Test de la LITTLE CLOUD Gracchio par Pierre Le Gall (loisir perf)

Test de la LITTLE CLOUD Gracchio par Pierre Le Gall (loisir perf)

Une voile loisir de cross, racée, qui procure beaucoup de plaisir pour qui sait la manier

ROCK THE OUTDOOR est un média qui aime se distinguer. C’est pour cette raison que nous n’avons pas hésité une seconde lorsque nous avons appris la sortie de la LITTLE CLOUD Gracchio. Responsable et concepteur des voiles siglées d’un petit nuage, Tom Bourdeau se démarque des fabricants classiques en proposant des voiles qui n’entrent pas dans le « format habituel ». S’équiper d’une LC revient à quitter ses mocassins de ville pour s’évader en chaussures sportswear. Nous avons donc logé cette belle voile toute verte dans les bagages à destination du Maroc entre la Swift 5 et la Susi 3

Au final, une très belle surprise ! Si cette voile, après la Goose, s’écarte encore plus de l’esprit « mini-voile » qui colle à la marque depuis Mathusalem – nous avions déjà communiqué sur ce point pour avoir testé la Goose – on a découvert une voile véritablement taillée pour la distance tout en conservant ce qui fait la force du fabricant, c’est-à-dire l’aspect ludique et l’amorti au tangage..

La LITTLE CLOUD Gracchio rejoint donc de très près les voiles « formatées » que nous connaissons mais elle se distingue toujours. Elle séduira les pilotes qui aiment élargir leur champ d’action en variant les plaisirs. Beaucoup l’apprécieront pour son caractère racé, son côté ludique, ses performances (surtout sa vitesse), son confort et sa sensation de sécurité. Il suffit au départ de savoir que nous avons affaire à un autre style de machine pour dégager toute sa substance.

A découvrir donc ci-dessous l’avis très favorable de Pierre*. Il nous a été difficile de lui dire de poser ou plutôt de ranger sa voile. En effet, Pierre passait ses journées à poser au sommet ou à faire de minis posés sur pics rocheux après chaque session au plaf ou à pousser la machine au plus loin des possibilités du jour.

* mais aussi le mien et celui d’Ari DeLashmutt, pilote américain émerveillé par cette voile

Le sac vrac fourni avec la Gracchio – Legzira (Maroc)

horizontal break

Test LITTLE CLOUD Gracchio par Pierre Le Gall

Taille 23 m² – PTV lors du test : 84 kg – 300 h / an – voir le profil de Pierre

Essais réalisés début mars en montagne et bord de mer au Maroc (Aguergour, Aglou, Legzira, Nid d’Aigel) en alternance avec l’OZONE Swift 5 en 23 m² aussi (voir le test).

Description de la LITTLE CLOUD Gracchio

J’ai testé avec enthousiasme cette LITTLE CLOUD Gracchio en 23 m² dans des conditions généreuses sur divers spots au Maroc. C’est une aile polyvalente de 57 cellules avec un allongement à plat contenu de 5,6. C’est une jolie voile, très remarquable avec son intrados de la même couleur que l’extrados.

La fabrication générale est soignée et de bonne qualité. Le bord d’attaque est bien rigidifié par des joncs sur toute la longueur, sauf sur les caissons fermés en bouts d’aile (réduisant ainsi les risques de cravate). Le suspentage épuré est très fin et entièrement dégainé, mais le démêlage est aisé.

Les élévateurs et les commandes sont de belle facture. Les poignées sont simples et confortables, avec fixation par aimants suffisamment efficaces. Les drisses de frein coulissent dans des poulies (à mon sens préférables question usure, aux anneaux “low friction”, pour avoir expérimenté les deux).

