• Home
  • /CONSEILS
  • /Mauvais pilotage après un décrochage, Jean Marc fait secours
Mauvais pilotage après un décrochage, Jean Marc fait secours

Mauvais pilotage après un décrochage, Jean Marc fait secours

Jean-Marc Ransinangue vit à Oliver en Colombie Britannique (Canada près de Vancouver). Il vole principalement sur les sites du sud de l'Okanagan avec une petite dizaine de pilotes réguliers. Il n'a pas encore fait de stage SIV. Nous le remercions d'avoir accepté de faire une analyse sur l'incident qu'il a vécu suite à un pilotage inadapté après décrochage...

De part son expérience de pilote régulier, nous tenons à le remercier d’accepter que sa vidéo et son incident de vol soit « critiqués ». Ce n’est pas évident et l’égo est malmené.

Le témoignage de Jean Marc

Je me considère encore débutant après cinq saisons, je vole a l’année, surtout « hike&fly » une à deux fois par semaines en moyenne. Je fais beaucoup de gonflage. Ma décision de sortir le secours vient du fait que je me suis retrouvé très bas sous le vent, donc de plus en plus de turbulence je ne pense pas que j’aurais pu refaire voler la voile, dans le doute je lance le secours… Sans doute que dans les premiers instants un pilote plus expérimenté aurait pu s’en sortir, mais après,c’était trop tard je crois. C’est aussi l’analyse de mon collègue pilote (Peter 40 ans de vol libre!) il a vu l’incident à partir du décollage.

Contexte

Pilote enroulant à gauche un thermique , aérologie thermique, normalement turbulente, peu de vent. Voile de loisir intermédiaire (GRADIENT Montana 2).

Faits

Dès la 7è seconde, le pilote part en décrochage (les pieds apparaissent dans le champ de vision, bascule arrière correspondant au décrochage) à gauche pour plusieurs raisons.

1) le transfert de poids sur la cuisse n’est pas assez marqué ou intervient après l’action à la commande. et/ou

2) la main extérieure ne se relève pas assez, seule la main intérieure agit pour accentuer le virage. Le pilote fait ensuite 2 tours de vrille à gauche, plutôt stable, on est presque dans « l’hélicoptère ». A la fin de la 2è rotation, l’appui sur les freins est moins marqué et la voile revole en faisant une abattée. Le pilote, sûrement impressionné par l’amplitude de cette abattée (proportion complètement normal en sortie de vrille), garde beuacoup de frein pendant le rappel pendulaire (c’est à dire que le pilote redescend à la verticale sous sa voile après que l’abattée soit stoppée, moment pendant lequel le pilote devrait relever les mains, ce n’est pas le cas!) . L’aile repart alors en décrochage et, très rapidement, le pilote décide de tirer son secours sans chercher à sortir de l’incident. Il prend les 2 commandes dans la main gauche et tire son secours à droite. (on voit la voile revoler avec une abattée et une petite cravate à droite) . La séquence se finit à ce moment là car, une fois sous le secours, on ne peut plus faire grand chose.

horizontal break

L’analyse et la synthèse de Jérôme Canaud

Pour lire la suite, vous devez être membre.Inscrivez-vous dès maintenant !



Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*