• Home
  • /CONSEILS
  • /Retour au sol brutal suite à un mauvais contrôle de l’aile
Retour au sol brutal suite à un mauvais contrôle de l’aile

Retour au sol brutal suite à un mauvais contrôle de l’aile

Baptiste se prépare à décoller du site du Grand Bornand. Au décollage, il constate que son aile part vers la droite, dérive qu'il interprète comme dûe à une rafale. Il constate qu'il y a du frein à droite en permanence. Accaparé par son tour de frein, Baptiste n'a pas vu l'anomalie qui est la cause de son accident. Il nous propose de déceler l'anomalie par nous même. En regardant sa vidéo, il découvre que les causes ne sont pas celles qu'il imaginait. Regardez sa première vidéo pour essayer de déceler l'incident par vous-même puis la deuxième pour comprendre ce qui est la cause de son retour violent au sol. Heureusement que l'airbag a fait son effet!

Les remarques de Baptiste

Certains jours les conditions météo (vent non laminaire) font qu’un check de la voile au sol ne permet pas de détecter que les C sont tirés d’une dizaine de cm, comme il est difficile de détecter que la voile tire à droite alors que c’est rafaleux. Seul un check visuel rigoureux sur les maillons le permet.

L’autre point c’est que redécoller après un retour brutal au sol est pointilleux :
– coté technique : comprendre au mieux ce qu’il s’est passé, erreur de pilote, problème aérologique, problème technique. Dans mon cas, sur le moment, j’ai conclu à un problème aérologique et j’ai pris des marges en redécollant et en essayant la voile loin du relief. Ce n’est qu’en revisionnant la vidéo que j’ai compris le vrai souci, qui aurait pu se reproduire du coup… Ne pas hésiter à se renseigner autour de soi si quelqu’un a analysé la chose différemment (un biplaceur a vu l’événement mais dommage il a décollé avant que je ne le rejoigne).
– coté psychologique : savoir s’écouter et comprendre dans quel état on est. Se prendre quelques minutes de repos permet de prendre un peu de recul.
– coté matos : bien rechecker son matériel en sortant de sa sellette, vérifier le secours (pour ma part, la poignée était à moitié tirée), airbag ou mousse bag en bon état, suspente cassée ou voile déchirée.

Si vous avez le moindre doute, ne pas repartir.

horizontal break

Les conseils de Jérôme Canaud

L’habitude est accidentogène…

Baptiste a bien analysé ce qui s’est produit donc pas grand chose à ajouter. Par contre, cet incident est intéressant sur la force de l’habitude. Il fait comme d’habitude en disant “Ok pour le check” mais, en fait, il ne voit rien. Nous regardons souvent par habitude mais nous ne faisons pas de véritable contrôle…

Bien comprendre l’incident pour reprendre confiance

Bravo au pilote qui a su analyser grâce aux images ce qu’il avait vécu. La compréhension de ce qui se passe ou s’est passé lors d’un incident, accident est primordial pour reprendre confiance et continuer à progresser. Je pense que beaucoup de pilotes suite à un incident ou accident ne savent pas ce qui s’est réellement passé. Soit par méconnaissances des causes, méconnaissances des incidents de vol en parapente (ce qui est dû au pilote et ce qui est dû à l’aérologie). Ces méconnaissances entraînent souvent des croyances sur ce qui se passe, peut se passer et des actions à avoir. D’où l’importance d’avoir de l’expérience en se formant (stage de pilotage, pilotage au sol, stage SIV), en se recyclant, remettre à jour son niveau, en revoyant ses objectifs qui évoluent au fur et à mesure de la vie d’un pilote.

Par habitude, on regarde sa voile mais on y voit réellement pas grand chose

Concernant cette vidéo, elle me fait penser également à un point très important : “l’habitude”. En effet, le pilote, après le retournement, regarde sa voile, le commentaire de la vidéo est “check de la voile”. On s’aperçoit après son analyse que ce check n’a finalement servi à rien puisqu’il n’a pas vu le problème de l’élévateur “C” coincé et cela même en regardant du bon côté. Par habitude, on regarde sa voile mais on y voit réellement pas grand chose car on ne cherche pas vraiment à vérifier, on regarde pour se rassurer. On a du mal à voir ce que l’on a pas l’habitude de voir (dans la plupart des cas, il n’y a rien à voir, pas de clés, pas de problème). Pour palier à cette habitude (qui en devient accidentogène), l’idée serait de faire un vrai check en essayant d’être curieux et vraiment vérifier la voile, les suspentes, les élévateurs.