A signaler de belles poignées en plastique, dédiées au pilotage aux arrières (ligne C) ce qui n’est pas courant sur ce type de voile. De plus, une petite sangle reliée par mouflage aux élévateurs B permet, lorsqu’on actionne plus amplement les poignées des C, d’optimiser la déformation du profil sur la corde pour plus de performance.

cliquez sur une photo pour voir le diaporama

Maniement au sol

La LITTLE CLOUD Gracchio se gonfle avec une étonnante facilité. Pas de shoot, elle monte de façon progressive et sûre, sans tendance particulière à dépasser. Elle a une excellente pénétration dans la masse d’air. On ne se fait pas arracher. Une fois au-dessus de la tête, elle reste en bonne forme et ne clignote pas. Que ce soit par vent faible, fort ou turbulent, elle se contrôle très facilement au sol. Le profil est plutôt solide et bien tendu.
Les commandes sont plutôt fermes avec une course dans la moyenne. Réactivité et précision se ressentent dès le début du débattement. A noter qu’avant le premier vol, il est impératif d’ajuster ses drisses d’accélérateur car les crocs fendus sont positionnés 10 à 15 cm plus haut que sur un élévateur classique : c’est un choix de conception de la marque (pattes A, B, C plus courtes) qui peut devenir un peu contraignant si on passe souvent d’une aile à une autre (de marque différente) pour la même sellette (à moins d’utiliser un accélérateur réglable en vol comme les Free*spee proposés dans la boutique ROCK THE OUTDOOR).

cliquez sur une photo pour voir le diaporama

En vol

Commandes

Les commandes sont agréables à mon goût : réactives, un peu fermes, avec une course ni trop longue ni trop courte. Le débattement à la commande est comparable à celui des ailes EN B. Elle se pilote déjà très bien sur le début du débattement. Le pilotage avec les élévateurs arrières (« aux C ») est confortable et performant grâce aux poignées ergonomiques dédiées et au dispositif de rappel sur les B. Il peut toutefois s’avérer un peu physique si on l’utilise activement sur une longue durée.

Un profil conçu pour voler avec les C en accéléré
L’accélérateur est également très efficace et dégrade peu la finesse au premier barreau. LITTLE CLOUD préconise de la piloter « aux C » après la première moitié de la course d’accélérateur, afin de mieux préserver la stabilité aux incidences faibles. Je dois dire que, lors de mes premiers vols avec cette Gracchio, dans des aérologies somme toute assez vivantes, des fermetures asymétriques survenaient de temps en temps quand j’accélérais à plus de 50%. Et à partir du moment où j’ai privilégié le contrôle « aux C » plutôt qu’aux freins (comme indiqué dans le manuel), la voile n’a plus fermé une seule fois. Je rajouterai qu’il est avantageux de la piloter « aux C » dès le début de l’utilisation de l’accélérateur. A noter qu’après chaque fermeture, la voile s’est rouverte rapidement, sans action de ma part, sans shooter ni changer de cap. Par ailleurs hors utilisation de l’accélérateur, je n’ai subi aucune fermeture de toute la durée des essais malgré quelques bonnes séquences en air agité (ce qui dénote un profil plutôt solide).

Roulis, tangage : bons pour le moral !

Elle est amortie en roulis, mais de par sa conception, c’est surtout son comportement très amorti en tangage qui la distingue des ailes classiques. C’est un de ses gros points forts : elle shoote moins que les voiles de cross classiques, ce qui est très bon pour le moral en aérologie turbulente. Elle est confortable et rassurante à tous points de vue. Elle est extrêmement joueuse également, on peut envoyer des wings à sa guise sans inquiétude.

cliquez sur une photo pour voir le diaporama

Une maniabilité orientée vers le fun

La LITTLE CLOUD Gracchio est particulièrement maniable. Le temps de réponse aux actions est faible. Elle réagit avec douceur et précision dès les premiers centimètres de commandes. Son virage est fun : on peut facilement virer très serré, mais aussi réaliser de grandes courbes à plat à la demande. Par ailleurs, au fil des vols, j’ai trouvé de plus en plus plaisant le pilotage « aux C » qui s’avère intuitif et efficace. Je me suis même amusé à enrouler les thermiques tranquilles en contrôlant uniquement « aux C » (freins en dragonne). Le pilotage sellette fonctionne bien également.

Basses vitesses

Elle possède une très bonne aptitude aux basses vitesses. On se sent en sécurité avec cette aile, y compris pour des éventuelles reposes difficiles au sommet. La longueur et la fermeté des commandes rendent notamment le point de décrochage difficile à atteindre.

cliquez sur une photo pour voir le diaporama

Plané

Le plané est excellent, avec une vitesse bluffante pour une aile de cette gamme, que ce soit bras hauts ou en mode accéléré (voir le petit mot de René ci-dessous à ce sujet). La sensation de glisse est agréable. A plusieurs reprises en vol, j’ai pu me frotter à tous types de voiles, le résultat est sans appel : bras hauts cette Gracchio plane à grande vitesse, et accélérée, elle est redoutable déjà au premier barreau ! A noter au passage sa très bonne tenue dans le vent fort, laminaire ou pas.

