• Home
  • /CONSEILS
  • /Gonfler dans le vent fort : technique du gonflage parapente avec oreilles
Gonfler dans le vent fort : technique du gonflage parapente avec oreilles

Gonfler dans le vent fort : technique du gonflage parapente avec oreilles

Cette technique de gonflage parapente avec oreilles présentée par le pilote américain Steve Van Fleet  (instructeur à San Diego aux États-Unis) est parfois utilisée par des pilotes qui ont l’habitude de voler sur des sites ventés en bord de mer. C’est aussi une technique utilisée par nos amis cagistes qui ont une commande à part leur permettant de gonfler et de contrôler l’aile avec les oreilles fermées.

Une technique particulière à tester avec votre aile

Cette technique du gonflage parapente avec oreilles peut être intéressante si elle est adaptée à votre voile et si vous vous êtes entraînés au préalable. Elle offre la possibilité de vérifier plus facilement si nous risquons de nous faire emporter lors la montée de la voile. Et lorsque la voile arrive au dessus de la tête, nous disposons d’une plus grande marge pour prendre la décision de voler ou pas.

Attention toutefois, quand vous lâcherez les oreilles, aux risques d’ouverture asymétrique des oreilles ou celui de partir de suite à la verticale !

Une aile avec les oreilles perd de sa pénétration en raison de la traînée supplémentaire produite par les oreilles. Du fait d’une charge alaire plus importante, nous sommes moins portés (donc pratique dans le vent fort) mais nous avançons moins aussi (normalement – voir paragraphe à droite). Il se peut que cette technique ne soit pas possible par vent très fort avec certaines ailes car l’incidence plus marquée risque de nous faire reculer. Entraînez-vous pour vérifier le comportement avec votre aile.

Observations de Marc qui utilise cette technique

J’utilise quelquefois cette technique en solo, mais avec mon bi, c’est la technique boule (voir ci-dessous), la seule avec laquelle je ne me fais pas arracher au delà de 30 km/h. Mais avec d’autres bi, ce serait le cobra ou les oreilles. Il faut s’adapter à son matériel.

Concernant la traînée : on va plus vite ou moins vite avec les oreilles ? Eternel débat ! :
– On diminue la surface, donc on augmente la charge alaire, donc la vitesse aussi…
– Mais on augmente la traînée, donc on diminue la vitesse …
C’est le matériel que l’on utilise qui le dira à chaque pilote !

Marc – OUEST PARAPENTE NANTES

Comment placer les suspentes avant extérieures dans la main ?

Sur cette vidéo, le pilote propose de raccourcir les avants extérieurs en les attrapant plus haut avec une main ce qui a pour effet de faire des oreilles au moment de l’élévation de l’aile. Elles sont enroulées autour de l’index de telle sorte qu’elles puissent être libérées sans risque de rester coincées dans la main (ne pas faire de tour autour de la main).
Attention, lorsque l’on tient les suspentes d’oreilles d’une main, on ne pilote pas la montée, d’où la nécessité de bien se centrer avant le gonflage.

Avantages

  • l’effet spi pendant la montée de la voile est nettement moins fort,
  • la montée moins rapide de la voile évite l’effet « bouchon de champagne »,
  • le risque de décollage intempestif étant réduit, nous avons plus de temps pour la prise de décision et affaler la voile si nécessaire.

Recommandations

Le gonflage parapente avec oreilles présente toutefois des inconvénients (pas recommandé dans le vent très fort et il est indispensable de bien maîtriser la technique).
Il faut d’abord vous entraîner dans du vent à vitesse raisonnable pour bien adapter la technique à vous-même : dans quelle main je prends les élévateurs, les suspentes des oreilles et les poignées de commandes ?
Il est important de bien se centrer, de se situer dans l’axe du vent et d’adopter une technique qui assure une montée de l’aile bien symétrique.
Pendant l’entraînement avec votre voile, s’assurer aussi que les oreilles s’ouvrent de façon symétrique (pas forcément le cas pour toutes les voiles).

L'avis de Jérôme Canaud

Cette technique étant peu utilisée, il y a peu d’échos sur ce type de gonflage aux oreilles.

C’est peut être très efficace en laminaire comme sur la vidéo.
Y-a-t-il un risque de cravate dans de l’air turbulent car la voile ne va pas bien rester au sol avant la montée?
Sur un site en montagne où ça ronfle, il peut y avoir aussi le risque d’une ouverture asymétrique juste en sortie de déco ou pendant le déco.

A essayer par les biplaceurs pour avoir un avis plus fin !

Jérôme Canaud – Courant d’R

Petits conseils pour réduire l’effet spi

Pensez, quelque soit la technique de gonflage dans le vent fort, à ne pas résister à l’aile et à bien fléchir les jambes pour baisser le centre de gravité, ce qui vous donnera de la marge pour accompagner la voile lors de sa montée et réduira le risque de vous faire tracter.

La technique de l’aile en bouchon

Il existe une autre technique proche, celle du gonflage avec l’aile en bouchon (aile en corolle) avec quelques caissons ouverts mais cela nécessite une prévol parfaite. Elle se déplie progressivement en montant, réduisant ainsi l’effet spi.

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

horizontal break
horizontal break

SOUTENEZ ROCK THE OUTDOOR

en devenant Membre PREMIUM et accédez aux articles réservés (conseils, tests matériel, rubrique voltige…) et à de nombreux avantages (magazine numérique, remise boutique…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*