Test de la voile MCC STELVIA par Pierre Le Gall (EN B)

Test de la voile MCC STELVIA par Pierre Le Gall (EN B)

Voile MCC AVIATION Stelvia, la performance facile

Nous avons déjà publié en septembre 2019 un test sur la MCC Stelvia, celui de Nicolas Garcin. Comme il n’a pas tari d’éloge sur cette voile, la décrivant ainsi : « J’aime et j’adore. Conception simple mais efficace. Aile joueuse. Polyvalence multi-sites. Excellente aile de début de cross, et plus encore. Fine et sensible. Elle ressemble sur beaucoup de points de pilotages à ses grandes sœurs C ou D mais avec l’avantage de la sérénité de pilotage d’une réelle B ».

J’ai de ce fait été très tenté de l’essayer moi aussi. Marc Genovese, le distributeur France, a tout de suite acquiescé lorsque je la lui ai demandée à la Coupe Icare pour la tester à Organya début octobre. Pierre Le Gall, autre testeur ROCK THE OUTDOOR, qui faisait partie du voyage était tout aussi curieux. Nous avions dans le coffre, la Sigma 10 de Pierre, ma LITTLE CLOUD Gracchio et la fameuse Stelvia. Au départ, il n’était pas question de produire un article…

J’aime voler avec la Gracchio parce qu’elle est racée, rapide, ludique mais aussi pour sa sensation de sécurité. La Stelvia ? Une autre voile qui joue dans la même cour ! Je n’en dirai pas plus sur la voile pour ne pas répéter les propos de Pierre, ni ceux de Nicolas. Et vous verrez, Pierre en parle avec beaucoup d’affection, comme Nicolas et … moi. Bref, si vous voulez voler perf et serein avec une EN B+, ça vaut vraiment le coup de passer en dessous : vous serez étonnament surpris.

Test de la voile MCC Stelvia à Organya et en bord de mer

Avant propos

J’ai eu le plaisir de tester cette très intéressante voile MCC STELVIA en taille S (23,36 m² à plat) à Organya en Espagne ainsi que sur plusieurs sites bord de mer en Bretagne. Avec son allongement à plat de 5,7 et 61 cellules, elle se classe en haut de la catégorie EN B (et vu son niveau de performances, elle peut rivaliser avec certaines C).

Assez légère (4,1 kg seulement pour la S), c’est une voile élégante avec un joli look. Les matériaux sont de qualité et la fabrication est soignée. Le bord d’attaque est rigidifié sur toute sa longueur par des joncs courts (style shark-nose) qui ne se prolongent pas du tout sur l’arrière (le pliage s’en trouve facilité). Le bord de fuite est muni de pinces de freinage : des sanglettes coulissent dans des anneaux plastiques (dispositif améliorant efficacement le virage, mais à surveiller l’éventuelle usure dûe aux frottements dans l’anneau).

Malgré sa finesse, le suspentage (gainé uniquement en parties basses) est assez aisé à démêler. Les élévateurs (repérés par des coutures de couleur) et les commandes sont de belle facture. Les drisses de frein coulissent dans des poulies (à mon sens préférables question usure, aux anneaux “low friction”, pour avoir expérimenté les deux).

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

Les poignées, à fixation par bouton pression efficace, sont très originales et plaisantes : outre la prise classique en chasse d’eau, on peut les empoigner façon « acro » grâce à une portion rigide intégrée. Cette dernière peut aussi se saisir entre deux doigts (sangle en dragonne) pour un pilotage plus sensitif. En fait, il y a de multiples manières de tenir ces poignées, à chacun de découvrir sa préférée…

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

Gonflage de la voile MCC Stelvia

Le gonflage de la MCC STELVIA est évident quelles que soient les conditions. Par vent faible, elle monte tranquillement et sûrement au-dessus de la tête, sans tendance particulière à dépasser. Par vent plus fort, le début de la montée se fait toujours progressivement, mais ensuite il faut bien doser la puissance sur la fin du gonflage, ce qui, avec un peu de pratique, se fait aisément et en souplesse car elle se contrôle très facilement d’une manière générale. D’ailleurs, au sol, c’est un régal : je me suis amusé dans la brise, à faire flirter le bout d’aile avec le déco, alternativement un côté après l’autre, avec beaucoup de précision et d’agilité.

Décollage

J’ai testé cette voile MCC STELVIA au PTV de 84 kg pour des fourchettes annoncées par le fabricant de 70-90 kg (homologué) et 73-85 kg (optimal). Tous mes décollages ont été une formalité, j’ai ressenti une prise en charge immédiate et excellente, même par vent très faible. On se sent tout de suite en sécurité sous cette aile.

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

En vol avec la voile MCC Stelvia

Commandes

Les commandes sont très agréables à mon goût : confortables, réactives sans être trop vives, légèrement fermes avec mon PTV un peu en haut de fourchette. La course n’est ni trop courte ni trop longue, et suffisante pour coller aux critères de la catégorie EN B. A noter que l’aile se pilote déjà bien sur le début du débattement. Le pilotage aux arrières (lignes C) fonctionne bien également, mais dommage qu’il n’y ait pas de petites poignées dédiées. L’accélérateur est souple, efficace et sans problème.

La finesse est peu dégradée au premier barreau et, même très accéléré, le profil reste solide : pas la moindre fermeture à déplorer malgré quelques séquences accélérées en air turbulent.

Maniabilité

La maniabilité est impeccable pour une aile de cette catégorie. La voile est réactive, sans brutalité, et contrôlable à souhait. C’est un aspect que l’on ressent tout de suite, elle réagit aux commandes avec douceur et précision. On la mène véritablement à sa guise. La qualité de virage est excellente : que ce soit à plat ou serré, il est franc et précis. Le pilotage sellette fonctionne parfaitement également.