En thermique

C’est un régal d’enrouler les thermiques avec la LITTLE CLOUD Gracchio. Dès mon premier essai, je me surprends à monter jusqu’au plaf avec une facilité étonnante dans la toute première pompe tonique rencontrée. Le comportement super amorti en tangage permet de rester serein en conditions teigneuses ou en sortie de thermique. Elle est performante avec en même temps un vrai confort de pilotage. La voile communique sur la masse d’air mais sans excès. Elle a une capacité à mordre dans le thermique et à centrer efficacement son noyau. Avec sa vivacité et sa faculté d’enrouler très serré, elle s’en sort bien même dans les petites bulles étroites. Ce qu’elle peut concéder à des ailes plus perf sur l’aspect flottabilité, elle le rattrape vite par cette précision dans l’exploitation de l’ascendance. Selon les préférences, l’aptitude à flotter dans la masse d’air sera sûrement optimisée en étant moins chargé dans la plage de PTV.

cliquez sur une photo pour voir le diaporama

Descentes rapides

Les 360 sont simples à réaliser et centrifugent relativement moins que les ailes classiques. La sortie chandelle se gère sans problème. Les oreilles sont efficaces, faciles à tenir, et leur regonflement se fait sans aide. Les oreilles plus l’accélérateur donnent une vitesse de descente déjà intéressante.

Atterrissage

Bonne disposition au flare grâce à sa vitesse et son plané. L’arrondi est très facile.

Au sommet
Les atterrissages au sommet sont une formalité avec cette Gracchio. Le pumping fonctionne parfaitement, toutefois on ressent le côté physique des commandes de frein. On atterrit avec beaucoup de précision, que ce soit en pumping ou en approche classique.

Conclusion : La Gracchio, une LITTLE CLOUD faite pour le cross ou plus si affinités

La LITTLE CLOUD Gracchio ne laisse vraiment pas indifférent. C’est une voile atypique, qui outre son look, se distingue notamment par son comportement particulièrement amorti en tangage ainsi que par son étonnante vitesse. Elle est très plaisante à piloter dans toutes les conditions, en particulier il ne faut pas hésiter à privilégier le pilotage « aux C » dès qu’on accélère. La Gracchio est à l’aise en conditions faibles, fortes ou turbulentes. Elle est adaptée à beaucoup de pratique : du vol tranquille dans le bocal au cross engagé, en passant par le vol de proximité. C’est aussi une aile ludique, qui se montre bien joueuse si on la sollicite. Elle devrait être appréciable également en marche et vol, grâce à sa relative légèreté.

Pour quels pilotes ?

La prise en main de la Gracchio est facile et intuitive. Avec son niveau de sécurité/accessibilité important, elle conviendra à bon nombre de pilotes « loisir » dont l’ambition est de voler en soaring (en bord de mer du fait de sa rapidité) ou de progresser en vol de distance avec une aile amusante et confortable. Cependant, elle reste une aile intermédiaire polyvalente avec des performances intéressantes qui s’adressent aussi aux pilotes expérimentés capables d’explorer son potentiel de cross.

horizontal break

Catégorie et performances

La LITTLE CLOUD Gracchio n’est pas homologuée en vol selon la norme EN 926-2 : une volonté délibérée de la marque qui préfère tester ses voiles sur une très longue période en conditions variées pour apprécier leurs comportements réels (voir vidéo de tests de la Gracchio à droite). LITTLE CLOUD précise que la recherche de la performance est ainsi temporisée par la recherche de comportements très amortis lors des incidents de vol. Les ailes ont cependant passé le test EN 926-1 pour vérifier la tenue de leur structure. Lors de mes essais, j’ai pu me rendre compte effectivement que le comportement de cette Gracchio s’apparente globalement à celui des ailes de catégorie EN B au niveau accessibilité/sécurité (et même à celui de certaines C au niveau performance).

horizontal break

Compte rendu de René sur la LITTLE CLOUD Gracchio

Partageant les essais de voiles au Maroc avec Pierre, j’ai aussi volé avec la LITTLE CLOUD Gracchio. Voile plutôt légère (4,2 kg en taille 23m²), tous mes gonflages et décollages ont été simples formalités avec ou sans vent. Une fois en l’air, on sent tout de suite, au vent relatif sur le visage, que la Gracchio est une voile rapide et on est tout de suite envahi par une vraie sensation de solidité et de sécurité.

