• Home
  • /CONSEILS
  • /Après fermeture, une suspente reste accrochée à sa chaussure de rando
Après fermeture, une suspente reste accrochée à sa chaussure de rando

Après fermeture, une suspente reste accrochée à sa chaussure de rando

A plusieurs reprises, notre conseiller Jérôme Canaud a recommandé de ne pas porter de chaussures de randonnée avec crochets. Voici un belle illustration du risque couru en cas d’incident de vol. Un cas d’école qui devrait sensibiliser un bon nombre d’entre nous.

Après une fermeture, le pilote bascule en arrière dans sa sellette. Ses jambes tendues dirigées vers le ciel, son pied gauche frole les suspentes et accroche la suspente arrière. La voile part alors en autorotation puis en spirale. Le pilote a le bon réflexe de garder le pied en hauteur pour réduire la tension de la suspente arrière. Son autre pied reste accroché dans l’accélérateur à cause des crampons… Mais tout ceci n’aurait pas eu lieu si le pilote avait piloté sa voile… Toujours hallucinant ces incidents qui finissent bien !

Découvrez les commentaires de Jérôme Canaud.

Analyse et conseils de Jérôme Canaud

Il ne pilote pas du tout son aile !

– Soit il ne sait pas faire, soit il pense que ce n’est pas nécessaire dans l’aérologie qu’il fréquente, soit il a une confiance aveugle dans le comportement auto-démerdant de sa voile, ou soit il a toujours piloté ainsi et jamais rien ne lui est arrivé…

– Le pilote cumule une deuxième erreur importante : il ne freine jamais ET il ne tient pas ses commandes (juste 2 doigts dans les poignées). Dans une aérologie turbulente, les mains vont être éjectées des poignées.

– Il reste souvent bras hauts, sans frein, avec un appui voire une tenue des élévateurs, ce qui amplifie le non-pilotage.

– Il tient ses commandes en chasse d’eau, manière inefficace pour piloter en parapente.
Sujet récurrent : il faut les tenir en dragonne ou en demi tour de frein ? Pas de problème, dans 10 ans, on répétera les mêmes choses, l’enseignement est souvent basé sur la répétition 😉

Ce cumul de détails entraîne la catastrophe si le contexte le permet (aérologie thermique, forte, peut-être inadaptée à l’expérience du pilote).

Attention à l’acccélérateur !
Il est en appui sur son accélérateur mais, comme il n’est pas réglé, il n’accélère jamais pendant le sketch (élévateurs au même niveau), heureusement pour lui d’ailleurs. Je n’en suis pas sûr à 100% mais on voit que son accélérateur agit seulement à 1min34s et seulement de 15%.
Par contre, j’ai un doute à 1min10s où son pied gauche est en appui dessus. A droite ce n’est pas accéléré, on peut supposer que, vu la position de son pied gauche, seul le côté gauche est accéléré ; donc ça accentue l’abbattée à 1min12s entraînant une autre fermeture.


Pour lire la suite, vous devez être membre.



Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*