• Home
  • /CONSEILS
  • /Interrompre un vol avec vent fort à l’arrivée d’un front pluvieux
Interrompre un vol avec vent fort à l’arrivée d’un front pluvieux

Interrompre un vol avec vent fort à l’arrivée d’un front pluvieux

Esteban Botero est un pilote colombien qui pratique le parapente depuis quatre ans. Son vol se déroulait lors d’une manche d’un championnat national (Copa de Occidente). Les organisateurs ont arrêté la 2è manche à cause d’un front pluvieux s’annonçant mais Esteban espérait avoir le temps de rejoindre la ville Anzá.

« Je vole généralement dans un endroit très diffèrent de celui-ci, en particulier dans l’Ansermanuevo dans la Valle del Cauca, site similaire au site célèbre de Roldanillo. La progression des pluies est beaucoup plus rapide.

Les organisateurs ont stoppé la manche à cause du front pluvieux s’annonçant. Mon erreur a été de ne pas me poser immédiatement et de vouloir me rendre vers Anzá. Mais le vent a commencé à me faire reculer. Pour éviter de monter et de passer derrière les montagnes, j’ai fait les oreilles et des wings pour perdre de la hauteur.Ici, à Sopetrán, Antioquia présente une topographie beaucoup plus agressive avec des petites vallées et des montagnes avec des canyons… Après l’atterrissage, j’ai pensé que j’avais eu beaucoup de chance parce que cela aurait pû être très grave ».

Esteban Botero

horizontal break

L’analyse et les conseils de Jérôme Canaud

Contexte de vol

Mon analyse et ce que l’on peut tirer de ces images


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

tu aimes cet article, alors partage-le !

3 thoughts on “Interrompre un vol avec vent fort à l’arrivée d’un front pluvieux

  1. je me suis trouvé une fois dans cette situation, il est vrai sur un terrain moins accidenté.
    Masse d’air turbulente; j’aie fait les oreilles accélérées aux poulies et perdu 600 m quasi vertical et posé vitesse – 5 km/h avec le tort d’avoir ré-ouvert la voile a 5 m sol. j’aurais du garder les oreilles et juste enlever l’accélérateur au dernier moment.

    • oui lors d’un posé venté on peut garder les oreilles jusqu’à l’atterro en lui même. Ce n’est pas le posé qui est le plus technique mais l’affalement de la voile une fois posé. Donc posé avec les oreilles (si le vent est fort il n’est peut être pas nécessaire d’avoir besoin de freiner !) permet d’avoir moins de surface à neutraliser et éviter un effet spi marqué qui risque de « rayer la carrosserie ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*