Rapide, je m’en suis aperçu aussi lors de mes premiers thermiques, car, après avoir volé plusieurs fois avec la Swift auparavant, j’ai rencontré un peu de difficultés pour enrouler efficacement. En effet, avec la Swift, plus light et communicante, il est facile d’enrouler presqu’à plat, sans trop enfoncer les commandes, alors qu’avec la Gracchio, un poil plus rapide et un peu plus absorbante, il ne faut pas hésiter à incliner un peu plus la machine. Commandes plus fermes, il faut appuyer un peu plus. Après plusieurs échecs (le temps d’adaptation pour trouver le bon feeling), j’ai fini par être très satisfait de mes virages pour tourner autour du noyau. A nous les vols de distance en jouant la carte plaisir, « bon pour le moral « . En fait, j’ai voulu adapter la voile à mes habitudes de pilotage et non le contraire…

A Aglou, en soaring bord de mer, belle surprise. Tirant un bord, côte à côte avec la Swift (sans accélérer), la Gracchio a gagné peu à peu une dizaine de mètres et sans perdre d’altitude ! Si vous êtes aussi un pilote de bord de mer, n’hésitez plus, cette voile est faite pour vous !

Après le premier vol de Pierre, à cause de la vitesse constatée de la Gracchio et de sa tendance à la fermeture asymétrique (en position accélérée à 50/70% en aérologie turbulente), nous nous sommes posés la question d’un défaut de calage de la voile (aile piqueuse, prototype?). Or, si on lit le manuel, ce que nous aurions dû faire avant toute chose, nous avons découvert qu’il est recommandé de voler avec les C dans cette situation. C’est somme toute logique quand on pousse sur le barreau pour avoir un profil efficient – qui ne creuse pas.

Préférant, par habitude, la Swift – qui correspond plus à mon type de pratique « d’enrouleur de thermiques »- j’ai, de ce fait, moins volé avec la Gracchio au Maroc. Du coup, Pierre l’a beaucoup pratiquée et s’est bien éclaté. Beaucoup plus joueur et très à l’aise près du sol, il a adoré son potentiel tant pour le cross que pour le jeu. Je regrette de ne pas avoir essayée un peu plus cette « monture sports »…

René

Avis du pilote américain Ari DeLashmutt émerveillé par la Gracchio

Depuis la sortie de ce test qui fait déjà le tour du monde, Ari m’a fait part de l’avis qu’il a publié sur sa chaîne Youtube… Son avis rejoint le nôtre !
J’adore cette voile ! Elle est légère, rapide et stable à la vitesse, mais dynamique, réactive et amusante à piloter! C’est ce que tous les fabricants visent et Little Cloud l’a réellement fait avec la Gracchio.

Utilisez la fonction « sous-titre » pour la traduction en français.

Caractéristiques

GRACCHIO 21 22 23 24 25 27
SIZE 21 22 23 24 24.8 26.9
FLAT SPAN 10.8 11.1 11.4 11.6 11.8 12.3
FLAT AR 5.6 5.6 5.6 5.6 5.6 5.6
CELL COUNT 57 57 57 57 57 57
AUW (kg) 55/75 63/83 70/90 78/97 85/105 100/120
WEIGHT (kg) 4 4.1 4.2 4.3 4.5 4.8
RATIO 10+ 10+ 10+ 10+ 10+ 10+
CERTIFICATION EN 926-1 EN 926-1 EN 926-1 EN 926-1 EN 926-1 EN 926-1
PRICE 2880€ 2880€ 2880€ 2940€ 2940€ 2940€

Materiaux

Tissus : DOMINICOTEX
Extrados, soft finish, 35g DOKDO 20D
Intrados, soft finish 35g DOKDO 20D

Ribs : hard finish 41g DOKDO 30D

Suspentes
Hautes : DC 60/120/200kg
Milieu : DC 120/200kg
Basses : 120/200kg

En savoir plus sur la LITTLE CLOUD Gracchio

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*