De plus, cette STELVIA est superbement amortie en roulis et en tangage. Elle est rassurante à tous points de vue. Les éventuels écarts sur tous les axes se contrôlent aisément. Elle accepte également sereinement les gros wings. On garde le sentiment d’un profil solide même si un petit clignotement de bout d’aile peut survenir par maladresse du pilote…

Plané, performances

J’ai été agréablement surpris par l’aptitude à planer de la voile MCC STELVIA dans toutes les conditions de vol. Par vent faible notamment, elle m’a bluffé en me sortant brillamment d’affaire lors de passages délicats en soaring. Que ce soit bras hauts ou en mode accéléré, la glisse est excellente et elle flotte confortablement. Au niveau vitesse, elle est également très efficace. Dans le vent fort, j’ai pu vérifier à plusieurs reprises qu’elle n’avait rien à envier à la concurrence. Cette STELVIA présente un très bon rapport performance/accessibilité.

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

En thermique

Alors là c’est le bonheur. Elle communique vraiment idéalement les informations concernant la masse d’air. Et grâce à sa maniabilité et la qualité de son virage, elle se révèle efficace et facile pour centrer les noyaux. De plus, elle possède une réelle aptitude à encaisser et amortir les turbulences qui met véritablement en confiance.

A Organya, alors que certains jours étaient encore bien toniques en cette mi-octobre, j’étais parfois légèrement chahuté avec ma Sigma10 et je n’ai pas toujours pu voler en toute confiance. Mais dès que je suis passé sous la STELVIA, toutes mes hésitations ont disparu et j’ai finalement pu profiter pleinement de ces généreuses conditions thermodynamiques.

A ses commandes, on attaque les ascendances tellement confortablement que l’on monte super vite, avec un excellent rendement en thermiques. Concernant la rentabilité globale en conditions thermiques établies, elle n’a, je pense, pas à rougir de la comparaison avec d’autres voiles réputées plus performantes. A souligner aussi la très bonne sensation de flottabilité pour cette catégorie, dans les transitions et les cheminements. Le profil est plutôt solide et bien tendu en turbulences, sans être poutre. Les bouts d’ailes peuvent légèrement flapper en de rares occasions mais sans la moindre conséquence.

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

Basses vitesses

Les basses vitesses ne sont pas son point fort mais elle se prête quand même bien au jeu. Il faut toutefois les utiliser avec modération car le point de décrochage n’est pas si difficile à atteindre (pas de durcissement flagrant des commandes).

Descentes rapides

Les 360 sont simples à réaliser et très efficaces (à Organya, c’était le bon endroit pour s’y entraîner). Il faut bien gérer la sortie chandelle qui peut être énergique. La sortie dissipée est sans problème. Par ailleurs, les oreilles sont très faciles à tenir et leur regonflement rapide ne nécessite pas d’action à la commande. Les B3 sont difficiles à maintenir.

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

Atterrissage

Les atterrissages sont faciles et précis quelle que soit l’approche. La STELVIA a une très bonne aptitude au flare grâce à son excellent plané. L’arrondi est efficace et la ressource peut surprendre si on n’y prend pas garde (il ne faut pas le faire trop tôt…). Il est également aisé de reposer au sommet avec ou sans vent. L’aile accepte aussi très bien le pumping, en restant toutefois très vigilant sur le risque de décrochage.

Cliquez sur une photo pour visualiser le diaporama

Conclusion

La voile MMC Stevia est une aile tout terrain, aussi à l’aise dans le fort que dans le faible. Cross engagé, vol montagne, plaine, soaring, vol de proximité, vol rando, … tout lui est accessible. Mais là où elle se montre redoutable, c’est dans les conditions un peu fortes et turbulentes. Face à d’autres ailes, y compris de catégories supérieures, elle va remarquablement tirer son épingle du jeu grâce à son confort de pilotage et sa rentabilité dans les thermiques. En résumé, je dirai que cette voile MCC STELVIA, c’est la performance facile… Elle plaira aussi bien aux pilotes débrouillés qui souhaitent progresser en cross, qu’aux amateurs de grands espaces qui veulent profiter à fond et sans stress des journées bien fumantes.

Pierre Le Gall – Pilote du Finistère

Découvrir le test de Nicolas Garcin

Spécifications de la MCC Stelvia

STELVIA S M L
Poids total en vol homologué (kg) 70 – 90 80 – 100 90 – 115
Poids total en vol optimal (kg) 73 – 85 84 – 97 96 – 110
Poids du parapente (kg) 4.10 4.30 4.55
Surface à plat (m²) 23.36 25.00 26.67
Surface projetée (m²) 20.52 21.96 23.43
Envergure à plat (m) 11.54 11.94 12.33
Envergure projetée (m) 9.45 9.77 10.09
Allongement à plat 5.70 5.70 5.70
Allongement projeté 4.35 4.35 4.35
Nombre de cellules 61 61 61
Vitesse min.-trim.-max (km/h) 25-38-54 25-38-54 25-38-54
Homologation EN B B B

MATERIAUX

Extrados et intrados Porcher Sport – Skytex 32 Universal
Profils et diagonales Porcher Sport – Skytex 32 Hard
Renforts du bord d’attaque Porcher Sport – SR- Scrim X15 & Joncs
Elévateurs Mouka – Polyester pré-étiré 13 mm
Maillons rapides Péguet – Delta Inox 3,5 mm
Suspentes hautes A, B, C & D Liros DC – Dyneema & Cousin Vectraline – Vectran
Suspentes stab. & freins Edelrid 7850 & Liros PPSL – Dyneema
Suspentes basses Liros PPSL – Dyneema

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*