Soigner la prévol et le contrôle visuel par un gonflage face voile


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

6 thoughts on “Retour au sol brutal suite à un mauvais contrôle de l’aile

  1. Juste pour compléter l’article, certains jours les conditions météo (vent non laminaire) font qu’un check de la voile au sol ne permet de détecter que les C sont tirés d’une dizaine de cm, comme il est difficile de détecter que la voile tire à droite alors que c’est rafaleux. Seul un check visuel rigoureux sur les maillons le permet.

    L’autre point c’est que redécoller après un retour brutal au sol est pointilleux :

    – coté technique : comprendre au mieux ce qu’il s’est passé, erreur de pilote, problème aérologique, problème technique. Dans mon cas, sur le moment j’ai conclus à un problème aérologique et j’ai pris des marges en redécollant et en essayant la voile loin du relief. Ce n’est qu’en revisionnant la vidéo que j’ai compris le vrai soucis, qui aurait pu se reproduire du coup … Ne pas hésiter autour de soi si quelqu’un a analysé la chose différemment (un biplaceur a vu l’évènement mais dommage il a décollé avant que je ne le rejoigne)

    – coté psychologique : savoir s’écouter et comprendre dans quel état on est. Se prendre quelques minutes de repos permet de prendre un peu de recul.

    – coté matos : bien rechecker son matériel en sortant de sa sellette, vérifier le secours (pour ma part la poignée était à moitié tirée), airbag ou mousse bag en bon état ?, suspente cassée ou voile déchirée.

    Si le moindre doute, ne pas repartir.

  2. Bonjour,
    C’est avec regret et culpabilité que je vois cette vidéo, puisque le problème m’est arrivé une fois, et une fois à un ami.
    Ami a qui j’avais prêté ma voile… Et ma voile qui se trouve être une blacklight !
    Je pense qu’il y a un réel problème avec les élévateurs de cette voile. Je ne sais pas si on retrouve les mêmes sur d’autres modèles, mais ce n’est surement pas une coïncidence.
    Comme conseillé ci-dessus, s’assurer d’avoir les élévateurs bien en ordre dans la prévol.
    La prochaine fois, je penserai à prévenir sur les forums par exemple…

    • Merci pad pour ton retour. Pense à faire remonter également à Uturn ton problème, j’ai eu une réponse de leur part m’indiquant que sur les 1000 voiles qu’ils avaient vendu ils n’avaient pas eu ce genre de problème … encore faut il qu’on leur remonte l’information !
      La personne m’a dit transmettre tout ça aux services concernés et faire en sorte de prévenir les clients.

      PS : penser à faire une déclaration d’incident sur le site de la FFVL aussi.

      • Ca marche, je ferais remonter l’info à u-turn.
        Pour ce qui est de la ffvl, je n’ai pas eu d’incident à cause de ça, vu que je m’en suis rendu compte en l’air et j’ai pu décoincer le bazar, et mon pote s’est posé, en galérant mais sans problème, sans comprendre pourquoi elle ne volait pas droit… D’ailleurs si ça ne m’était pas déjà arrivé avant, on aurait jamais compris…

  3. J’ai lu l’article et visionné les deux vidéos sans voir le PB. Il est très important c’est évident d’effectuer le “t’chek” avant déco.
    Le plus compliqué est en fait d’y attacher une réelle importance et non pas comme beaucoup de le faire machinalement ou “robotiquement” mais d’aller bien plus loin que ça. Je pense que la préparation du vol doit se faire de deux façons ! Il y a la préparation mentale et la préparation matériel ;pour ces deux phases, je me mets dans ma bulle, ne parle pas, ne réponds pas aux autres à côté et me consacre essentiellement à ce que je fais, à ce que je vois ! Passant parfois pour un sauvage ! Ensuite face à ma voile, je commence dans l’ordre depuis la sellette et remonte jusqu’au bord d’attaque avant le pré-gonflage ! Oui je suis plus long que les autres ! Non je ne décolle pas le premier mais je mets toutes les chances de mon côté pour faire un bon vol !!!! alors patience , vitesse et précipitation pas bon !!!
    Bons vols 2016.


Laisser un commentaire