction maximales.

Il faut garder à l’esprit, comme le précise Raul, que ce sont « les premiers instants du gonflage {qui] déterminent à 90% le bon déroulement d’un décollage ! ». Ce n’est que par l’entrainement que nous arriverons à développer de bons réflexes et une gestuelle efficace et adaptée.

Avant vos premiers essais de gonflage dans le vent fort, il est important de connaître et de maîtriser toutes les techniques présentées dans les tutos précédents, ceci afin d’évoluer dans une masse d’air qui ne vous mettra pas en difficulté.

En effet, en sachant placer la voile dans une zone de traction faible, on pourra stopper n’importe quel exercice au cas où le vent viendrait à forcir, ceci pour éviter des sketches… On a tous constaté que, dans le vent fort, la voile est très « nerveuse » et qu’il faut adopter des actions de pilotage mesurées.  En vous étant déjà entraîné aux exercices précédents, vous partirez plus en confiance car vous agirez avec précision et douceur.

Premier exercice / gonflage vent fort : face voile sans les commandes dans les mains

Le premier exercice suggéré dans ce tuto est celui d’un entraînement au gonflage dans le vent fort mais pas pour le décollage. Il se fait sans les mains tenant les poignées de frein, en contrôlant directement avec les drisses de frein. Cet exercice a pour objectif de développer « un automatisme qui prend tout sons sens en gonflant dans le vent fort ». Le pilote apprend à attraper ses commandes instantanément à tout moment et en toutes circonstances.
> Maintenir la voile au ras du sol et chercher à baisser son centre de gravité.
> Si rafale ou manque de précision dans le pilotage, il faut avancer vers la voile afin d’éviter qu »elle ne monte dans la zone de traction maximale.

décollage vent fort exercice 1

Deuxième exercice / décollage vent fort : travailler posture et gestuelle après retournement

Pour contrôler sa progression contre le vent fort après retournement, Raul recommande de plier les jambes. En effet, on rajoute du poids sous la voile – une voile chargée est plus rapide ! C’est pourquoi, pour donner de la vitesse et avancer, comme le précise Raul, il est important de jouer avec le débattement des jambes, de les plier pour baisser le centre de gravité mais tout en gardant le contact avec le sol. Il faut chercher à charger la sellette le plus possible (donc la voile) tout en ayant des actions les plus douces possibles pour éviter des mouvements pendulaires contreproductifs.

Face au vent (en restant bien dans l’axe), il ne faut pas « lutter » mais avancer petit à petit, laisser le sol se dérouler tranquillement sous ses pieds en cherchant à donner un maximum de vitesse à la voile – en plaçant les poignées de frein en butée.

Ce qu’il faut retenir en décollage vent fort

– Charger la voile en pliant les jambes
– Mettre les mains à la hauteur des poulies
– Progresser dans l’axe du vent

décollage vent fort charger la voile

En guise de conclusion, je recommande vivement de consulter la Masterclass Wingmaster et de suivre l’enseignement de Jérôme Canaud qui, à travers d’excellentes vidéos pédagogiques, vous donne les clés et vous guide à travers un entrainement progressif pour maitriser le gonflage et le décollage en toutes conditions. Le chapître « 11. DÉCOLLER DANS DU VENT » y est entièrement dédié.

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente